L’école buissonnière durant la crise

L’interruption des cours, chez nous, est arrivée au début de la saison des pluies. Temps des travaux champêtres et du renouveau de la nature: défrichage, semailles…

Sœur Aida qui, en marge de son travail d’institutrice à l’école de NGOTTO, encadre plusieurs enfants et adolescents pour leur permettre de poursuivre leur scolarité malgré les difficultés du milieu familial, a eu l’idée de défricher un espace resté libre à côté du champ de la fraternité, tout près de la maison. Ainsi, les élèves venus du village pourraient cultiver et bénéficier de la récolte pour leur subsistance pendant l’année scolaire loin de leur famille.

Et ainsi fut fait.

1,2,3, c’est parti ! Défricher, entourer avec du bambou coupé en forêt (pour faire obstacle aux cabris et cochons du village), retourner la terre, semer… Les enfants de BABOUNDJI sont revenus pour l’occasion. Mais ce n’était pas un petit travail. Il a fallu appeler d’autres camarades en renfort !

Comme nous, les Sœurs, avons l’occasion chaque année de donner  un « coup de pouce » à plusieurs enfants dont les familles ne peuvent plus subvenir aux frais d’écolage (et qui, pour cette raison, risqueraient de laisser l’école) tout naturellement, ces jeunes ont rejoint les premiers pour travailler main dans la main avec Sr Aida.

Et la friche s’est peu à peu transformée en belle terre cultivée. Ce mois de septembre, nous en sommes à la récolte des arachides et du maïs.

Et ce n’est pas tout. Pour s’entraîner à la rédaction, épreuve importante du concours d’entrée en 6ème, les enfants ont eu à raconter leur travail. Fabrice et Francelin se sont pris au jeu et ont cherché à améliorer leur premier brouillon, tenant compte des corrections et conseils.

Laisser un commentaire