• Des visitations à l’hôpital

    En réponse à l’appel de l’Archevêque et après discernement en congrégation, j’ai répondu positivement à la mission d’aumônier d’hôpital. Cela fait donc six mois, que j’ai l’immense joie de vivre en équipe cette mission à l’hôpital Saint Eloi, à Montpellier.

    Je vous partage quelques petits trésors de mes « Visitations » :

    – Mr B. : je le visite depuis deux mois, il vient de sortir d’un longue période de coma. Cet après-midi il est sevré du respirateur et de sa trachéotomie. Il m’accueille par un puissant « Bonjour » C’est la première fois que j’entends sa voix, quelle émotion ! Nous partageons. Son papa m’avait confié d’aller le visiter, mais surtout de ne pas parler de la Foi !

    Il me serre la main et me dit « Merci pour votre COMPASSION » Lui qui est athée, me renvoie le mot si fort pour notre Congrégation, en ce temps des 200 ans de la naissance de Mère Joséphine !

    – Mr P. : est atteint du SIDA, je le visite depuis de longues semaines, avide de découvrir la Foi, dans le souvenir de ses six ans auprès de sa grand-mère très croyante ! Il reprend du poids et retrouve force et espérance !
    Un jour après un partage disons théologique, il me dit « Je vais grossir spirituellement , avec toute cette nourriture que vous me donnez, mais comment le mesurer ? »

    – Me L. : m’accueille assise en tailleur sur son lit, elle m’annonce sa sortie prochaine. Je lui demande où est sa maison, elle me répond dans les cartons, je suis à la rue… ! Gênée par la maladresse de ma question, je l’écoute avec attention. Elle me partage qu’elle n’a plus rien à se mettre.
    Je retourne au local et grâce aux cartons rangés par catégorie de vêtements, je lui prépare une valise. De retour à la chambre, elle sourit si heureuse de découvrir les vêtements et à sa grande surprise… un sac à main ! Elle le serre sur son cœur et se met à pleurer !!

    Que de moments partagés, de grâces reçues !

    Petite Sœur Régine BADOC MONTPELLIER

  • Liens interculturels à la fraternité de Chelles

    Pendant l’année 2017 2018 nous avions accueillis 2 sœurs Vietnamiennes à la fraternité. Elles ont une Communauté à Epernay depuis plusieurs années et souhaitaient s’implanter dans la Région Parisienne. Monseigneur Nahmias nous a donc demandé d’en accueillir deux afin qu’elles fassent un peu connaissance avec la Paroisse et les Chellois. Elles allaient travailler à L’Eglise Notre Dame de Lorette. Le matin prière ensemble et le soir repas, ce qui nous permettait un temps de partage. Elles ont progressé en français « au dire de leurs sœurs responsables ».

    En septembre 2018 elles ont créé une Communauté dans les locaux de l’école Catholique Gasnier Guy tout prêt de chez nous. Deux d’entre elles, travaillent à l’école, deux autres continuent à N D de Lorette et une nouvelle arrivée  apprend le Français.

    Aujourd’hui elles nous ont invitées avec le responsable de l’enseignement catholique à venir célébrer l’Eucharistie., étaient aussi présentes  deux de leurs collègues, portugaise et Africaine. Avec le Prêtre et les sœurs nous avons dégusté le bon repas confectionné avec beaucoup de doigtée.  Dans une ambiance fraternelle et dans la joie, nous avons partagé sur nos missions respectives et le vécu de chacune.

    Marie a été aux cours de Français à la grande Prairie, là où Madeleine fait aussi l’alphabétisation. Elle cherche par tous les moyens d’avancer dans la compréhension pour mieux s’exprimer en français.

    Mercredi dernier nous  avons transcrit  en français la bonne recette des  « rouleaux de printemps.

    Chaque mercredi après-midi nous faisons porte ouverte, elle  nous y rejoint ce qui lui permet de rencontrer des personnes différentes et de pouvoir échanger de diverses manières.

    Les échanges se poursuivent !!

    Les Petites Soeurs de Chelles

  • Autour d’un vitrail…

    A l’occasion de la fête de notre fondatrice, les fraternités de Petites Soeurs et les chrétiens associés étaient appelés à partager sur l’appel à la sainteté du Pape François… et de vivre un temps de célébration pour s’offrir mutuellement les appels à la conversion entendus, reçus… quelques échos de ces rencontres ! :

    Voici le fruit de notre belle rencontre de ce jour.
    Rencontre de la fraternité de Beauvais et Chelles plus un intrus ………moi !
    Merveilleuse rencontre après un accueil à Chelles avec un petit café, nous sommes allés à la messe de 10h45 en La Chapelle de sainte Bathilde animée par une chorale africaine, très festif et très coloré, cela bouscule un peu …….
    Puis nous avons dégusté un délicieux repas avant de partager à partir de « l’exhortation apostolique » de notre Saint Père, échange très riche.
    Et  nous retombons en enfance en composant ce vitrail… !
    Nous sommes en chemin de sainteté…………ne doutons pas !!!!!!!

    Dany, chrétien associé

    Notre « visitation » à Beaupréau

    C’est précisément le 2 Février, journée dédiée à la vie consacrée que nous avons réalisé ce projet de « visitation ». Nous sommes arrivées en fin de matinée au foyer logement accueillies par Hélène,Solange et Anne Marie, heureuses de nous faire visiter leurs logements et la salle de prière.

    Un petit apéro nous requinque et nous partageons le repas  tout en échangeant des nouvelles, ce qui a donné le temps à Marie Christine, chrétienne associée de nous rejoindre, choix qu’elle a fait malgré ses  nombreuses obligations !

    Alors nous commençons notre rencontre par un temps de célébration: oui nous « femmes sur la route du Seigneur….nous lui rendons grâce de tout notre cœur ». Nous écoutons une lettre (n° 44*) de Mère Joséphine, suivi
    d’un grand temps de partage; nous offrant mutuellement les appels entendus en lien avec la vie  de Mère Joséphine. Puis le psaume 65 nous fait « glorifier Dieu et retentir sa louange ». Arès un dernier appel à notre Père du ciel, nous nous unissons à la Congrégation en priant Mère Joséphine.

    Et nous voulons mettre nos découvertes dans un vitrail !

    C’est dans la joie, la simplicité et l’action de grâce que nous avons vécu cette belle « visitation » à nos petites sœurs de Beaupreau.

    Les Petites Sœurs de Lorient

    * « Disons-Lui sans cesse que nous voulons être à Lui sans partage et sans réserve, malgré les répugnances de la nature. Il ne faut pas s’effrayer de ce qui se pas­se en nous car c’est le moment méritoire pour nous. C’est Jésus, notre Bien-Aimé, qui veut que nous portions notre croix avec Lui. Ne Lui refusons pas dé la porter avec Lui. Disons-Lui souvent: « Mon Bien-Aimé Jésus, je vois que Vous m’aimez : puisque Vous me donnez de si grandes preuves de votre amour. Oh ! oui, je veux vous faire des sacrifices. Allons, mon âme! du courage pour plaire à Jésus. Je veux m’immoler pour son amour. Je ne veux faire que sa Sainte Volonté ».

    Oh ! oui, ma bonne petite Soeur, c’est tout votre désir, j’en suis sûre. Ne craignez pas. Jésus est avec vous. Ne comptez pas sur vous pour faire quelque chose de bien. Non, vous ne pouvez rien, mais le bon Dieu peut tout. Que ce soit là toute votre ressource. Faites tout pour Lui plaire. Rien pour vous satisfaire ».

     

  • La place des religions dans les quartiers

    A Beauvais ce vendredi 18 janvier 2019…  Madame  Caroline Cayeux Maire de Beauvais a invité les membres des différents cultes : Musulmans,  Juifs,  Orthodoxes, Protestants et Catholiques ;  pour nous présenter ses vœux autour d’un petit déjeuner convivial.  Chacun s’est présenté, elle nous donne  la parole.

            Rassemblement au jardin de la paix

    … »Comment se passe la vie sur le quartier »  demande-t-elle aux Petites sœurs… «  Nous  l’avons vu  se construire ; les liens se sont tissés peu à peu …. Nous connaissons beaucoup de monde,»

    La présence du groupe  « croyants unis pour la Paix », avec le jardin de la Paix sont une réalité importante visible et connue de beaucoup sur le quartier. A l’occasion d’évènements marquants  nous nous retrouvons au jardin de la paix pour prier chacun dans sa religion, ou pour faire la fête  …

    Par contre, Il y a un  problème de drogue …  comme sur le quartier Argentine,  c’est  tout un réseau entre  Beauvais – Paris –Creil…et le Nord.  De belles voitures circulent avec la drogue… parfois aussi avec des armes lourdes nous a précisé Madame le Maire. La municipalité a fait le choix d’armer les agents de la police municipale à cause de ces réseaux  dangereux pour la sécurité… Nous avons abordé également les questions d’éducation, le chômage…

    Madame le Maire est très ouverte, elle nous a évoqué les gilets jaunes, elle les a reçus plusieurs fois à la  mairie. Parmi leurs interrogations : « combien gagnez- vous par mois ?  Elle leur renvoie la question,  leur réponse est 15000 € par mois…  Vous pouvez diviser par 3 leur dit elle. ». Elle leur a accordé de s’installer à proximité des ronds-points.

    Madame la Maire suggère qu’à la journée des associations  les différents cultes soient présents, une manière de les rendre visible. La laïcité n’est- elle pas le respect de l’autre dans l’accueil de la différence  jusque dans sa religion ! ….

    Avant de partir elle nous invite à nous retrouver l’an prochain !

    Les Petites Soeurs de Beauvais Christine, Geneviève, Godeleine, Anne-Marie

     

     

    1. le L. = Madame le Maire
  • Solidarité à l’hôpital avec les plus démunis

    La Petite Sœur Marcelline a travaillé longtemps comme infirmière à l’hôpital. Arrivée à l’âge de la retraite, elle reste aujourd’hui très engagée à l’Aumônerie des Hôpitaux de Bangui. Elle nous explique combien la solidarité  est importante   pour permettre à l’équipe de secourir les plus démunis.

    Ma mission à l’aumônerie? Je m’occupe des malades. Comme je suis aussi soignante, j’assure certains soins de malades démunis qui n’ont pas de famille, ou de patients arrivés de province, sans parents à Bangui. Par exemple, je fais des traitements de suivi à la maison, après la sortie de l’hôpital.

    Avec les membres de l’équipe, chaque semaine, nous visitons les grabataires dans les pavillons, nous prions avec eux et pour eux, salle par salle. Nous donnons la communion à ceux qui le souhaitent. Le dimanche, une messe est célébrée dans la chapelle de l’hôpital, elle rassemble beaucoup de monde : les familles des malades, les habitants du quartier… Après la messe, il y a toujours une visite des malades, avec un partage de ce que nous avons.

    L’équipe d’aumônerie est composée de plusieurs personnes : le prêtre responsable, moi je suis son assistante ; il y a une coordonnatrice, une secrétaire, une trésorière et les membres visiteurs de malades, tous laïcs. Et puis aussi des choristes et des enfants servants pour la liturgie.

    Des Mouvements de Chrétiens viennent régulièrement nous aider. Par exemple, dimanche passé, c’étaient les Légionnaires de la paroisse saint Jean ; ils ont apporté des vivres et du savon pour les partager aux malades.  Au mois de février, lors de la Journée Mondiale des Malades, le Cardinal ou son vicaire viennent célébrer la messe. Ce jour-là, les gens donnent beaucoup : des médicaments, du savon, des habits…

    En RCA, pas de Sécurité Sociale ni de soins gratuits dans les hôpitaux.

    Des Chrétiens de bon cœur font parfois des dons. Certaines familles de malades nous aident un peu selon leurs moyens.

    Dans les paroisses, des  Mouvements organisent des quêtes. Les amis de notre Congrégation nous aident aussi. Parmi eux, l’Entraide Missionnaire de l’Anjou (E.M.A) : une association du Diocèse d’Angers qui nous assiste chaque année dans nos activités sanitaires à Bangui et Ngotto.

    Ce sont tous ces dons réunis qui nous permettent de secourir les malades démunis.

     Pour faire vous aussi un DON : stfrancois.economat@orange.fr ou    02 41 68 12 12

    Comme Petite Sœur, je suis heureuse de faire ce travail : mettre les gens debout, soigner ceux dont personne ne s’occupe,  dans la ligne de nos origines de garde-malades à la suite de notre fondatrice Mère Joséphine, c’est pleinement notre charisme de Petites Sœurs de Saint François.

    Pour illustrer mon propos, je vais vous parler d’Eugénie, une femme venue de MBRES, une ville éloignée.

    Pendant les violences, on a tué son mari. Elle, elle a dû fuir en brousse. A force de boire de l’eau sale, elle est tombée gravement malade. Elle s’est alors rapprochée de la route pour trouver du secours. Là, un véhicule de Médecins Sans Frontières l’a ramenée à l’Hôpital de l’Amitié à BANGUI. Mais, comme M.S.F avait la charge des accidentés et des blessés de la guerre, elle ne rentrait pas dans ce cadre et s’est retrouvée sans assistance. Grâce à l’aide de l’E.M.A, elle a pu être opérée. Il s’agissait de l’ablation de la rate. Aujourd’hui, Eugénie va mieux. Elle vit au PK22 sur la route de Damara, chez une famille chrétienne de bon cœur qui l’a accueillie. Un jour, j’ai eu la bonne surprise de sa visite à la fraternité. Elle venait me remercier avec quelques mangues et ignames du champ.

    Je remercie ceux qui contribuent à l’œuvre de l’E.M.A. Sans votre aide, Eugénie serait décédée, comme tant d’autres…

     Petite Sœur Marcelline

     Pour faire vous aussi un DON : stfrancois.economat@orange.fr ou    02 41 68 12 12

  • Grâce aux dons, des projets d’autofinancement

    A N’GOTTO, village enclavé et démuni de toutes commodités, où l’approvisionnement n’est pas facile et les déplacements très coûteux, il nous faut être inventives et développer un peu d’autofinancement. C’est ainsi que, voilà deux ans, nous avions pu construire un poulailler avec une petite aide et les moyens du bord (briques sèches faites avec la terre de la cour, chevrons et feuilles de bambous de la forêt voisine, 2 portes récupérées lors des travaux de la fraternité de Bangui). Ainsi, nous avions commencé un petit élevage de poules et lapins.

    Mais les grosses pluies de notre région ont très vite eu raison du bâtiment dont une partie s’est déjà écroulée deux fois et dont nous avons déjà dû refaire la toiture de feuilles de bambous.

    Deux amies lectrices de Be Oko avaient eu à cœur d’aider les démarrages de la fraternité de NGOTTO. Grâce à leur aide, nous sommes en train de renforcer ce petit bâtiment et de le couvrir de quelques tôles, afin de développer notre élevage pour le rendre durable. Cela procurera un petit revenu à la fraternité pour l’aider à vivre.

    Et ce n’est pas tout… Depuis notre arrivée en 2014, nous avions un vaste espace, envahi par la brousse juste derrière notre concession. Il nous tardait de pouvoir le cultiver. L’an passé, nous avons présenté un projet à nos Petites Sœurs responsables, qui nous ont accordé l’aide demandée à hauteur de 570€ pour réaliser ce champ. Cette somme provient de vos dons, petits et grands.

    Pour faire vous aussi un DON : stfrancois.economat@orange.fr ou    02 41 68 12 12

    Nous avons constitué une équipe en fin de saison sèche pour défricher, brûler, enclore en bambou (contre les bêtes). Puis dès que les pluies sont arrivées, nous avons fait appel à l’aide de quelques mamans veuves en charge d’enfants, heureuses de trouver un petit gagne-pain temporaire.  Aidées de la Petite Sœur Prisca, elles ont  bêché, sarclé, semé, planté… Arachides, maïs, tarots, courges, haricots, gombos, et bien sûr manioc… sont sortis de terre.

    La première récolte d’arachides a rassemblé la fraternité au champ avec quelques amis et jeunes venus aider : une bonne récolte mise en réserve pour la vente au détail le moment venu. Pour le moment, les autres produits du champ servent à notre consommation. Par ailleurs, le petit jardin de légumes de nos Petites Sœurs Rosine et Aida, vient équilibrer nos repas avec un peu de verdure (rare ici). Nous  espérons que la force nous sera donnée pour continuer à domestiquer et faire fructifier cette belle et riche nature équatoriale que Dieu a mise à notre portée.

     

    Les Petites Soeurs de Ngotto

    Pour faire vous aussi un DON : stfrancois.economat@orange.fr ou    02 41 68 12 12

     

     

  • Une naissance à Ngotto : la Jeunesse Franciscaine !

    Les Petites Sœurs, en mission depuis quatre ans  maintenant à N’gotto, dans le diocèse de M’BAÏKI, ont à cœur de partager la richesse de la spiritualité franciscaine par le biais de leurs activités pastorales. C’est ainsi que la Petite Sœur Rosine a initié un groupe d’enfants à qui elle fait découvrir l’esprit et la vie du Petit Pauvre d’Assise.

    Depuis une année, j’avais ce désir de parler de Saint François aux jeunes. Après quelque temps, j’ai lancé un appel à la paroisse et dans le groupe de catéchèse. Très vite, des enfants se sont intéressés et sont venus nombreux : j’ai accueilli 56 enfants et jeunes !

    Qui sont-ils ? Ce sont des enfants du village, garçons et filles, ils ont 6, 7, 8, … 15, 18 ans. La plupart sont catéchumènes (chez nous, les années de catéchèse correspondent à la préparation au baptême et à la première communion car peu d’enfants sont baptisés bébés).

    Que deviennent-ils aujourd’hui ? Après l’inscription dans le groupe, ils ont participé aux réunions. Je les réunis tous les dimanches après-midis sous notre paillote, à la fraternité.

    J’ai commencé à leur parler de saint François… sa vie, son enfance, sa jeunesse, son désir…

    Je leur apprends une certaine manière de vivre,  et puis les chants franciscains, la salutation :

    « Paix et Bien ! ». En sango : « Siriri na Nzoni, ita ! ».

    Ils ont pu regarder un film à la fraternité sur la vie de François. Tout cela les intéresse, ils sont touchés.

    Après trois mois de cette découverte du Mouvement, le 20 mai 2018, en la fête de la Pentecôte, le groupe a reçu la bénédiction par le curé de la Paroisse. Désormais, ils sont reconnus au sein de la communauté paroissiale comme la Jeunesse Franciscaine. Les enfants sont heureux d’appartenir à ce groupe.

    A côté de cette initiation à la vie franciscaine, j’introduis aussi l’éducation, le respect du prochain, l’amour d’autrui, le goût de l’école. Parce qu’ici, beaucoup de choses manquent à nos enfants : leur épanouissement, leur développement, les droits et devoirs des enfants, tout cela est peu connu et peu respecté.

    Bref, ils sont contents d’appartenir à ce groupe et d’avoir une Sœur qui les écoute. Moi aussi, avec mes Petites Sœurs de N’GOTTO, nous sommes heureuses de voir naître ce petit groupe qui découvre la vie simple du « petit pauvre d’Assise » saint François.

    Petite Sœur Rosine

  • Chantez, priez, célébrez le Seigneur… avec St François, à Lorient !

    « CHANTEZ,  PRIEZ, CELEBREZ LE SEIGNEUR » C’est ainsi que commença notre fête de St François, le jeudi 4 octobre à l’église de notre paroisse à Lorient.

    La famille Franciscaine, les amis et les paroissiens sont réunis pour prier les Laudes et participer à l’Eucharistie festive. Car avec  notre frère François nous rendons grâce à Dieu pour les 50 ans de vie  religieuse de MADO.  Ses nombreux amis (es) ont répondu présents  et ont été bien participant pour l’animation.  A l’offertoire Mado entourée de sa Fraternité redit son don à Dieu. L’ambiance de prière et de joie s’exprime bien par cette louange à Dieu chantée de tout cœur.  « TOI SEUL ES SAINT SEIGNEUR DIEU, TOI QUI FAIS DES MERVEILLES. »

    Mais la fête continue à midi dans une salle paroissiale, avec le repas partagée. 9 tables de 6 bien préparées et décorées par la fraternité séculière ne furent pas de trop, on a même dû rajouter des places pour pouvoir accueillir tout le monde, et les amis des jardins familiaux ne manquèrent pas  de venir entourer Mado.

    Chaque table portait le nom d’un lieu Franciscain et au cours du repas certains invités exprimèrent ce que ce  site représentait pour eux. La fête se termina avec le film du pèlerinage à Assise de la fraternité Francesco fait en 2016 avec Mado et Godeleine ; cette dernière s’était jointe à nous ce jour-là.

    La Fraternité de Lorient

  • La St François… d’Assise à Chelles

    Cette fête de St François, nous ne l’avons pas préparée seules… mais avec un petit groupe qui depuis un peu plus de deux ans chemine avec nous pour découvrir comment l’esprit de François d’Assise parle encore aujourd’hui et peut éclairer nos vies.

    Pour signifier notre mission de prière, une personne du groupe a suggéré de mettre devant l’autel des éléments de notre Oratoire. A l’accueil nous avons proposé un petit signet sur lequel chacun pouvait écrire une intention. Ces intentions ont été ramassées à l’offertoire et déposées à l’autel avant de rejoindre notre oratoire où nous continuons ainsi à prier en communion avec tous.

    Quelques membres du groupe ont eu envie de découvrir le pays natal de François et ont effectué en juin un pèlerinage sur les pas du « petit pauvre d’Assise ». Marcelline, Emile, Jéhanne et Serge ont fait un montage vidéo pour partager en images leurs découvertes. Chacun d’eux a exprimé comment ils avaient vécu et apprécié ce temps. Ensuite un partage a permis à quelques-uns de partager leur propre découverte d’Assise et de la vie de François. Ils ont donné envie à d’autres de le vivre.

    Nous avons terminé la soirée en partageant un petit buffet où chacun a apporté ses spécialités. Après avoir remercié tous les participants, nous leur avons distribué un petit feuillet rappelant les propositions de la fraternité : prière pour la paix, vêpres du lundi soir avant la messe, porte ouverte le mercredi après-midi.

    Nous rendons grâce pour tout ce vécu joyeux, fraternel, priant…

    Les Petites Sœurs de Chelles

    Contact : pssfchelles@free.fr            01 60 08 29 47

     

  • Prière pour la paix à Lorient

    En famille franciscaine nous avons choisi de vivre la prière pour la paix sur le temps de midi pour permettre à ceux qui travaillent de venir vivre ce temps avec nous.

    Pour sensibiliser ceux qui portent ce désir de paix , Sylvie artiste a réalisé une grande et belle affiche qui restera toute l’année sur un panneau extérieur de l’église.

    Nos amis Chantal et Philippe  (qui tiennent une librairie) très motivés pour cette prière, nous ont demandé de leur envoyer chaque mois la date et le sens de la prière du mois. Ils envoient cela à tous ceux qui ont leur adresse mail à la librairie… en ajoutant leur note personnelle qui met en mouvement.

    Bientôt elle sera annoncée aussi sur RCF Radio Ste Anne à Lorient

    Et ça marche ! Nous sommes passés de 15 à 25 personnes venant  de Lorient, Larmor-plage, Quévin, Ploemeur…

    Petit à petit les uns et les autres commencent à partager comment ils vivent la paix là où ils sont.

    Après le temps de prière tous ceux qui le désirent viennent prendre leur pique-nique dans une salle du presbytère. Ce  temps  permet de se connaître, de partager simplement  c’est un moment d’ouverture…et ceux qui travaillent peuvent y participer.

    Esprit du Père, viens !

    Viens toucher les cœurs

    De ceux qui cherchent en eux la paix

    Viens, Esprit du Fils, viens !

    Que l’amour et la vérité se rencontrent

    Pour qu’enfin justice et paix s’embrassent.