• 200 ans ça se fête !

    Les 30 et 31 mars derniers les Petites Soeurs de Saint-François-d’Assise, des personnes proches de la congrégation et des chrétiens de la région de Morannes ont fêté les 200 ans de la naissance de la fondatrice Mère Joséphine, née Louise Renault.

    Le rendez-vous était fixé ce samedi 30 mars 2019 à 14h, pour l’accueil de tous les invités, sur la place de l’église de Morannes. Autour du baptistère de cette église, les participants se sont rassemblés pour la 1ère étape de ce pèlerinage. C’est en effet en ce lieu que Louise Renault a été baptisée le 31 mars 1819, le lendemain de sa naissance.


    Puis, à partir de là, un convoi de quelques dizaines de véhicules s’est élancé vers les lieux où Louise Renault a vécu durant sa jeunesse. Parmi les participants se sont retrouvés des Petites Sœurs de tous âges, leurs amis et les membres de leurs familles, les prêtres, les religieuses et religieux franciscains, les chrétiens associés et des habitants des communes environnantes, pour marcher à la suite de Louise Renault sur les chemins de Morannes, Daumeray et Brissarthe.

    En fin d’après-midi, après cet émouvant pèlerinage, ponctué de récits, de chants et de prières, tous les pèlerins se sont retrouvés à Morannes, pour un temps de convivialité. L’occasion de se remémorer, souvenirs, impressions, questions…

    Un temps a été ensuite consacré à la présentation de l’histoire de la Congrégation des Petites Sœurs de Saint François d’Assise, depuis la jeunesse de Louise Renault, déjà toute habitée par sa foi en Jésus-Christ, jusqu’à l’époque actuelle, en passant par les différents développements de le Congrégation en France et à l’étranger.

    A l’invitation du P. Jean Quris (délégué épiscopal à la vie consacrée), des Petites Sœurs (aînées et jeunes, françaises et centrafricaines), ainsi que des chrétiens associés ont témoigné de leur vie éclairée et animée par le charisme de Mère Joséphine.

    Mgr Delmas, évêque d’Angers, ainsi que Mère Marie-Noël Bénédicte, Prieure Générale des Servantes des Pauvres, se sont joints à ces festivités.

    Le lendemain, dimanche 31 mars, le matin dès 7h45, quelques vingt-six vaillants pèlerins, ont cheminé à pied, à partir du « Petit Cordé », lieu de la maison familiale de Louise Renault.
    Dans des temps alternant silence, prière et partage, ils sont arrivés sur la place de l’église de Morannes.

    Là, d’autres participants, dont quelques membres de la famille de Louise Renault, les paroissiens de Sainte-Claire-entre-Mayenne-et-Sarthe, des Petites Sœurs, chrétiens associés et amis les attendaient pour entrer dans l’église pour la célébration de l’Eucharistie dominicale présidée par le P. Jean Quris.

    Le P. Gérard Martin, curé de la paroisse, a accueilli les pèlerins avec joie et fierté. Chaque groupe de participants a été invité à se présenter devant le reste de l’assemblée. Ce sont ensuite quelques Petites Sœurs et chrétiens associés qui ont ouvert la célébration par une procession vers l’autel.

    Les chants proposés par l’équipe paroissiale de la liturgie ont été repris avec entrain, à la suite des musiciens et chanteurs de l’équipe d’animation.

    Tout au long de ces journées, chacun a pu apprécier l’enthousiasme des équipes paroissiales : c’est grâce à leur investissement auprès des Petites Sœurs de la fraternité de Morannes depuis de nombreuses semaines, que le 200ème anniversaire de la naissance de Louise Renault a pu se dérouler avec une telle sérénité.

    Une belle fête ne se termine jamais sans un repas : en effet, après la messe, une rencontre amicale a réuni toute l’assemblée autour d’un apéritif, et chacun a été invité à partager fraternellement le repas de clôture.

    « Un soleil vif et printanier a illuminé ces 2 journées – sans doute un clin d’œil de Mère Joséphine qui avait promis de veiller sur nous du haut du Ciel », a fait remarquer un membre de l’équipe !

  • Des visitations à l’hôpital

    En réponse à l’appel de l’Archevêque et après discernement en congrégation, j’ai répondu positivement à la mission d’aumônier d’hôpital. Cela fait donc six mois, que j’ai l’immense joie de vivre en équipe cette mission à l’hôpital Saint Eloi, à Montpellier.

    Je vous partage quelques petits trésors de mes « Visitations » :

    – Mr B. : je le visite depuis deux mois, il vient de sortir d’un longue période de coma. Cet après-midi il est sevré du respirateur et de sa trachéotomie. Il m’accueille par un puissant « Bonjour » C’est la première fois que j’entends sa voix, quelle émotion ! Nous partageons. Son papa m’avait confié d’aller le visiter, mais surtout de ne pas parler de la Foi !

    Il me serre la main et me dit « Merci pour votre COMPASSION » Lui qui est athée, me renvoie le mot si fort pour notre Congrégation, en ce temps des 200 ans de la naissance de Mère Joséphine !

    – Mr P. : est atteint du SIDA, je le visite depuis de longues semaines, avide de découvrir la Foi, dans le souvenir de ses six ans auprès de sa grand-mère très croyante ! Il reprend du poids et retrouve force et espérance !
    Un jour après un partage disons théologique, il me dit « Je vais grossir spirituellement , avec toute cette nourriture que vous me donnez, mais comment le mesurer ? »

    – Me L. : m’accueille assise en tailleur sur son lit, elle m’annonce sa sortie prochaine. Je lui demande où est sa maison, elle me répond dans les cartons, je suis à la rue… ! Gênée par la maladresse de ma question, je l’écoute avec attention. Elle me partage qu’elle n’a plus rien à se mettre.
    Je retourne au local et grâce aux cartons rangés par catégorie de vêtements, je lui prépare une valise. De retour à la chambre, elle sourit si heureuse de découvrir les vêtements et à sa grande surprise… un sac à main ! Elle le serre sur son cœur et se met à pleurer !!

    Que de moments partagés, de grâces reçues !

    Petite Sœur Régine BADOC MONTPELLIER

  • Dialoguer, c’est chercher Dieu

    Les Petites Soeurs de Beauvais témoignent d’une journée de témoignage et de formation sur le dialogue interreligieux.

     La spiritualité dans l’Islam et le Christianisme : Comment fonde telle et construit-elle la fraternité ?

    Eric GEOFFROY : islamologue, spécialiste du soufisme ; fondateur de conscience soufie.

    Philippe KERNEY : prêtre accompagnateur du service diocésain des relations avec les musulmans.

    Comme témoins et acteurs de la fraternité, ils nous ont donné des textes fondamentaux en partant de leur expérience. Egalement des personnes de religions diverses ont témoigné.

    Ce que nous retenons : « La Création toute entière est la famille de DIEU. »

    Eric  G : A vécu des expériences dans plusieurs religions. A un moment donné, à la découverte de la spiritualité du soufisme dans l’Islam, il s’est dit: « c’est là ma place ».

    *La dimension spirituelle intérieure se vit au quotidien, également dans des temps de retraite de plusieurs jours parfois au désert, en groupe ce qui demande:

    *Une attention à la fragilité de l’autre.

    *Une dimension à l’universalisme, de libération.

    *Temps fort d’adoration où je ne possède pas DIEU, mais c’est DIEU qui me possède.

    Ce qui ressort: La désappropriation d’un DIEU qui est toujours au delà de mon appréhension.

    -Le sens de la Vérité qui est unique, mais les chemins pour y arriver sont différents ; Le rappel à s’ouvrir à la culture du dialogue. L’ignorance mène à la peur.

    -Faire un pas vers l’autre tel qu’il est dans sa différence ; dialoguer c’est chercher DIEU :

    « expérience vécue dans le quartier où nous sommes ».

    Philippe. K. : Rappelle les fondements spirituels dans la tradition chrétienne.

    « Père Créateur/ Fils Serviteur/ Esprit Donateur.

    *Invitation à vivre la Vérité de l’Evangile, qui remplit la force des âmes désarmées.

    * Souci des uns et des autres, comment l’Esprit Saint est à l’œuvre.

     » A Chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du Bien de tous ». (1 Corinthiens, 12)

     

    Les Petites Soeurs de Beauvais

     

  • Liens interculturels à la fraternité de Chelles

    Pendant l’année 2017 2018 nous avions accueillis 2 sœurs Vietnamiennes à la fraternité. Elles ont une Communauté à Epernay depuis plusieurs années et souhaitaient s’implanter dans la Région Parisienne. Monseigneur Nahmias nous a donc demandé d’en accueillir deux afin qu’elles fassent un peu connaissance avec la Paroisse et les Chellois. Elles allaient travailler à L’Eglise Notre Dame de Lorette. Le matin prière ensemble et le soir repas, ce qui nous permettait un temps de partage. Elles ont progressé en français « au dire de leurs sœurs responsables ».

    En septembre 2018 elles ont créé une Communauté dans les locaux de l’école Catholique Gasnier Guy tout prêt de chez nous. Deux d’entre elles, travaillent à l’école, deux autres continuent à N D de Lorette et une nouvelle arrivée  apprend le Français.

    Aujourd’hui elles nous ont invitées avec le responsable de l’enseignement catholique à venir célébrer l’Eucharistie., étaient aussi présentes  deux de leurs collègues, portugaise et Africaine. Avec le Prêtre et les sœurs nous avons dégusté le bon repas confectionné avec beaucoup de doigtée.  Dans une ambiance fraternelle et dans la joie, nous avons partagé sur nos missions respectives et le vécu de chacune.

    Marie a été aux cours de Français à la grande Prairie, là où Madeleine fait aussi l’alphabétisation. Elle cherche par tous les moyens d’avancer dans la compréhension pour mieux s’exprimer en français.

    Mercredi dernier nous  avons transcrit  en français la bonne recette des  « rouleaux de printemps.

    Chaque mercredi après-midi nous faisons porte ouverte, elle  nous y rejoint ce qui lui permet de rencontrer des personnes différentes et de pouvoir échanger de diverses manières.

    Les échanges se poursuivent !!

    Les Petites Soeurs de Chelles

  • La place des religions dans les quartiers

    A Beauvais ce vendredi 18 janvier 2019…  Madame  Caroline Cayeux Maire de Beauvais a invité les membres des différents cultes : Musulmans,  Juifs,  Orthodoxes, Protestants et Catholiques ;  pour nous présenter ses vœux autour d’un petit déjeuner convivial.  Chacun s’est présenté, elle nous donne  la parole.

            Rassemblement au jardin de la paix

    … »Comment se passe la vie sur le quartier »  demande-t-elle aux Petites sœurs… «  Nous  l’avons vu  se construire ; les liens se sont tissés peu à peu …. Nous connaissons beaucoup de monde,»

    La présence du groupe  « croyants unis pour la Paix », avec le jardin de la Paix sont une réalité importante visible et connue de beaucoup sur le quartier. A l’occasion d’évènements marquants  nous nous retrouvons au jardin de la paix pour prier chacun dans sa religion, ou pour faire la fête  …

    Par contre, Il y a un  problème de drogue …  comme sur le quartier Argentine,  c’est  tout un réseau entre  Beauvais – Paris –Creil…et le Nord.  De belles voitures circulent avec la drogue… parfois aussi avec des armes lourdes nous a précisé Madame le Maire. La municipalité a fait le choix d’armer les agents de la police municipale à cause de ces réseaux  dangereux pour la sécurité… Nous avons abordé également les questions d’éducation, le chômage…

    Madame le Maire est très ouverte, elle nous a évoqué les gilets jaunes, elle les a reçus plusieurs fois à la  mairie. Parmi leurs interrogations : « combien gagnez- vous par mois ?  Elle leur renvoie la question,  leur réponse est 15000 € par mois…  Vous pouvez diviser par 3 leur dit elle. ». Elle leur a accordé de s’installer à proximité des ronds-points.

    Madame la Maire suggère qu’à la journée des associations  les différents cultes soient présents, une manière de les rendre visible. La laïcité n’est- elle pas le respect de l’autre dans l’accueil de la différence  jusque dans sa religion ! ….

    Avant de partir elle nous invite à nous retrouver l’an prochain !

    Les Petites Soeurs de Beauvais Christine, Geneviève, Godeleine, Anne-Marie

     

     

    1. le L. = Madame le Maire
  • Solidarité à l’hôpital avec les plus démunis

    La Petite Sœur Marcelline a travaillé longtemps comme infirmière à l’hôpital. Arrivée à l’âge de la retraite, elle reste aujourd’hui très engagée à l’Aumônerie des Hôpitaux de Bangui. Elle nous explique combien la solidarité  est importante   pour permettre à l’équipe de secourir les plus démunis.

    Ma mission à l’aumônerie? Je m’occupe des malades. Comme je suis aussi soignante, j’assure certains soins de malades démunis qui n’ont pas de famille, ou de patients arrivés de province, sans parents à Bangui. Par exemple, je fais des traitements de suivi à la maison, après la sortie de l’hôpital.

    Avec les membres de l’équipe, chaque semaine, nous visitons les grabataires dans les pavillons, nous prions avec eux et pour eux, salle par salle. Nous donnons la communion à ceux qui le souhaitent. Le dimanche, une messe est célébrée dans la chapelle de l’hôpital, elle rassemble beaucoup de monde : les familles des malades, les habitants du quartier… Après la messe, il y a toujours une visite des malades, avec un partage de ce que nous avons.

    L’équipe d’aumônerie est composée de plusieurs personnes : le prêtre responsable, moi je suis son assistante ; il y a une coordonnatrice, une secrétaire, une trésorière et les membres visiteurs de malades, tous laïcs. Et puis aussi des choristes et des enfants servants pour la liturgie.

    Des Mouvements de Chrétiens viennent régulièrement nous aider. Par exemple, dimanche passé, c’étaient les Légionnaires de la paroisse saint Jean ; ils ont apporté des vivres et du savon pour les partager aux malades.  Au mois de février, lors de la Journée Mondiale des Malades, le Cardinal ou son vicaire viennent célébrer la messe. Ce jour-là, les gens donnent beaucoup : des médicaments, du savon, des habits…

    En RCA, pas de Sécurité Sociale ni de soins gratuits dans les hôpitaux.

    Des Chrétiens de bon cœur font parfois des dons. Certaines familles de malades nous aident un peu selon leurs moyens.

    Dans les paroisses, des  Mouvements organisent des quêtes. Les amis de notre Congrégation nous aident aussi. Parmi eux, l’Entraide Missionnaire de l’Anjou (E.M.A) : une association du Diocèse d’Angers qui nous assiste chaque année dans nos activités sanitaires à Bangui et Ngotto.

    Ce sont tous ces dons réunis qui nous permettent de secourir les malades démunis.

     Pour faire vous aussi un DON : stfrancois.economat@orange.fr ou    02 41 68 12 12

    Comme Petite Sœur, je suis heureuse de faire ce travail : mettre les gens debout, soigner ceux dont personne ne s’occupe,  dans la ligne de nos origines de garde-malades à la suite de notre fondatrice Mère Joséphine, c’est pleinement notre charisme de Petites Sœurs de Saint François.

    Pour illustrer mon propos, je vais vous parler d’Eugénie, une femme venue de MBRES, une ville éloignée.

    Pendant les violences, on a tué son mari. Elle, elle a dû fuir en brousse. A force de boire de l’eau sale, elle est tombée gravement malade. Elle s’est alors rapprochée de la route pour trouver du secours. Là, un véhicule de Médecins Sans Frontières l’a ramenée à l’Hôpital de l’Amitié à BANGUI. Mais, comme M.S.F avait la charge des accidentés et des blessés de la guerre, elle ne rentrait pas dans ce cadre et s’est retrouvée sans assistance. Grâce à l’aide de l’E.M.A, elle a pu être opérée. Il s’agissait de l’ablation de la rate. Aujourd’hui, Eugénie va mieux. Elle vit au PK22 sur la route de Damara, chez une famille chrétienne de bon cœur qui l’a accueillie. Un jour, j’ai eu la bonne surprise de sa visite à la fraternité. Elle venait me remercier avec quelques mangues et ignames du champ.

    Je remercie ceux qui contribuent à l’œuvre de l’E.M.A. Sans votre aide, Eugénie serait décédée, comme tant d’autres…

     Petite Sœur Marcelline

     Pour faire vous aussi un DON : stfrancois.economat@orange.fr ou    02 41 68 12 12

  • En Algérie, des vies données

    A Oran, le 8 Décembre, aura lieu la Béatification des 19 Martyrs d’Algérie.

    Les 61 ans de présence de notre congrégation dans ce pays et dans l’Eglise d’Algérie nous met en communion avec ce qui va se vivre à Santa Cruz.

    La lettre pastorale d’Algérie nous dit « la béatification de nos frères et sœurs [est] une grâce pour notre Eglise, nous pouvons maintenant demander leur intercession. Car bienheureux ils continuent leur mission associés plus que jamais à l’œuvre du Seigneur dont l’Esprit travaille sans cesse dans les cœurs. Nous pouvons recevoir leur Béatification comme une confirmation de la vocation de notre Eglise à être sacrement de la charité du christ pour tout le peuple où elle est plantée »

    Beaucoup de musulmans ont perdu la vie et ne peuvent être oubliés. Parmi eux 114 imams sont morts parce qu’ils ont refusé de justifier la violence.

    12 frères Croates ont été égorgés parce qu’ils étaient chrétiens. Un autre dit « Je suis bosniaque et musulman » « Tous mes collègues aussi ». Ainsi 3 chrétiens parmi eux ont été sauvés.

    Ces frères, sœurs avaient donné leur vie à DIEU et dans le quotidien ils la donnaient au service du peuple Algérien. Leur vie était liée d’un lien d’alliance avec les amis de ce peuple dont ils partageaient la vie.

    C’est cette proximité dans le dialogue avec nos amis musulmans que nous avons vécu, nous Petites Sœurs de saint François d’Assise, une présence tissée de profondes amitiés dans ce vivre ensemble. Ces croyants par leur appel à la prière nous ont souvent provoqué à vivre notre foi. Ce peuple sait vivre la visitation dans différentes circonstances de la vie : naissance, maladie, mariage, décès, à travers l’hospitalité, l’accueil, la compassion. Une invitation pour nous à vivre la gratuité et la simplicité qui restent gravées dans nos cœurs aujourd’hui.

  • Rejoindre l’autre…

    Dans le cadre de nos rencontres de Chrétiens-associés (laïcs-associés), les Petites Sœurs animant
    notre groupe nous avaient invités à écouter nos Petites Sœurs Aînées sur le thème : « Une joie qui
    déborde en compassion».

    J’ai alors rencontré Sœur Simone BOUGIE qui m’a confié comment elle s’était intéressée au
    « football », afin d’avoir un sujet de discussion avec deux messieurs qui mangeaient                       
    quotidiennement à sa table.

    S’intéresser à un sujet qui ne vous passionne pas pour rejoindre l’autre … y aurait-il un chemin à
    suivre ?


    Quelques jours plus tard, nous recevions mon amie d’enfance avec son mari pour dîner. Il y a un
    sujet de conversation qui, à chaque fois qu’il est abordé, me fait « sortir de mes gonds ».
    Ce sujet de conversation lui tient à cœur … est-ce que je ne pourrais pas la rejoindre ?
    Avant cette soirée, je suis allée voir Sœur Simone pour lui rappeler notre entrevue, et ce qu’il avait
    fait germer en moi : « Sœur Simone, priez pour notre dîner de ce soir, je compte sur vous! ».
    Le lendemain, je rencontre Sœur Simone qui me prend par le bras, les yeux pétillants : « Alors?
    cette soirée ? …. J’ai prié pour vous ! »
    Je lui ai alors confié que nous avions passé une merveilleuse soirée, à l’écoute l’une de l’autre.

    J’ai eu alors des « MERCIS » à formuler :  
    – Au Seigneur, pour avoir fait naître en moi le DESIR de suivre un chemin, DESIR
    qui se transforme en JOIE pour rejoindre l’autre là où il est.
    – Aux petites sœurs, Christine, Marie-Claire, Marie-Thérèse, Régine, d’avoir pensé à
    organiser une rencontre avec une Petite Sœur Aînée.
    – Et bien sûr, à Sœur Simone. Elle avait été « un chemin » entre mon amie et moi.
    Maintenant quand je rencontre mon amie, je ne peux m’empêcher de penser à Sœur Simone.

    Brigitte VIVION, laïque associée

    Cette Petite Soeur a rejoint le Seigneur depuis l’écriture de cet article…

  • Une rencontre pleine de saveur !

    Une joyeuse petite troupe de 17 enfants de caté, de 7 à 9 ans, nous arrive par bateau de Port Louis; ils viennent découvrir ce que sont : « des Sœurs »  ?

    la fraternité des petites Soeurs en bord de mer !

    3 mamans catéchistes les accompagnent et tous s’assoient par terre faute de chaises !

    Après les présentations d’usage, c’est le jeu des questions/réponses.

    Et les questions sont variées: avez-vous un mari ?  Qui fait la cuisine ? Pouvez-vous jouer à des jeux de société?…

    Au cours des réponses nous glissons le sens de notre vie, notre appartenance à une Fraternité, Saint François …

    Le goûter avec de bonnes crêpes bretonnes, apportées par les catéchistes, met de l’animation…

    Nous leur proposons d’aller visiter Jésus à la chapelle, et là de tout leur cœur ils nous chantent un «  Je vous salue Marie » à la suite duquel nous chantons à notre  tour un « Notre Père » en Sango et en Arabe ( nous leur avions parlé de nos diverses Missions.)

    En partant Angélique une des animatrices nous dit: «  parfois nous allons loin pour rencontrer des Sœurs, nous ne savions pas que nous pourrions vivre une si belle rencontre près de chez nous. »

    Nous sommes toutes les 5 invitées à l’Eucharistie du dimanche 3 juin où trois de ces enfants seront baptisés et tous feront leur 1ère communion.

    Et pour cela à notre tour nous prendrons le bateau !!

     «  Allez dans le monde entier… et faites des disciples… »

     

  • Angers : Une expérience d’Eglise

    Suite à une demande du Père Jean Quris, délégué épiscopal à la vie consacrée, j’ai eu la grâce et la joie de participer à la clôture de la démarche synodale de notre diocèse, le 14 avril : 300 délégués venant de tous les horizons du diocèse et de toutes les paroisses. Vingt d’entre nous représentaient la Vie Consacrée en ses diverses formes.

    Quelques flashs de cette rencontre qui m’ont marquée :

    J’ai perçu une Eglise :

    • engagée dans le monde,
    • attentive à ses questionnements,
    • soucieuse des plus fragiles,
    • ouverte aux nouveaux moyens de communication,
    • habitée par le désir de partager la « Bonne Nouvelle » à tous les chercheurs de sens.

    Côté animation, j’ai apprécié :

    • la façon démocratique de procéder,
    • la technique permettant au plus petit amendement de se voir inscrit de suite sur l’écran. Il y avait 48 proposions à voter et à améliorer !
    • l’attitude de notre Evêque, Monseigneur Delmas, qui a remercié pour le sérieux et le respect des débats,
    • les temps de prière qui aidaient à l’intériorisation et à la communion fraternelle.

    Les temps de pause m’ont donné l’occasion de belles rencontres :

    • Une étudiante portant un tee-shirt « Aumônerie U.C.O ». Elle me dit : « je suis ravie d’être là ! j’en suis à ma 3ème religion ! Mais cette fois, je crois que c’est la « bonne », et bientôt je compte partir dans la paroisse du Père René Luc à Montpellier ». Et l’on a évoqué Taizé…, des communautés nouvelles…
    • Une paroissienne de Saint Sylvain d’Anjou, maman de 4 enfants dont l’un vient de se marier à New-York, et l’autre à Mexico, les deux autres étant encore en Anjou ; elle me dit : « je vis avec un mari non croyant mais qui a toujours respecté ma foi et participé aux engagements religieux de nos enfants. Il est parti seul hier soir, faire à pieds le chemin de Compostelle. Peut-être que le Seigneur l’attend là-bas ! Je compte sur votre prière. »

    Au soir de cette journée, j’ai rendu grâce pour ce temps fort en Eglise, avec des chrétiens qui se sont mis à l’écoute de l’Esprit Saint, et veulent répondre à ses appels pour ce monde présent…

    Marie-Bernard David