• Greccio à Morannes !

    Il faisait bien froid ce 17 décembre lorsque nous sommes allés à « Greccio » recréé dans leur grange par les Petites Sœurs de Morannes. Avec elles, nous étions une trentaine de pèlerins transis venus de Morannes, de Châteauneuf, de Champigné et même de Tiercé. Dans la pénombre, un peu éclaircie par de nombreuses petites lumières, nous avons vu leur visage souriant et plein de confiance. Outre avec leurs sourires, elles nous ont accueillis avec des couvertures !

    Au son discret de la guitare joué par René, nous sommes entrés dans une magie de recueillement, de silence, d’attente… Nous avions chaud au cœur malgré les frissons. La Sainte Nativité nous a été contée avec la simplicité, la chaleur, la douceur franciscaines. Beaucoup d’entre nous ne pouvaient cacher leur émotion et j’en sais quelques-uns qui ont essuyé leurs larmes.

    Lorsque Jésus est venu s’offrir à nous sur l’autel de la crèche et que l’hymne de Noël a retenti, chanté par tous à pleine voix, j’ai vu Mère Joséphine nous regarder avec un petit sourire bienveillant. Oh ce fut bien discret, à son image. Mais elle était fière de ses Petites Sœurs. Elle le pouvait. Nous le sommes aussi, pauvres chrétiens auxquels nos cinq Petites Sœurs de Morannes redonnent de l’Espérance et de la Joie.

    Le vin chaud, distribué avec abondance ainsi que les excellentes pâtisseries, ont achevé de nous réchauffer, de nous réconforter, de nous réunir, dans cette maison où chaque pièce est devenue un refuge pour chacun.
    Merci à nos Petites Sœurs, merci à Joséphine, merci à François.

    Que la Joie de Noël continue à se manifester comme en ce « Greccio »* du 17 décembre 2022 !

    P, un participant à ce Noël

    * Greccio est un petit village de montagne où St François a voulu célébrer Noël à la fin de sa vie, en mettant en scène la Nativité

  • « Fratelli Tutti »… Entraide fraternelle à NGOTTO

    De passage à NGOTTO pour quelques mois pour préparer mon engagement définitif, je vous raconte mon expérience dans l’équipe de Caritas paroissiale. Après avoir vécu dans ce village, il y a quelques années, et en y revenant pour cette circonstance, j’ai été heureuse de m’engager dans ce service.

    J’ai rencontré Mamie Elisabeth, une personne âgée, isolée, qui vit de presque rien, sans revenu. Elle a un petit champ qui l’aide à se nourrir de temps en temps. Sa maison est délabrée, presque en ruine. Elle n’a pas de ressources pour la réfectionner ni pour l’équiper d’un lit et de quoi s’asseoir.

    Avec l’équipe de la Caritas, qui est composée de quelques laïcs et moi-même, nous nous sommes mobilisés pour lui construire une petite maison.

    Savez-vous quelles sont les personnes qui se sont engagées pour aider cette mamie à avoir une maison? – Les jeunes venus de villages éloignés que nous, les Sœurs, soutenons pour leur scolarité car sans aucun soutien de leurs parents.  Eux, ils fabriquent les tuiles de bambou pour couvrir la maison. Deux jeunes du groupe de St Vincent de Paul fabriquent les briques, accompagnés d’un paroissien qui est maçon. Nos enfants des villages eux, ont fini leur année scolaire et sont toujours là. C’est la période du ramassage des chenilles, un moment important dans la vie des villageois pour faire des réserves alimentaires  ou un peu de vente. Mais ils ont tout abandonné de leur propre initiative pour apporter leur participation jusqu’au bout.

    ici, Mathurin un élève Pygmée et Claver, un enfant d’une famille très pauvre, restés à Ngotto pour fabriquer les tuiles pour cette maman

    Et moi, passionnée par la pauvreté qu’a vécue St François d’Assise, sa proximité des plus petits continue de résonner dans mon cœur. Etre au service des pauvres est pour moi une manière d’imiter Jésus dans son amour réel pour les plus petits, comme l’a fait saint François.

    Cette grâce de vivre cela au quotidien vient de Lui.

    La réalisation de la maison de Mamie Elisabeth est pour moi le résultat des efforts de tous, chacun apportant ses qualités pour relever l’autre.

    Nous formons un groupe fraternel. C’est un geste qui me touche, qui m’encourage, comme Petite Sœur, à regarder dans chaque être l’amour de Dieu. Un pauvre aide un pauvre à se relever. C’est ce que ces jeunes ont pu faire avec cette mamie.

    Petite Sœur Diane

    Et pour moi, qui quitte NGOTTO après cinq années, JOIE de cette présence missionnaire !

    J’ai fait une belle expérience parmi cette population, dans le « vivre ensemble » avec des personnes de tout genre, dans le travail auprès des enfants de basse condition.

    J’ai aimé ma mission à l’école, car elle m’a permis d’être en lien avec  tous, enfants, enseignants, parents d’élèves, et à travers cela, de toucher du doigt ce que vivent les enfants afin de pouvoir les aider.                      Petite Sœur Aida

     

  • A la suite de Saint François

    Marcher pauvrement,
    mais allégrement,
    le nez dans le vent,
    la joie au-dedans.

    Sa Parole au-dedans,
    pour affronter tous les temps.
    Sobriété et louanges accompagnant,
    nos chemins divers et parfois hésitants.    

    Bien que différents,
    mais  bien écoutants,
    rien ne possédant,
    rencontrer son temps.

    Accompagner bien des souffrants,
    traverser bien des événements,
    et puis toujours aller de l’avant,
    pour suivre Jésus toujours devant.

                                                                            Obéir quoi qu’il en coûte,
               évite toutes déroutes.
              « S’en remettre à » évite le doute,
              et plus nous rend libres quoi qu’il en coûte.

     Joie parfaite au cœur de Dieu :
     « Viens chanter en nous »,
     « Viens chanter en nous ! »

                                                          Sr Françoise GÉRARD,

    Petite Sœur de Saint François d’Assise – ANGERS

    suite à la Retraite 5 au 8 juillet 2022
    avec Fr Dominique P. OFM Cap – Angers

  • La Fête de Saint François à Lorient

    La fraternité renouvelée de Lorient est à l’étape de la découverte de la nouveauté dans tous les domaines : paroisse, environnement, relations …
    Au fil des jours, nous avons eu l’occasion de rencontrer l’un ou l’autre membre de la Famille Franciscaine locale. La Fête de Saint François a été l’occasion de connaître les différentes fraternités laïques de Lorient et des environs, réunies au complet pour célébrer notre Frère François.

    Le 3 octobre, rendez-vous à 18h à l’Eglise de la paroisse pour le « Transitus », commémoration du passage de François vers le Père ;
    célébration priante, recueillie au cours de laquelle deux jeunes femmes, Anaïs de Lorient et Xuan de Pontivy, ont fait leur demande d’entrée dans la Fraternité Séculière ; ce moment où elles ont prononcé leur demande fut très émouvant, de même lorsqu’elles ont reçu l’accueil chaleureux des responsables de la Fraternité où chacun pouvait se sentir naturellement engagé dans cet accueil. La soirée s’est poursuivie autour d’un pique-nique festif et partagé ; rendez-vous était pris pour le lendemain où à la célébration eucharistique, nous avons fêté la Saint François avec les prêtres et les chrétiens de la paroisse.

    A bientôt la joie de vous retrouver pour d’autres échos bretons de Lorient …

    Marie-Madeleine, Monique, Gisèle et Annie

  • Engagement définitif de notre Petite Soeur Diane

    Joie chez les Petites Soeurs et pour toute l’Eglise !

    Diane a choisi de prononcer ses vœux perpétuels dans la paroisse de son baptême, où elle a grandi, la paroisse Saint Michel. Située à proximité du quartier « km5 », zone de dures violences pendant la guerre récente, elle est l’une des paroisses qui ont beaucoup souffert. Laissons lui la parole.

    Mon engagement définitif a été célébré le 19 juin 2022 sous un grand soleil, en pleine saison des pluies !

    C’était en plein quartier. Nous avons vécu cette Eucharistie dans une petite chapelle érigée en paroisse car l’église Saint Michel a été brûlée par les hommes de mauvaise foi lors des événements qu’a connu notre cher pays la RCA.

    C’est dans cette paroisse que j’ai été baptisée et que j’ai grandi. J’ai été touchée par la générosité des Chrétiens. Comme la femme de Sarepta dans la Bible, qui avait seulement dans sa jarre une poignée de farine, et un peu d’huile dans un vase, et n’a pas eu peur de le partager.

    Il y avait de l’ambiance, ce jour ! L’accueil était chaleureux, on dansait, on chantait… La communauté chrétienne de Ngotto et celle de Notre-Dame d’Afrique étaient bien représentées aussi.

    Et quelques mots du MERCI de Diane à la fin de la célébration :

    « A vous tous, mes frères et sœurs de Notre-Dame d’Afrique et du diocèse de Mbaïki, avec qui j’ai eu la joie de travailler en Eglise pour annoncer l’amour de Dieu, je vous dis merci pour ce que vous donnez de vous-mêmes et merci à Dieu de vous avoir mis sur ma route. 

    A vous, Chrétiens de la Paroisse Saint Michel, les mots me manquent pour vous témoigner tout ce que vous êtes pour moi. Ma vocation est née et a pris racine dans cette paroisse.  

    A vous toutes, mes Petites Sœurs, pour votre proximité auprès de moi, vous m’avez soutenue et accompagnée tout au long de ce temps. […] … dans la patience, vous m’avez formée selon le charisme de St François et Mère Joséphine. Aujourd’hui, je vous dis merci de m’accueillir définitivement comme Petite Sœur.

    « Les Petites Sœurs se stimulent, s’entrainent sur la route de l’Evangile car c’est jour après et pas à pas que se construit la vie en fraternité » (constitutions). Je compte sur le Seigneur et je m’engage avec la grâce qu’Il me donnera à construire la fraternité avec mes Petites Sœurs sur l’attitude de l’accueil, de la communion fraternelle, du pardon, du service, et de l’échange mutuel.

     

    « Ma vie aujourd’hui dans la condition humaine, je la vie dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré pour moi » (Lettre de Paul aux Galates 2,20)

    « Louez et bénissez mon Seigneur, Rendez-lui grâce et servez-le en toute humilité » (St François)

  • Mission Boali ! Un rêve à construire

    Soutenez l’audace d’une nouvelle fraternité de Petites Soeurs en Centrafrique, à Boali ! Au service de l’éducation des jeunes, de la transmission de la foi, et de spiritualité franciscaine, de la pastorale des femmes, et la sa

     

    Depuis longtemps nous rêvons d’ouvrir une nouvelle fraternité en Centrafrique. L’évêque de Bangui, le cardinal Dieudonné NZAPALAINGA a adressé un appel à notre congrégation des petites sœurs de St François d’Assise, pour une présence missionnaire à Boali. De son côté, le Chapitre Général de 2021 a perçu notre soif de répondre à cet appel missionnaire et a été sensible à la chance de pouvoir oeuvrer en Famille Franciscaine avec nos Frères Franciscains, à qui la paroisse est confiée.

    LES DERNIERES PHOTOS DU CHANTIER !

     

    Nous nous trouvons dans la même situation que notre Fondatrice Mère Joséphine qui, en son temps, avait l’audace de répondre à des besoins sans en avoir les moyens, comptant avant tout sur la Providence ! En bonnes filles de Mère Joséphine, nous sommes audacieuses aujourd’hui de répondre favorablement à cet appel, car nous n’avons pas de maison à BOALI et nous ne sommes pas très nombreuses. Le diocèse nous appelle, mais ne peut pas nous loger. Mère Joséphine nous redit : « Courage et confiance en Celui qui peut tout. » Elle est une femme de foi qui, quand il s’agit d’aider les pauvres, sait s’abandonner à la volonté de Dieu et faire confiance à la Providence. Elle est une femme de confiance, de détermination, de persévérance, de courage et de compassion pour ceux qui souffrent, attachée passionnément à Jésus-Christ. Nous la prions de nous donner le même élan face à ce beau défi.

    Cliquez pour faire un don !

    En septembre, avec Chantal, notre nouvelle supérieure Générale, nous avons fait une visite à BOALI. C’était un temps riche d’échange avec la Communauté paroissiale, nous avons été émues par l’accueil reçu. Nous avons senti dans cette communauté paroissiale l’attente des Soeurs dans un bref délai. Et nous, lors de nos échanges, nous avons découvert notre future mission.

    Il y aura pour nous du travail dans le domaine de l’éducation des enfants et des jeunes, de la santé, de la pastorale des femmes, de la transmission de la foi et aussi dans le cadre de notre spiritualité franciscaine en lien avec les Frères. Dès notre retour, nous nous sommes lancées dans l’aventure.

    A ce jour, les choses ont avancé : nous avons déjà monté le projet, les plans sont dessinés…et les fondations de la maison déjà réalisées ! C’est notre frère artisan qui, tout heureux de pouvoir nous faire bénéficier des ouvriers présents sur leur propre chantier, a pris l’initiative de creuser et maçonner les fondations.

    Nous avons donc déjà les fondations de notre future maison … un miracle de la collaboration fraternelle ! Il nous reste maintenant la grosse partie à financer et à réaliser. Le Conseil aimerait que la future fraternité arrive à BOALI à la rentrée prochaine. Alors, avec notre Petite Soeur fondatrice, Mère Joséphine, nous faisons confiance à la Providence et à l’entraide fraternelle !

    Nous comptons sur votre générosité de nous aider financièrement pour la construction de la maison des sœurs de Boali afin de réaliser notre rêve.

    Les Petites Sœurs de Centrafrique : Diane, Aida, Isabelle, Prisca, Grâce, Lydie, Rosine, Marceline, Adèle

  • Joyeux Noël !

    Avec St François rendons grâce au Seigneur pour ce jour de fête et de joie !

    Regardez cette superbe vidéo de fresques sur les murs d’Assise !

    Criez de joie pour Dieu qui nous sauve,
    accueillez par vos chants le Seigneur, le Dieu vivant.

    Car il est le Seigneur, le redoutable, le Très-Haut,
    le Puissant, le Roi de l’univers.

    Il est notre Père très saint, notre Roi,
    qui dès avant la création du monde,
    envoya du ciel son Fils bien-aimé
    Jésus qui est né de la Vierge Marie.

    Il invoque Dieu en disant:  » Tu es mon Père « ,
    et Dieu dit:  » J’établirai mon Premier-né
    au-dessus de tous les rois de la terre! « 

    En ce jour le Seigneur Dieu a envoyé sa grâce,
    la nuit a retenti de sa louange.

    Voici le jour que le Seigneur a fait,
    jour de triomphe et jour de joie.

    Car un enfant nous est donné,
    il est né pour nous, pèlerin sur la route,
    nulle chambre pour l’héberger,
    il est né dans une crèche.

    Gloire à Dieu au plus haut des cieux,
    et paix sur terre aux hommes qu’il aime.

    Que les cieux se réjouissent et que la terre exulte,
    que jubile la mer avec ses habitants,
    que fleurissent les plaines et chantent les forêts!

    Chantez-lui un cantique nouveau,
    chantez le Seigneur, terre entière!

    Car le Seigneur est grand et digne de louange,
    devant lui disparaissent toutes les idoles.

    Peuples païens, reconnaissez le Seigneur,
    rendez-lui honneur et louange,
    reconnaissez la gloire de son nom.

    Faites don de vous-mêmes
    et vous aussi portez sa croix,
    obéissez jusqu’au bout à ses commandements.

     

  • Calendrier de l’Avent avec Mère Joséphine

  • L’aventure d’une neuvaine à Padre Pio

    A l’occasion de la fête de saint Padre Pio, du 15 au 23 septembre, des membres de la famille franciscaine ont été sollicités par le site de prière en ligne Hozana pour créer une neuvaine à Padre Pio ! Joie de travailler en famille franciscaine autour de ce grand Saint Franciscain. Plus de 11 000 personnes ont participé à cet itinéraire spirituel à partir de la vie de ce saint qui nous parle aujourd’hui !

    Pour redécouvrir la neuvaine

    Qui est Padre Pio ?

    Padre Pio (1887-1968), prêtre capucin et qui se considérait donc comme « Fils de Saint François », a été béatifié par Jean-Paul II le 2 mai 1999, puis canonisé le 16 juin 2002. Il est fêté le 23 septembre.

    Seul prêtre à avoir reçu et porté pendant plus de 50 ans les stigmates de Notre-Seigneur (qui lui confia la mission suivante :  » Sanctifie-toi et sanctifie les autres « ), il est probablement un des saints dont la vie est la plus extraordinaire de l’histoire de l’Église.

    Le Pape Benoit XVI nous adonné une éclatante explication de ce que Padre Pio peut apporter aux hommes de notre temps :

    « La première préoccupation de Padre Pio a été que les personnes retournent à Dieu, qu’elles puissent expérimenter sa miséricorde et, intérieurement renouvelées, qu’elles redécouvrent la beauté et la joie d’être chrétiens, de vivre en communion avec Jésus, d’appartenir à son Eglise et de pratiquer l’Évangile ».

     Et le pape Benoit XV, du vivant du saint, en 1921, déclarait déjà :

    « Vraiment Padre Pio est un homme extraordinaire, un de ceux que Dieu envoie de temps en temps sur la terre, pour convertir les hommes ».

     

    Prière de Jean Paul II à Padre Pio

    PADRE PIO, nous te prions de nous enseigner l’humilité de cœur, afin de pouvoir être comptés au nombre des tout-petits de l’Évangile auxquels le PÈRE a promis de révéler les mystères de son Royaume. Aide-nous à prier sans jamais nous lasser, assurés que DIEU connaît ce dont nous avons besoin avant encore que nous le demandions. Obtiens pour nous d’avoir un regard de foi capable de reconnaître immédiatement chez les pauvres et les personnes qui souffrent, le visage même de JÉSUS. Soutiens-nous à l’heure du combat et de l’épreuve et, si nous chutons, fais en sorte que nous fassions l’expérience de la joie du sacrement du Pardon. Communique-nous ta tendre dévotion à l’égard de MARIE, Mère de JÉSUS et notre Mère. Accompagne-nous dans le pèlerinage terrestre vers la Patrie bienheureuse, où nous espérons parvenir afin de contempler pour l’éternité la Gloire du PÈRE, du FILS et de l’ESPRIT-SAINT.

  • Au fil du chapitre…

    Depuis le 20 juillet, nous voici arrivés à l’abbaye de Timadeuc !

    17 Petites Soeurs qui allons vivre ce temps de chapitre général, animé par Jean Claude Lavigne, Frère Dominicain.Sous un beau soleil, nous nous sommes retrouvés autour d’un goûter pour nous accueillir mutuellement. Puis nous avons vécu la célébration d’ouverture du chapitre, pour commencer ensemble ce temps fort pour notre Congrégation.

    Nous commençons le premier jour de chapitre par une journée de récollection pour nous ouvrir le cœur à l’Esprit Saint.

    Vient ensuite le temps des échanges autour des bilans pour relire les 6 années vécues depuis le dernier chapitre.

    Les journées de travail et d’échanges se poursuivent, en approfondissant en groupes les thèmes essentiels pour la vie, la mission de notre Congrégation.

    Nous sommes portées par la liturgie avec les Frères et entre nous… et par la prière fraternelle de tous ceux qui nous accompagnent.

    Lors d’une soirée, nous avons eu la joie aussi de partager un peu de la vie de nos Petites Soeurs qui vivent en Centrafrique, grâce à des photos et leur témoignage.

    Nous avons aussi accueilli les 4 Chrétiens Associés qui sont engagés depuis plus d’un an avec nous pour vivre ensemble le charisme de Mère Joséphine notre fondatrice.

    Les frères sont ravis de nous accueillir. Les journées sont ponctuées aussi de fêtes : ste Marie-Madeleine, Ste Christine, la ste Anne ! des occasions de fêter nos Petites Soeurs qui portent ces prénoms  !

    Mercredi, nous avons vécu une grande journée de silence et de prière pour préparer nos coeurs à vivre l’élection de nos responsables.

                   notre oratoire

     

    Dans un climat de prière et dans le souffle de l’Esprit, nous avons élu la nouvelle Supérieure Générale et les conseillères.
    Chantal Blanchet comme Supérieure Générale
    et Marie-Christine Pontoizeau, Anne-Marie Soulard et Régine Badoc comme conseillères.

    de gauche à droite : Anne-Marie Soulard, Chantal Blanchet, Régine Badoc, Marie-Christine Pontoizeau

     

    Nous avons ensuite repris le travail, les réflexions…. avant de célébrer la messe de clôture du chapitre le 2 août, en ce jour de fête franciscaine qu’est Notre Dame de la Portioncule, berceau et source des grandes intuitions évangéliques de St François.

    Nous terminons ce chapitre par un temps de détente… avant de reprendre le chemin vers nos fraternités et nos lieux de mission !

    Les Petites Soeurs capitulaires