• La chronique du chat de Morannes !

    Moi, le chat de la fraternité de MORANNES, je me fais le porte-parole des Petites Sœurs pour venir vous donner des nouvelles. Une 1ère bougie à souffler ! 
    Dès leur arrivée, elles m’ont nommé Melchior, sans savoir que quelques mois après elles me trouveraient dans la crèche tout près de Jésus. Je suis devenu chat adorateur…

    Je suis étonné par leur énergie et leur créativité. Après la maison, elles vident, trient, aménagent les dépendances extérieures de la maison. Quel remue-ménage ! Je me promène désormais entre Fonte-Colombo, Rivo-Torto, St Damien, L’Alverne, Greccio, la Calterie, l’Erable. Une découverte de la vie franciscaine par les pattes.
    Jusque-là j’avais mes repères et mes cachettes dans le jardin. Voilà qu’elles retournent la terre, arrachent l’herbe, taillent les arbres, sèment … Je n’ai plus peur
    de la brouette et je suis bien heureux d’avoir de la compagnie au jardin. Je découvre les tomates, les courgettes, les carottes, les concombres, les melons, les poireaux, les salades, les haricots et toutes sortes d’herbes qui sentent bon.

    Maintenant je peux contempler le passage des bateaux, des barques de pêcheurs, des canoës et même des pédalos ! grâce au nettoyage vigoureux des berges. Elles rêvent même de m’emmener en croisière sur la Sarthe en pédalo ou en barque. Qui sait ! Elles en sont capables.
    Depuis peu, je les rejoins au fond du jardin, tout au bord de l’eau, dans leur nouvel oratoire extérieur. Elles ont construit quatre beaux bancs en matériaux de la région, des briques et des ardoises. Le matin, je fais ma méditation avec les Petites Sœurs présentes.


    Un après-midi, je les ai vu réaménager le studio St Damien pour pouvoir accueillir un couple et profiter tranquillement du jardin.
    Depuis mon muret, je vois passer beaucoup de monde dans la maison et dans le jardin : des amis, des groupes. Ils sont tous différents. Certains discutent, d’autres viennent prier, partager un repas, ou bien venir en aide aux Petites Sœurs pour le jardin et la maison. Et parfois même ils déposent des fleurs, des légumes tout juste cueillis, une revue, des desserts, une brioche, un pot de miel, des croissants le dimanche matin, des outils de jardin, et même de la paille où je peux passer une nuit bien au chaud.
    Au début de l’été, elles m’ont laissé toute une journée pour faire la fête autour du jubilé des 60 ans de vie religieuse de Marie Cadeau. Elles n’étaient pas seules … 86 invités. Une grande joie pour toutes.
    J’ai vu Michelle partir accueillir et accompagner les familles venant en vacances au camping voisin grâce au Secours Catholique. Marie Cadeau est même partie une semaine en retraite. Godeleine poursuit ses visites dans le village. Régine chante encore plus depuis sa session de chants franciscains dans son Aveyron natal et se trouve bien seule au CHU d’Angers (1800 lits) pour accompagner les malades avec son unique collègue. Marie profite de ses vacances pour rendre le jardin et la maison de plus en plus beaux et accueillants.
    J’entends bien les cloches de l’église sonner mais elle reste fermée à cause des travaux de consolidation. La nouvelle organisation du diocèse, la réalité de l’Eglise de l’Anjou, la vie chrétienne locale les invitent à réfléchir aux enjeux de l’évangélisation en milieu rural. Elles ont déjà des idées qui vont se mettre en place avec leur nouveau curé.
    En congrégation, elles préparent pour cette année le 150ème anniversaire de fondation de la Congrégation. Je suis trop jeune pour avoir connu leur fondatrice qui aimait venir dans cette maison. Peut-être mes lointains ancêtres ont croisé Mère Joséphine. A cette occasion, elles mettent en place un rallye entre la rue Louise Renault et la fraternité. J’accueillerai les participants. J’attends avec impatience l’ouverture de l’écomusée de Mère Joséphine dans une pièce grenier. J’aurai peut-être enfin l’autorisation de grimper au 2ème étage pour découvrir la vie des 1ères Petites Sœurs Garde Malades habitant la maison à travers des objets d’époque. J’y trouverai peut-être une petite souris … de quelle année ? 1876 ou 2023 ?

    A suivre … Melchior pour les Petites Sœurs de la fraternité de Morannes

  • Boali : bénédiction de la maison !

    Jour de joie, jour de fête ! Les Petites Sœurs de Bangui, nos frères franciscains, nos Sœurs de St François, Mr le Maire, plusieurs Chrétiens et amis de Boali,  sont là au rendez-vous. Notre frère Thaddée, franciscain évêque de Kaga Bandoro nous a fait la surprise de sa présence aux côtés du Père Matthieu, vicaire général de Bangui.

    Au cours de la messe, il a béni la chapelle et toute la maison, et déposé le Saint Sacrement au Tabernacle C’était aussi l’occasion de remercier les ouvriers qui ont construit la maison, le frère Kordian qui a supervisé les travaux avec vigueur. Merci aussi à lui pour la beauté qu’il a voulu donner à notre chapelle: l’autel, l’ambon et le tabernacle sont réalisés en bois du pays, sculptés par un jeune artiste avec des représentations de l’évangile. Et au mur une belle représentation de la nativité, scène chère à Saint François.

    Nous nous émerveillons pour tout ce que Dieu a fait pour notre congrégation, plus particulièrement dans notre secteur de Centrafrique. Nous disons merci pour notre vie à la suite du Christ. Et aussi un grand et profond merci à nos Petites Sœurs de France et du Conseil qui nous ont soutenues depuis le projet et la réalisation jusqu’à l’ouverture de cette fraternité. Nous sommes reconnaissantes de tous les efforts fournis et de tous les liens qu’ils ont créés. Nous sommes reconnaissantes aussi envers tous les amis de la Congrégation, en France et en Centrafrique qui soutiennent notre mission en Centrafrique de multiples manières.

    Notre fraternité, qui a commencé dans le temps de Noël, a pris le nom de Greccio. Cette année 2023, la Famille Franciscaine fête les « 800 ans de Greccio », c’est-à-dire l’anniversaire de cette inspiration de François de représenter la crèche « Je veux le voir de mes yeux de chair, tel qu’il était, couché dans une mangeoire et dormant sur le foin… »

    Boali, le 25 février

  • Une vie donnée : témoignage !

    A Toulon avec Françoise où elles ont vécu très proches des plus démunis

    Marie-Andrée tu viens de fêter tes 102 ans, que peux-tu nous dire de toutes ses années de vie de Petite Soeur ?

    Je ne peux que remercier le seigneur de ma vie religieuse, et toutes les petites sœurs qui m’ont toujours bien accueillie. Je Le remercie de la grâce d’avoir tenu le coup jusqu’à mes 96 ans où j’étais encore à Toulon avec les Petites Sœurs au service de la diaconie du Var, avec les plus pauvres

    Quels ont été les meilleurs temps de ta vie ?

    J’ai été très heureuse à Val d’Aurelle (Centre anti cancéreux), à Toulon aussi ! et pendant les 25 ans au Vignogoul au service des enfants. Que ce soit avec les enfants, les malades ou les plus démunis j’ai aimé les différentes missions et lieux où j’ai vécu.

    D’ailleurs je n’ai jamais rien demandé, mais je faisais confiance au Seigneur et à la congrégation là où on m’envoyait.
    Actuellement à l’EHPAD de la Roseraie et étant dans le « grand âge » avec moins de force, je continue, je vis… !

     

  • Avec Mère Joséphine, prendre soin…

    Dimanche de la santé : prendre soin…

    Notre fondatrice, Mère Joséphine, fait sienne l’œuvre des garde-malades qui nécessite sa présence et ses compétences. Nous sommes nous aussi appelés à « garder » ceux qui sont confiés, prendre soin les uns des autres, prendre soin de chaque personne dans toutes ses dimensions : corporelle, morale, spirituelle, familiale.

    «  Suis-je le gardien de mon frère ?» disait Caïn… « Tu es le gardien de ton frère » dit St François.

    Notre fondatrice, Mère Joséphine, était garde-malades. Avec d’autres femmes, elle se rend auprès des malades qui ont besoin de sa présence, de ses compétences, de son aide spirituelle.

    Chaque fraternité et chrétien associé est invité à vivre l’une ou l’autre des propositions. Mais cela peut être aussi pour vous, chers internautes !

    • Vivre un temps de partage en fraternité, en famille, avec des voisins :
      • Qu’est-ce que cela signifie pour moi prendre soin : concrètement, en fraternité, en famille, avec les personnes que je rencontre… ?
      • « Dieu prend soin de toi ». Psaume 54 : comment cette Parole de Dieu résonne pour moi ? comment Dieu prend soin de moi concrètement
    • Offrir une bougie à quelqu’un qui prend soin de moi
    • Prendre contact avec le service évangélique des malades de la paroisse, l’aumônerie d’un EHPAD, la pastorale de la santé… Et selon les liens que nous avons : offrir une bougie aux aidants, aux soignants, proposer un verre de l’amitié, ou une petite halte spirituelle et priante, un goûter, dans nos fraternités
    • Anges gardiens : entre nous dans les fraternités, en famille, avec les voisins : piocher le prénom d’une Petite Sœur, d’un autre chrétien associé, d’un membre de la famille… et durant une journée, une semaine (durée à choisir ensemble avant), se faire particulièrement proche par des petites attentions, mots, gestes…
    • Vivre un temps de prière avec le Psaume 54, la 1ère lettre de St Pierre 5, 7, la prière pour le dimanche de la santé, le chant : « C’est par ta grâce »
  • Quand le projet de Morannes s’élabore ensemble !

    Les chrétiens associés de Morannes étaient invités à une matinée de travail au 10 place De Gaulle, à Morannes ! Des pistes d’action avaient déjà été balisées:  Morannes comme lieu de rencontres : accueil,écoute,convivialité ; lieu de ressourcement spirituel, de prière, de retraite ; lieu franciscain et avec le message de Mère Joséphine.                    

    Soeur Marie Grillon nous propose une expression libre sur des adhésifs ….et les portes des meubles haut de cuisine se trouvent tapissées d’une floraison d’idées !

    dont voici quelques unes :

    Au dedans:  Ecoute – Partage avec des supports ; Bibliothèque ouverte à tous; chants/chorale; tricot/thé-café; cuisine/repas partagés; chapelle/partage de la Parole-Liturgie; ressourcement retraite possible avec des Petites Soeurs.

    Au dehors:  jardin/ lieu thérapeutique; production en permaculture; approche d’une écologie intégrale. Mais aussi programmation d’activités : randonnées(avec balisage); divers pèlerinages; présence au foot etc…                        

    Pour cela il faut des « personnes ressources », des petites mains et beaucoup de coeur, de persévérance pour que tout s’articule autour du projet communautaire avec une visibilité humble et joyeuse. L’espérance ne se construit pas sur nos forces mais sur les dons de l’Esprit et sur la diversité des talents au service des autres. Ensemble nous tracerons un sillon pour la « Mémoire collective ». Ensemble commençons.

  • Des nouvelles de Boali !

    Depuis septembre, nos deux Petites Sœurs Aida et Diane, envoyées pour la fondation de la fraternité de BOALI, ont commencé leur mission.

    Elles habitent une petite maison, louée au quartier, en attendant la fin de la construction de notre maison, et ont commencé leurs activités, avec nos frères franciscains, en charge de la paroisse.

    Les travaux se poursuivent grâce à la solidarité de tous : Congrégation, amis et organismes. La toiture est en cours de pose.

    MERCI à tous !

    CLIQUEZ ici pour faire un don :

    https://www.cotizup.com/missionboali

  • Greccio à Morannes !

    Il faisait bien froid ce 17 décembre lorsque nous sommes allés à « Greccio » recréé dans leur grange par les Petites Sœurs de Morannes. Avec elles, nous étions une trentaine de pèlerins transis venus de Morannes, de Châteauneuf, de Champigné et même de Tiercé. Dans la pénombre, un peu éclaircie par de nombreuses petites lumières, nous avons vu leur visage souriant et plein de confiance. Outre avec leurs sourires, elles nous ont accueillis avec des couvertures !

    Au son discret de la guitare joué par René, nous sommes entrés dans une magie de recueillement, de silence, d’attente… Nous avions chaud au cœur malgré les frissons. La Sainte Nativité nous a été contée avec la simplicité, la chaleur, la douceur franciscaines. Beaucoup d’entre nous ne pouvaient cacher leur émotion et j’en sais quelques-uns qui ont essuyé leurs larmes.

    Lorsque Jésus est venu s’offrir à nous sur l’autel de la crèche et que l’hymne de Noël a retenti, chanté par tous à pleine voix, j’ai vu Mère Joséphine nous regarder avec un petit sourire bienveillant. Oh ce fut bien discret, à son image. Mais elle était fière de ses Petites Sœurs. Elle le pouvait. Nous le sommes aussi, pauvres chrétiens auxquels nos cinq Petites Sœurs de Morannes redonnent de l’Espérance et de la Joie.

    Le vin chaud, distribué avec abondance ainsi que les excellentes pâtisseries, ont achevé de nous réchauffer, de nous réconforter, de nous réunir, dans cette maison où chaque pièce est devenue un refuge pour chacun.
    Merci à nos Petites Sœurs, merci à Joséphine, merci à François.

    Que la Joie de Noël continue à se manifester comme en ce « Greccio »* du 17 décembre 2022 !

    P, un participant à ce Noël

    * Greccio est un petit village de montagne où St François a voulu célébrer Noël à la fin de sa vie, en mettant en scène la Nativité

  • « Fratelli Tutti »… Entraide fraternelle à NGOTTO

    De passage à NGOTTO pour quelques mois pour préparer mon engagement définitif, je vous raconte mon expérience dans l’équipe de Caritas paroissiale. Après avoir vécu dans ce village, il y a quelques années, et en y revenant pour cette circonstance, j’ai été heureuse de m’engager dans ce service.

    J’ai rencontré Mamie Elisabeth, une personne âgée, isolée, qui vit de presque rien, sans revenu. Elle a un petit champ qui l’aide à se nourrir de temps en temps. Sa maison est délabrée, presque en ruine. Elle n’a pas de ressources pour la réfectionner ni pour l’équiper d’un lit et de quoi s’asseoir.

    Avec l’équipe de la Caritas, qui est composée de quelques laïcs et moi-même, nous nous sommes mobilisés pour lui construire une petite maison.

    Savez-vous quelles sont les personnes qui se sont engagées pour aider cette mamie à avoir une maison? – Les jeunes venus de villages éloignés que nous, les Sœurs, soutenons pour leur scolarité car sans aucun soutien de leurs parents.  Eux, ils fabriquent les tuiles de bambou pour couvrir la maison. Deux jeunes du groupe de St Vincent de Paul fabriquent les briques, accompagnés d’un paroissien qui est maçon. Nos enfants des villages eux, ont fini leur année scolaire et sont toujours là. C’est la période du ramassage des chenilles, un moment important dans la vie des villageois pour faire des réserves alimentaires  ou un peu de vente. Mais ils ont tout abandonné de leur propre initiative pour apporter leur participation jusqu’au bout.

    ici, Mathurin un élève Pygmée et Claver, un enfant d’une famille très pauvre, restés à Ngotto pour fabriquer les tuiles pour cette maman

    Et moi, passionnée par la pauvreté qu’a vécue St François d’Assise, sa proximité des plus petits continue de résonner dans mon cœur. Etre au service des pauvres est pour moi une manière d’imiter Jésus dans son amour réel pour les plus petits, comme l’a fait saint François.

    Cette grâce de vivre cela au quotidien vient de Lui.

    La réalisation de la maison de Mamie Elisabeth est pour moi le résultat des efforts de tous, chacun apportant ses qualités pour relever l’autre.

    Nous formons un groupe fraternel. C’est un geste qui me touche, qui m’encourage, comme Petite Sœur, à regarder dans chaque être l’amour de Dieu. Un pauvre aide un pauvre à se relever. C’est ce que ces jeunes ont pu faire avec cette mamie.

    Petite Sœur Diane

    Et pour moi, qui quitte NGOTTO après cinq années, JOIE de cette présence missionnaire !

    J’ai fait une belle expérience parmi cette population, dans le « vivre ensemble » avec des personnes de tout genre, dans le travail auprès des enfants de basse condition.

    J’ai aimé ma mission à l’école, car elle m’a permis d’être en lien avec  tous, enfants, enseignants, parents d’élèves, et à travers cela, de toucher du doigt ce que vivent les enfants afin de pouvoir les aider.                      Petite Sœur Aida

     

  • La Fête de Saint François à Lorient

    La fraternité renouvelée de Lorient est à l’étape de la découverte de la nouveauté dans tous les domaines : paroisse, environnement, relations …
    Au fil des jours, nous avons eu l’occasion de rencontrer l’un ou l’autre membre de la Famille Franciscaine locale. La Fête de Saint François a été l’occasion de connaître les différentes fraternités laïques de Lorient et des environs, réunies au complet pour célébrer notre Frère François.

    Le 3 octobre, rendez-vous à 18h à l’Eglise de la paroisse pour le « Transitus », commémoration du passage de François vers le Père ;
    célébration priante, recueillie au cours de laquelle deux jeunes femmes, Anaïs de Lorient et Xuan de Pontivy, ont fait leur demande d’entrée dans la Fraternité Séculière ; ce moment où elles ont prononcé leur demande fut très émouvant, de même lorsqu’elles ont reçu l’accueil chaleureux des responsables de la Fraternité où chacun pouvait se sentir naturellement engagé dans cet accueil. La soirée s’est poursuivie autour d’un pique-nique festif et partagé ; rendez-vous était pris pour le lendemain où à la célébration eucharistique, nous avons fêté la Saint François avec les prêtres et les chrétiens de la paroisse.

    A bientôt la joie de vous retrouver pour d’autres échos bretons de Lorient …

    Marie-Madeleine, Monique, Gisèle et Annie

  • Engagement définitif de notre Petite Soeur Diane

    Joie chez les Petites Soeurs et pour toute l’Eglise !

    Diane a choisi de prononcer ses vœux perpétuels dans la paroisse de son baptême, où elle a grandi, la paroisse Saint Michel. Située à proximité du quartier « km5 », zone de dures violences pendant la guerre récente, elle est l’une des paroisses qui ont beaucoup souffert. Laissons lui la parole.

    Mon engagement définitif a été célébré le 19 juin 2022 sous un grand soleil, en pleine saison des pluies !

    C’était en plein quartier. Nous avons vécu cette Eucharistie dans une petite chapelle érigée en paroisse car l’église Saint Michel a été brûlée par les hommes de mauvaise foi lors des événements qu’a connu notre cher pays la RCA.

    C’est dans cette paroisse que j’ai été baptisée et que j’ai grandi. J’ai été touchée par la générosité des Chrétiens. Comme la femme de Sarepta dans la Bible, qui avait seulement dans sa jarre une poignée de farine, et un peu d’huile dans un vase, et n’a pas eu peur de le partager.

    Il y avait de l’ambiance, ce jour ! L’accueil était chaleureux, on dansait, on chantait… La communauté chrétienne de Ngotto et celle de Notre-Dame d’Afrique étaient bien représentées aussi.

    Et quelques mots du MERCI de Diane à la fin de la célébration :

    « A vous tous, mes frères et sœurs de Notre-Dame d’Afrique et du diocèse de Mbaïki, avec qui j’ai eu la joie de travailler en Eglise pour annoncer l’amour de Dieu, je vous dis merci pour ce que vous donnez de vous-mêmes et merci à Dieu de vous avoir mis sur ma route. 

    A vous, Chrétiens de la Paroisse Saint Michel, les mots me manquent pour vous témoigner tout ce que vous êtes pour moi. Ma vocation est née et a pris racine dans cette paroisse.  

    A vous toutes, mes Petites Sœurs, pour votre proximité auprès de moi, vous m’avez soutenue et accompagnée tout au long de ce temps. […] … dans la patience, vous m’avez formée selon le charisme de St François et Mère Joséphine. Aujourd’hui, je vous dis merci de m’accueillir définitivement comme Petite Sœur.

    « Les Petites Sœurs se stimulent, s’entrainent sur la route de l’Evangile car c’est jour après et pas à pas que se construit la vie en fraternité » (constitutions). Je compte sur le Seigneur et je m’engage avec la grâce qu’Il me donnera à construire la fraternité avec mes Petites Sœurs sur l’attitude de l’accueil, de la communion fraternelle, du pardon, du service, et de l’échange mutuel.

     

    « Ma vie aujourd’hui dans la condition humaine, je la vie dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré pour moi » (Lettre de Paul aux Galates 2,20)

    « Louez et bénissez mon Seigneur, Rendez-lui grâce et servez-le en toute humilité » (St François)