• 100 ans… et une action de grâce débordante !

    C’est dans la joie, mais avec les limites imposées par la crise sanitaire que nous avons fêté les 100 ans de notre petite sœur Marie Andrée Millaret.  L’Eucharistie a pu été célébrée à l’intention de ses 100 ans. Après la communion, elle a partagé son action de grâce :

      En ce jour mon Dieu, je veux te rendre grâce, pour la vie que tu m’as donnée …Pour l’appel à te suivre, et de ton soutien dans les moments difficiles, Ainsi que pour toutes ces joies que tu as semées tout au long de mon chemin vers toi.

    Joie d’appartenir à la grande famille franciscaine et particulièrement à la congrégation des Petites Sœurs de st François, de qui j’ai tant reçue.

    Merci Seigneur pour le don de mes Sœurs près de qui j’ai trouvée un appui fraternel, dans les différentes fraternités ou j’ai vécu.

     Et je te rends grâce pour ces différentes périodes de ma vie qui ont été une véritable école de formation à la confiance, et à l’abandon.

    Merci pour ces riches années passées près des enfants, et ensuite près des malades, par les uns et par les autres j’ai beaucoup reçu.

    Et enfin merci pour ce passage à Toulon, entouré de tant d’amitiés, et d’ouvertures dans la diversité des situations.

    Françoise et Marie Andrée à Toulon où elles se sont pleinement engagées avec les plus fragiles…

    En retour de toutes ces grâces, donne-moi assez de générosité pour mieux vivre mon oui et répondre encore à tes appels, là où je suis dans la maison de la Roseraie.

    Oui béni sois-tu pour les merveilles de ton Amour.

    L’après-midi un goûter festif a été organisé par la maison. Marie-Andrée avait demandé un baba au rhum…elle en a eu 100 accompagnés du champagne… très bon moment de convivialité vécu avec les résidents et le personnel.

    Notre petite sœur fut submergée par le courrier, les coups de téléphone, les fleurs, envoyés par ceux et celles qui en ce jour auraient tant aimés l’entourer de leur présence amicale et de leurs prières.

    Et comme l’a souligné le directeur et bien des personnes de la maison : « merci petite sœur de nous offrir ta gentillesse, ton attention aux personnes, ta vitalité et ton espérance ».

  • Mission universelle !

    Daphné, Julien et leurs trois filles, on les connaît un peu. On les a rencontrés à L’Arche à Beauvais, on savait leur intention de partir en coopération en Afrique.
    Un jour Daphné nous dit : « ça y est une date est fixée nous partons mi-février » au Bénin à Banigbé ! Nous allons vous envoyer un courrier… »

    Le 2 décembre nous recevons leur lettre, plutôt leur demande : Être les marraines spirituelles de leur mission au Bénin à la ferme école Laudato-Si. Plus
    particulièrement confier à notre prière leur chenin de Foi et leur persévérance à l’écoute de la Parole de Dieu. Pour que leur mission soit d’abord et surtout un chemin vers Dieu. Nous confier aussi leurs trois filles : Siloé, Honorine et Léonie pour que germent en chacune d’elles l’amour de Jésus et le désir de le rencontrer en allant à la rencontre de leurs frères…

    Nous avons été très touchées de cette demande qui nous renvoie à notre mission première la prière. Pas autre chose mais tout cela….
    Daphné et Julien sont partis début février. Une messe d’envoi a été célébrée. Un bon moment vécu en Eglise !

    A l’origine de leur projet, il y a un besoin de se rendre utile auprès des plus fragiles, et ceci exprimé dès leur mariage.
    Aujourd’hui ils partent avec l’ONG Fidesco, une association dont foi et coopération sont les deux piliers fondateurs. Conscient de tous ce qu’ils ont reçu, ils se sentent appelées à bousculer leur quotidien et leur confort pour approfondir leur engagement au service des plus fragiles et à reconnaître en chacun sa beauté. Daphné sera responsable pédagogique de l’école. Elle aura pour mission de soutenir l’équipe enseignante et d’accompagner les enfants dans leur parcours scolaire.
    Julien sera responsable de la recherche de fonds pour le centre. Il supervisera les projets d’extension de l’école et aura à cœur de se mettre au service du développement de la ferme.

    Nous voilà parties nous aussi en mission sans sortir du territoire …. Mais en ouvrant nos cœurs pour rejoindre un autre peuple…Merci Daphné et Julien de nous embarquer avec vous…

  • La joie de se retrouver malgré les distances !

    Avec les Petites Soeurs de la rue du Dr Guichard, puis avec les Petites Soeurs de Beaupréau et Chantal de passage, on a fait une 1ère : une visio ensemble !
    Après quelques essais techniques, joie et émerveillement de nous voir, de nous retrouver, de se donner quelques nouvelles, et même d’aboutir à un nuage de mots autour de Mère Joséphine !
    Avant cela, autour du 8 décembre, on avait créé un apéro par skype entre les Petites Soeurs de Chelles et les Soeurs de la fraternité de Limoges ! Un beau temps d’échanges chacun chez soi autour d’un verre ! sans risques !
    Puis nous avons vécu entre Petites Soeurs le temps de prière, de renouvellement des voeux, que nous avions préparé ensemble. Nous l’avons vécu dans un vrai climat de partage, de prière, de communion…
    De beaux moments partagés ! et des outils techniques qui nous permettent cela !
    Merci Seigneur pour la créativité que tu mets au coeur de l’Homme !
    Claire Petite Soeur de St François
  • La fête de la vie consacrée par temps de couvre-feu !

    2 février présentation de Jésus au temple et journée de la vie consacrée. Comment célébrer ce jour ? à 18h il faut être chez soi et en plus des célébrations avec une distance convenable…

    A la fraternité de Beauvais, nous nous interrogeons pour marquer malgré tout ce jour. Le samedi 31 une lumière, peut être un coup du St Esprit !!!… Après avoir téléphoner au prêtre de la paroisse, nous décidons de proposer à toutes les consacrées de Beauvais de participer à la messe de 9h le mardi à la paroisse et même de participer au Laudes à 8h30. Qui viendra ?

    A notre grande surprise, presque toutes étaient là, des paroissiens nous ont rejoint. Nous avons même pu faire une procession de la Lumière en partant de la chapelle jusqu’à l’église pas loin car il n’y a qu’un escalier à monter !!… Nous avons vraiment vécu un temps fort, heureuses de nous retrouver et de pouvoir ensemble célébrer Notre Dieu de Lui rendre Grâce pour son appel et les merveilles qu’ils accomplis en chacune de nous en Eglise au service de la mission.

    A Chelles, là aussi, la fête prend une forme particulière ! Les Petites Soeurs ont suscité une rencontre en visio avec les consacrés de notre secteur. Cela prend bien, elles ont même eu des appels d’autres secteurs qui ont eu vent de la proposition. Ils se sont retrouvés à 20h autour d’un temps de prière et de la piste d’échange « comment, dans nos réalités d’insertion, essayons nous d’être témoin d’Espérance ? »

    A Limoges, les communautés étaient invitées à inviter, dans la mesure du possible des personnes qui ressemblaient au vieillard Syméon et à la prophétesse Anne.

    De belles occasions de rendre grâce pour notre vocation, pour ce OUI donné et redonné chaque jour. Que le Seigneur nous donne la grâce d’avancer avec ESPÉRANCE, AUDACE et FOI dans les incertitudes de cet aujourd’hui  !

    Oui, comme l’écrit Ste Claire d’Assise, « La plus grande de toutes les grâces que nous avons reçues et que nous recevons chaque jour de notre grand bienfaiteur, le Père des miséricordes, celle dont nous devons être le plus reconnaissantes, c’est notre vocation ».

     

  • Be Oko, d’un seul coeur !

    Cette année, bouleversée par la pandémie imprévisible, a mis le monde au diapason d’un nouveau mot, « confinement », créant un espace de communion inattendu. Nous aussi, en Centrafrique, nous avons dû nous protéger, fermer les écoles, limiter la participation au culte dans les églises à 15 personnes. Nous avons tremblé, en imaginant ce que deviendrait l’Afrique si la vague déferlait comme en Europe, tant les moyens de prévention et de soin étaient précaires. Jour après jour, une même supplication vers Dieu s’est élevée des églises, des chapelles, des familles, des postes de radios…, à l’aide d’une belle prière composée par nos évêques.
    L’économie s’est trouvée, comme partout, ébranlée, les plus pauvres et les plus malades, en ont pâti. Mais le virus n’a pas terrassé le pays. Singila na Nzapa !
    Nous, les Petites Soeurs, avons essayé de poursuivre nos activités au maximum. La vie en Centrafrique ne s’est finalement pas arrêtée à ‘Coronavirus’, loin de là… Combien de fois, surtout au village, nous avons pris conscience que nous faisions partie des plus privilégiés de la planète !

    Au Foyer Saint François aussi, la vie a été marquée par la pandémie. Par précaution, les quatre jeunes ont du regagner leur famille pendant quelque temps. Comme pour tous les lycéens de la planète, leurs cours se sont arrêtés. Mais ici, pas de cours en ligne ! et peu de possibilité d’étudier au quartier par ses propres moyens. Voilà l’une des conséquences sur les populations plus vulnérables – les jeunes et les enfants en Afrique – de la crise sanitaire.

    En Centrafrique, l’école a repris progressivement pour les classes d’examen à la période habituelle des grandes vacances, et les épreuves ont été reportées aux mois de septembre et octobre.

    Les CM2 ont composé du 9 au 12 septembre (C.E.F1 et Concours d’entrée en 6ème). Les élèves de 3ème ont passé le Brevet des Collèges la semaine du 22 septembre et pour ceux de Terminale les épreuves du Bac auront lieu mi-octobre. Pour ces derniers, les rattrapages et résultats ne seront que pour décembre.

    Continuons à rester unis les uns aux autres, à prendre soin les uns des autres…

  • Du nouveau à l’atelier de bougies en Centrafrique

    Depuis longtemps, nous les Petites Sœurs de Saint François de Centrafrique, nous disposons d’un atelier de fabrication des bougies comme activité génératrice de revenus, pour nous aider à répondre aux besoins du Secteur.

    Aujourd’hui, nous venons d’ouvrir une boutique pour diversifier notre activité. Nous commençons à vendre divers objets, par exemple des  livres de prière, chapelets, etc…

    Plusieurs Petites Sœurs de France ont déployé des efforts pour nous aider en envoyant des objets qui pourront enrichir les étagères de la boutique. Cela est arrivé par l’intermédiaire de l’Economat Général.

    A nouveau, nous avons reçu beaucoup de pains de cires et de godets de bougies-veilleuses, récupérés par beaucoup d’entre vous. Cela nous aidera beaucoup.

    Notre amie, Madame Véronique, nous a beaucoup aidées pour l’équipement de cet espace, en son nom propre et avec l’aide d’une fondation. Grâce à elles, nous avons pu faire une installation solaire pour l’électricité, refaire les peintures, et divers aménagements et équipements.

    Avant cela, l’ancien bâtiment a été transformé grâce à un projet pris en charge par la Congrégation.

  • Une expérience en fraternité avec les Petites Soeurs

    Je m’appelle Chanelle, j’ai 21 ans, j’étudie à l’Université de BANGUI en Sciences et Vie de la Terre pour la deuxième année. Depuis le 9 février, je suis en stage chez les Petites Sœurs de Notre-Dame d’Afrique à BANGUI, en fraternité.

    Ce qui m’a poussée à venir chez les Petites Sœurs de saint François? C’est le charisme des Sœurs, une vie de simplicité dans la pauvreté et la chasteté. C’est ça qui me donne le goût d’entrer chez les Petites Sœurs. Moi aussi, je veux être au service de Dieu de la même façon, parce qu’elles se donnent aux malades, aux pauvres, aux enfants, aux orphelins…

    J’aime beaucoup les études que je fais et je demande au Seigneur de me donner la force de les poursuivre le plus loin possible. Ce que je n’aime pas à l’école, c’est la tricherie, la corruption ou les mauvais comportements de certains professeurs.

    A l’école, je me sens très heureuse parmi mes amis. Je suis simple avec eux, je vis là aussi une vie fraternelle et de communauté entre frères et sœurs. Je vois qu’ils  apprécient cela. Ils me disent que je suis simple, souriante, et que je pense aux autres, alors que je suis très jeune parmi eux.

    Mon stage chez les Petites Sœurs m’a poussée à connaître davantage saint François et Mère Joséphine. De plus, j’ai découvert beaucoup de choses grâce aux Sœurs: comment fabriquer les gâteaux, les yaourts, les bougies. Elles m’ont  aussi appris la prière, la ‘bonne éducation’ devant quelqu’un, à être ordonnée dans mon emploi du temps, la manière de porter les habits, etc… Elles m’ont donné des conseils pour ma vie de chaque jour.

    Malgré mes faiblesses, découragements, peurs, doutes, inquiétudes, elles sont toujours prêtes à m’encourager à bien discerner ma vocation pour  bien répondre à l’appel du Seigneur. Je remercie beaucoup toutes les Petites Sœurs de FRANCE, de NGOTTO et de BANGUI qui m’ont aidée, de près ou de loin, et dans la prière aussi. Je veux continuer ma vie chez les Petites Sœurs. En tout cas, ce stage m’a beaucoup aidée et je suis très contente. Encore MERCI !

     

    Chanelle, stagiaire

  • Un Jubilé masqué !

    Ce  29 octobre, juste avant le confinement, les Petites Soeurs qui habitent au foyer-logement de Beaupréau (49) ont vécu un temps d’action de grâce pour les 70 ans de l’engagement de notre Petite Sœur Solange en vie religieuse franciscaine.

    Dessin fait par une Petite Soeur pour les 50 ans de vie religieuse de Solange

    Le 19 juin 1950, Solange faisait sa 1ère profession chez les Petites Sœurs franciscaines de Notre Dame de Lenne.

    Au lendemain de la guerre, Solange a entendu avec force l’appel du Seigneur qui lui a fait quitter sa famille, pour arriver en terre et en congrégation « inconnues ». Des témoins dont le Père Aloïs, l’ont aidée à faire ce pas pour rejoindre les Petites Sœurs de Lenne qui se dévouaient au service des enfants orphelins ou abandonnés.

    Après sa profession, se sont passés 18 ans, durant lesquels, elle a été envoyée à St Yaguen, au noviciat, à Séverac le Château, à Esvre en Touraine puis arrivée à Angers en 1968 à l’école des travailleuses familiales… pour partir en Centrafrique de 1969 à 1976 avec une présence active près des mères et aussi sur les routes, comme chauffeur pour l’approvisionnement des fraternités.

    Au retour de Centrafrique, Solange s’est investie dans diverses missions à Goos, St Yaguen, Millau, Lenne, Montpellier (l’hortus et la Roseraie) et c’est à Beaupréau qu’elle poursuit une mission nouvelle auprès des Résidents depuis 2010 !

    Ce 29 octobre, François Richer, prêtre de notre Paroisse a pu se déplacer pour célébrer l’Eucharistie et rendre grâce avec nous, pour ce chemin parcouru où les joies et les épreuves se sont mêlées et où la présence de l’Esprit Saint a été lumière et paix.

    Les Petites Soeurs et la famille de Solange n’ont pu nous rejoindre mais tous ont été bien présents à notre prière.

    Avec notre Petite Sœur Marie Germaine Binenda qui elle aussi, fête ses 70 ans de vie consacrée nous chantons : « Louez et bénissez mon Seigneur. Rendez-lui grâce et servez-le en toute humilité ! »

  • La joie de la relation entre les Soeurs aînées et des Jeunes !

    voir la vidéo : des rayons de soleil !

  • LE MANIOC, un bon fruit de notre mère la Terre

    La production de manioc est tout un processus aboutissant à la farine pour la consommation quotidienne locale: la boule de manioc. C’est l’aliment de base chez nous, très aimé par la population centrafricaine et tenu pour indispensable.

    Ici à la fraternité, dans le champ que nous avons défriché et mis en culture, nous voici à la récolte, un an après la plantation d’une grande étendue de manioc.

    Après l’arrachage d’un premier carré, c’est le transport des tubercules récoltés, du champ à la cour de la maison, avec quelques personnes venues nous aider : ouvriers, jeunes et amis. Un travail qui s’égrènera sur plusieurs mois…

    Les tubercules sont épluchés à l’aide de couteaux et machettes,
    avant de les placer dans des barils remplis d’eau. Là, ils perdront leur matière toxique. Deux ou trois jours après le dépôt des tubercules dans les cuves d’eau, il faut les ressortir pour les laver puis les placer sur des sacs ou des feuilles de palmier.

    Là, nous utilisons des machettes pour couper en petits morceaux les tubercules ramollis.

    Il faut ensuite les entasser dans des sacs de jute bien fermés sur lesquels nous déposerons de grosses pierres dans le but de presser le manioc à l’intérieur. Cela durera deux à trois jours et permettra la fermentation.

    Ensuite, nous retrouvons le manioc sous forme de pâte. Nous le retirons des sacs pour le déposer sur des bâches au soleil. Il faut l’étaler en séparant bien les morceaux afin de bien le sécher.

    Une fois sec, il est prêt à la consommation. Il n’y a plus qu’à le réduire en farine, soit au pilon et au mortier (manière traditionnelle), soit dans l’un des moulins à essence du village contre une somme modique.

    A la communauté, nous avons donc fait réserve, de notre farine de manioc pour un bon moment. Nous en vendons aussi une partie pour rémunérer les personnes qui nous aident et pour continuer à entretenir notre champ: il faut notamment se battre contre les cochons et cabris du village qui perforent régulièrement la clôture pour venir voler leur nourriture ! Nous espérons, à l’avenir, faire de ce champ un complément de ressources pour nous aider à vivre car l’enclavement de nos villages et les problèmes de déplacement y rendent la vie plus coûteuse qu’ailleurs. Tous ensemble, nous les Petites Sœurs, avec les ouvriers, les enfants pygmées, les enfants de Baboundji et quelques collégiennes, tous familiers de notre fraternité , nous avons eu la joie de faire ce long travail main dans la main, joyeusement !

    Nous nous excusons pour la mauvaise qualité des photos. Le confinement et la difficulté des outils de communication en Centrafrique compliquent la diffusion des photos.

    Petite Sœur Aida, Ngotto