• Un jubilé très festif !

    Les 30 et 31 mars derniers les Petites Soeurs de Saint-François-d’Assise, des personnes proches de la congrégation et des chrétiens de la région de Morannes ont fêté les 200 ans de la naissance de la fondatrice Mère Joséphine, née Louise Renault.

    Le rendez-vous était fixé ce samedi 30 mars 2019 à 14h, pour l’accueil de tous les invités, sur la place de l’église de Morannes. Autour du baptistère de cette église, les participants se sont rassemblés pour la 1ère étape de ce pèlerinage. C’est en effet en ce lieu que Louise Renault a été baptisée le 31 mars 1819, le lendemain de sa naissance.

    Puis, à partir de là, un convoi de quelques dizaines de véhicules s’est élancé vers les lieux où Louise Renault a vécu durant sa jeunesse. Parmi les participants se sont retrouvés des Petites Sœurs de tous âges, leurs amis et les membres de leurs familles, les prêtres, les religieuses et religieux franciscains, les chrétiens associés et des habitants des communes environnantes, pour marcher à la suite de Louise Renault sur les chemins de Morannes, Daumeray et Brissarthe.

    En fin d’après-midi, après cet émouvant pèlerinage, ponctué de récits, de chants et de prières, tous les pèlerins se sont retrouvés à Morannes, pour un temps de convivialité. L’occasion de se remémorer, souvenirs, impressions, questions…

    Un temps a été ensuite consacré à la présentation de l’histoire de la Congrégation des Petites Sœurs de Saint François d’Assise, depuis la jeunesse de Louise Renault, déjà toute habitée par sa foi en Jésus-Christ, jusqu’à l’époque actuelle, en passant par les différents développements de le Congrégation en France et à l’étranger.

    A l’invitation du P. Jean Quris (délégué épiscopal à la vie consacrée), des Petites Sœurs (aînées et jeunes, françaises et centrafricaines), ainsi que des chrétiens associés ont témoigné de leur vie éclairée et animée par le charisme de Mère Joséphine.

    Mgr Delmas, évêque d’Angers, ainsi que Mère Marie-Noël Bénédicte, Prieure Générale des Servantes des Pauvres, se sont joints à ces festivités.

    Le lendemain, dimanche 31 mars, le matin dès 7h45, quelques vingt-six vaillants pèlerins, ont cheminé à pied, à partir du « Petit Cordé », lieu de la maison familiale de Louise Renault.
    Dans des temps alternant silence, prière et partage, ils sont arrivés sur la place de l’église de Morannes.

    Là, d’autres participants, dont quelques membres de la famille de Louise Renault, les paroissiens de Sainte-Claire-entre-Mayenne-et-Sarthe, des Petites Sœurs, chrétiens associés et amis les attendaient pour entrer dans l’église pour la célébration de l’Eucharistie dominicale présidée par le P. Jean Quris.

    Le P. Gérard Martin, curé de la paroisse, a accueilli les pèlerins avec joie et fierté. Chaque groupe de participants a été invité à se présenter devant le reste de l’assemblée. Ce sont ensuite quelques Petites Sœurs et chrétiens associés qui ont ouvert la célébration par une procession vers l’autel.

    Les chants proposés par l’équipe paroissiale de la liturgie ont été repris avec entrain, à la suite des musiciens et chanteurs de l’équipe d’animation.

    Tout au long de ces journées, chacun a pu apprécier l’enthousiasme des équipes paroissiales : c’est grâce à leur investissement auprès des Petites Sœurs de la fraternité de Morannes depuis de nombreuses semaines, que le 200ème anniversaire de la naissance de Louise Renault a pu se dérouler avec une telle sérénité.

    Une belle fête ne se termine jamais sans un repas : en effet, après la messe, une rencontre amicale a réuni toute l’assemblée autour d’un apéritif, et chacun a été invité à partager fraternellement le repas de clôture.

    « Un soleil vif et printanier a illuminé ces 2 journées – sans doute un clin d’œil de Mère Joséphine qui avait promis de veiller sur nous du haut du Ciel », a fait remarquer un membre de l’équipe !

  • Un air centrafricain à Beauvais

    Notre fraternité a pris un air Africain pendant les vacances … En effet nous avons accueilli nos petites sœurs Prisca et Marcelline, centrafricaines, pour deux semaines chacune.

    Leur séjour parmi nous… une bouffée d’air chaud, pour nous donner l’occasion d’ouvrir nos portes et de sortir de notre vie ordinaire. Partager les richesses, les joies, les liens de ce qui fait notre vie,  notre mission à Beauvais sur le plateau St Jean.

    Prisca n’était jamais venue en France. Tout était à découvrir. Mais quelle belle ouverture et adaptation pour accueillir notre monde moderne occidental !

    Avec Prisca, nous avons découvert ATD-Quart Monde. Nous sommes allées à Méry sur Oise passer une journée au Siège de cette organisation. Ce fut une journée merveilleuse. Prisca était attendue. Tous étaient heureux de se retrouver et de partager des souvenirs de Centrafrique… En effet, Prisca avait suivi une formation à Bangui et mis en place des activités en Centrafrique.  Elle a découvert le berceau et tout ce qui se vit ici au service des petits et des pauvres dans le monde entier. Elle a pu récupérer quelques outils utiles pour sa mission en Centrafrique. Quelle belle journée riche en découvertes et partages réciproques. Pour finaliser cela, nous  avons rencontré l’équipe de Beauvais, très active dans un des quartiers de Beauvais.

    Marcelline avait déjà passé 3 ans en France, il y a 25 ans, donc moins étonnée et surprise. Mais malgré tout…La surprise de Marcelline, le lundi soir à l’Eucharistie : peu de monde, une petite dizaine de personnes, et on ne chante pas… En Afrique à 6 h du matin à l’Eucharistie, il y a beaucoup de monde et ça chante !!!…

    Il y a eu la soirée à la communauté de l’Arche de Jean Vanier : repas, diapositives  sur le pélé à Fatima… Un véritable bain de fête, de joie et d’amitié avec le monde des personnes handicapées.

    Toutes les deux ont découvert le Jardin de la Paix sur notre quartier : un espace où se retrouvent Chrétiens et Musulmans, un lieu de convivialité où l’on jardine ensemble.  Prisca a découvert toute espèce de plantes, de fleurs, de graines. Emerveillement devant tout ce qui pousse en abondance… Elle en a fait une vraie provision, pour les planter chez elle en Centrafrique… Vont-elles  poussé à Bangui et à Ngotto ??

    Marcelline a apporté son aide pour cueillir les cassis, tout en parlant avec Jacqueline de ce qui fait la vie ici et là-bas …

    Nous avons pu aussi accueillir un ami de Prisca, Michel, un prêtre qui a donné quelques années en Centrafrique au service du Mouvement ATD Quart-Monde et qui, aujourd’hui en France, y reste très engagé.  Un homme d’une très grande simplicité, fraternel, complètement donné au service des petits et des pauvres, sans calcul, ouvert à tous. Prisca avait travaillé avec lui. Leur joie de se retrouver était grande et nous avons pu profiter de ce qu’ils ont vécu, quelle richesse…

    Avec elles, nous sommes aussi allées rendre visite à nos Petites Sœurs de SAINT QUENTIN. Autour d’un bon repas, chacune a pu expliquer sa mission au sein de leur quartier, l’accueil, les engagements…

    Bien sûr, ce que nous avons pu faire découvrir de notre vie  à nos Petites Sœurs n’est pas allé que dans un sens… Leur partage de leur vie et de la situation du pays nous a permis plus concrètement de mieux apprécier ce qui fait leur quotidien dans un pays confronté à la guerre depuis des années..

    Nous nous sommes vraiment senties de la même famille, « petites » et « sœurs » de St François.

    Petite Sœur Christine, à BEAUVAIS

     

     

  • De France en Centrafrique, Mère Joséphine parle au coeur

    200ème anniversaire de notre fondatrice Mère Joséphine ! Bien loin de MORANNES, son lieu de naissance, les Petites Soeurs de Ngotto ont proposé aux habitants de vivre un temps de pèlerinage, en lien avec la spiritualité de Mère Joséphine.

    Ecoutons combien son message résonne dans les coeurs !

    Petits et grands sont arrivés en foule… pour vivre un pèlerinage qui allait nous conduire à la chapelle du village POUTEM distant de 3 kilomètres. Dans la joie et le recueillement, cette joyeuse assemblée a parcouru les diverses étapes !

    Nous sommes à des milliers de kilomètres de l’Anjou, dans une culture complètement différente, au coeur de l’ethnie Boffi,  à deux siècles de sa naissance… mais quelle surprise et quelle joie de voir, de sentir, combien les gens sont touchés par le message et la vie de Mère Joséphine ! :

    « Nous sommes très contents de vivre pour la première fois ce temps fort de prière avec nos Sœurs de NGOTTO. »

    « Je suis surprise de voir que la vie de Mère Joséphine correspond à la nôtre aujourd’hui, cela me plaît. Ses parents n’étaient pas des riches, c’étaient des pauvres gens, paysans, travaillant comme nous dans les champs des autres pour survivre. »

    « Louise était malade, mais elle a accepté de quitter son village pour aller se soigner à la ville. Et par la suite, le Seigneur a mis devant elle des sœurs pour l’orienter et pour devenir ce qu’elle est et ce qu’elle nous laisse aujourd’hui. » NB : Cette réflexion s’exprime dans un village où beaucoup de gens négligent les soins et quittent très difficilement le village pour se soigner. Et trop nombreux sont ceux qui meurent très jeunes par défaut de soins.

    Une mère de famille, Léa : « Ce qui m’impressionne dans cette vie de Mère Joséphine, c’est qu’elle était d’une famille sans moyens, mais elle a reçu une éducation. On l’a envoyée dans l’école ouverte pour les pauvres par les Sœurs. Sa famille ne l’a pas empêchée de fréquenter l’école. On lui a appris seulement les bases de la lecture, de l’écriture et du calcul, elle n’était pas très instruite. Mais c’est avec ce peu qu’elle a reçu qu’elle a pu devenir religieuse, écrire à ses Sœurs. Et aujourd’hui, nous pouvons lire ses écrits. Et nous ici, à NGOTTO, combien de parents ne laissent pas leurs enfants aller à l’école ! Parfois, on a besoin d’eux au champ ou à la pêche. Et l’école ? Nous devons prendre exemple : nos enfants n’ont pas besoin d’une grande instruction, mais de se débrouiller dans la vie : savoir lire, écrire, calculer. C’est très important. »

    Une autre maman, Anastasie : « Nous avons écouté l’histoire de Mère Joséphine. Mais… est-ce que seuls les Européens peuvent être saints?!  Ne sont-ils pas nés comme nous dans une famille ? C’est dans la famille que tout se prépare. Nous aussi, nous pouvons devenir des Saints si nous vivons une vie spirituelle, si nous mettons en pratique les exigences chrétiennes et si nous devenons de vrais témoins du Christ. L’Afrique peut compter parmi le nombre des Saints. Dans nos familles, parlons, partageons, éduquons à une réelle vie avec le Christ. »

    De retour à NGOTTO, le cœur content, la joie a continué à se partager autour d’un bon bol de bouille de riz préparée par la fraternité, puis une projection de photos présentant la mission des Petites Sœurs en France et en Centrafrique ainsi que le témoignage des Chrétiens Associés.

  • Pot pourri de la fraternité de Morannes !

    C’EST LE ROC, ROC DE MA VIE, C’EST LE ROC, ROC D’AUJOURD’HUI

    C’EST LE ROC, ROC DE MA VIE, MON ROC C’EST JESUS CHRIST !

     

    Eh oui ! Morannes, c’est la campagne et il fait bon y séjourner

    Vivant l’accueil et le partage, l’écoute et la simplicité

     

    C’EST LE ROC, ROC DE MA VIE, C’EST LE ROC, ROC D’AUJOURD’HUI

    C’EST LE ROC, ROC DE MA VIE, MON ROC C’EST JESUS CHRIST !

     

    Fais du feu dans la cheminée, la mission n’est pas terminée…

    Tant d’amis viennent partager, avec eux, nous pouvons chanter :

     

    Louez et bénissez mon Seigneur,

    rendez-lui grâce et servez-le en toute humilité

     

    C’EST LE ROC, ROC DE MA VIE, C’EST LE ROC, ROC D’AUJOURD’HUI

    C’EST LE ROC, ROC DE MA VIE, MON ROC C’EST JESUS CHRIST !

     

    Au clair de la lune, en fraternité, nous désirons toutes nous encourager

    A voir en chacune ce qu’elle a de bon, c’est bien difficile, c’est la conversion.

     

    Joie parfaite au cœur de Dieu, Paix levée comme une aurore

    Joie de vivre au cœur de Dieu, viens chanter en nous, viens chanter en nous !

  • 200 ans ça se fête !

    Les 30 et 31 mars derniers les Petites Soeurs de Saint-François-d’Assise, des personnes proches de la congrégation et des chrétiens de la région de Morannes ont fêté les 200 ans de la naissance de la fondatrice Mère Joséphine, née Louise Renault.

    Le rendez-vous était fixé ce samedi 30 mars 2019 à 14h, pour l’accueil de tous les invités, sur la place de l’église de Morannes. Autour du baptistère de cette église, les participants se sont rassemblés pour la 1ère étape de ce pèlerinage. C’est en effet en ce lieu que Louise Renault a été baptisée le 31 mars 1819, le lendemain de sa naissance.


    Puis, à partir de là, un convoi de quelques dizaines de véhicules s’est élancé vers les lieux où Louise Renault a vécu durant sa jeunesse. Parmi les participants se sont retrouvés des Petites Sœurs de tous âges, leurs amis et les membres de leurs familles, les prêtres, les religieuses et religieux franciscains, les chrétiens associés et des habitants des communes environnantes, pour marcher à la suite de Louise Renault sur les chemins de Morannes, Daumeray et Brissarthe.

    En fin d’après-midi, après cet émouvant pèlerinage, ponctué de récits, de chants et de prières, tous les pèlerins se sont retrouvés à Morannes, pour un temps de convivialité. L’occasion de se remémorer, souvenirs, impressions, questions…

    Un temps a été ensuite consacré à la présentation de l’histoire de la Congrégation des Petites Sœurs de Saint François d’Assise, depuis la jeunesse de Louise Renault, déjà toute habitée par sa foi en Jésus-Christ, jusqu’à l’époque actuelle, en passant par les différents développements de le Congrégation en France et à l’étranger.

    A l’invitation du P. Jean Quris (délégué épiscopal à la vie consacrée), des Petites Sœurs (aînées et jeunes, françaises et centrafricaines), ainsi que des chrétiens associés ont témoigné de leur vie éclairée et animée par le charisme de Mère Joséphine.

    Mgr Delmas, évêque d’Angers, ainsi que Mère Marie-Noël Bénédicte, Prieure Générale des Servantes des Pauvres, se sont joints à ces festivités.

    Le lendemain, dimanche 31 mars, le matin dès 7h45, quelques vingt-six vaillants pèlerins, ont cheminé à pied, à partir du « Petit Cordé », lieu de la maison familiale de Louise Renault.
    Dans des temps alternant silence, prière et partage, ils sont arrivés sur la place de l’église de Morannes.

    Là, d’autres participants, dont quelques membres de la famille de Louise Renault, les paroissiens de Sainte-Claire-entre-Mayenne-et-Sarthe, des Petites Sœurs, chrétiens associés et amis les attendaient pour entrer dans l’église pour la célébration de l’Eucharistie dominicale présidée par le P. Jean Quris.

    Le P. Gérard Martin, curé de la paroisse, a accueilli les pèlerins avec joie et fierté. Chaque groupe de participants a été invité à se présenter devant le reste de l’assemblée. Ce sont ensuite quelques Petites Sœurs et chrétiens associés qui ont ouvert la célébration par une procession vers l’autel.

    Les chants proposés par l’équipe paroissiale de la liturgie ont été repris avec entrain, à la suite des musiciens et chanteurs de l’équipe d’animation.

    Tout au long de ces journées, chacun a pu apprécier l’enthousiasme des équipes paroissiales : c’est grâce à leur investissement auprès des Petites Sœurs de la fraternité de Morannes depuis de nombreuses semaines, que le 200ème anniversaire de la naissance de Louise Renault a pu se dérouler avec une telle sérénité.

    Une belle fête ne se termine jamais sans un repas : en effet, après la messe, une rencontre amicale a réuni toute l’assemblée autour d’un apéritif, et chacun a été invité à partager fraternellement le repas de clôture.

    « Un soleil vif et printanier a illuminé ces 2 journées – sans doute un clin d’œil de Mère Joséphine qui avait promis de veiller sur nous du haut du Ciel », a fait remarquer un membre de l’équipe !

  • Chantez, priez, célébrez le Seigneur… avec St François, à Lorient !

    « CHANTEZ,  PRIEZ, CELEBREZ LE SEIGNEUR » C’est ainsi que commença notre fête de St François, le jeudi 4 octobre à l’église de notre paroisse à Lorient.

    La famille Franciscaine, les amis et les paroissiens sont réunis pour prier les Laudes et participer à l’Eucharistie festive. Car avec  notre frère François nous rendons grâce à Dieu pour les 50 ans de vie  religieuse de MADO.  Ses nombreux amis (es) ont répondu présents  et ont été bien participant pour l’animation.  A l’offertoire Mado entourée de sa Fraternité redit son don à Dieu. L’ambiance de prière et de joie s’exprime bien par cette louange à Dieu chantée de tout cœur.  « TOI SEUL ES SAINT SEIGNEUR DIEU, TOI QUI FAIS DES MERVEILLES. »

    Mais la fête continue à midi dans une salle paroissiale, avec le repas partagée. 9 tables de 6 bien préparées et décorées par la fraternité séculière ne furent pas de trop, on a même dû rajouter des places pour pouvoir accueillir tout le monde, et les amis des jardins familiaux ne manquèrent pas  de venir entourer Mado.

    Chaque table portait le nom d’un lieu Franciscain et au cours du repas certains invités exprimèrent ce que ce  site représentait pour eux. La fête se termina avec le film du pèlerinage à Assise de la fraternité Francesco fait en 2016 avec Mado et Godeleine ; cette dernière s’était jointe à nous ce jour-là.

    La Fraternité de Lorient

  • La St François… d’Assise à Chelles

    Cette fête de St François, nous ne l’avons pas préparée seules… mais avec un petit groupe qui depuis un peu plus de deux ans chemine avec nous pour découvrir comment l’esprit de François d’Assise parle encore aujourd’hui et peut éclairer nos vies.

    Pour signifier notre mission de prière, une personne du groupe a suggéré de mettre devant l’autel des éléments de notre Oratoire. A l’accueil nous avons proposé un petit signet sur lequel chacun pouvait écrire une intention. Ces intentions ont été ramassées à l’offertoire et déposées à l’autel avant de rejoindre notre oratoire où nous continuons ainsi à prier en communion avec tous.

    Quelques membres du groupe ont eu envie de découvrir le pays natal de François et ont effectué en juin un pèlerinage sur les pas du « petit pauvre d’Assise ». Marcelline, Emile, Jéhanne et Serge ont fait un montage vidéo pour partager en images leurs découvertes. Chacun d’eux a exprimé comment ils avaient vécu et apprécié ce temps. Ensuite un partage a permis à quelques-uns de partager leur propre découverte d’Assise et de la vie de François. Ils ont donné envie à d’autres de le vivre.

    Nous avons terminé la soirée en partageant un petit buffet où chacun a apporté ses spécialités. Après avoir remercié tous les participants, nous leur avons distribué un petit feuillet rappelant les propositions de la fraternité : prière pour la paix, vêpres du lundi soir avant la messe, porte ouverte le mercredi après-midi.

    Nous rendons grâce pour tout ce vécu joyeux, fraternel, priant…

    Les Petites Sœurs de Chelles

    Contact : pssfchelles@free.fr            01 60 08 29 47

     

  • Loué sois-tu Seigneur pour Frère François !

    Pour saint François
    qui chante l’œuvre de tes mains, béni sois-tu !
    Accorde-nous de découvrir à notre tour,
    dans la beauté de l’univers, un reflet de ta bonté.

     

    Pour saint François qui embrasse le lépreux, béni sois-tu !

    Accorde-nous de reconnaître dans l’exclu, le rejeté,
    notre Seigneur et notre frère

    .Pour saint François    
    qui relève ton Église, béni sois-tu !
    Accorde-nous de la servir avec amour,
    suscite encore en ce temps-ci des prophètes et des saints.

    Pour saint François qui se dépouille de tous ses biens, béni sois-tu !
    Accorde-nous de vivre avec la même allégresse
    la pauvreté selon l’Évangile.

    Pour saint François
    qui nous enseigne la joie parfaite, béni sois-tu !
    Accorde-nous de nous ouvrir à la grâce de cette joie
    quand l’humiliation ou la souffrance nous visitent.

    Pour saint François
    qui porte en son corps les blessures du Christ, béni sois-tu !
    Accorde-nous de nous laisser saisir par Jésus crucifié
    et de parvenir avec tous nos frères à la gloire de sa résurrection.

  • Journée de partage et de fête avec Foi et Lumière

    Depuis le début de l’année, j’ai rejoint la Communauté Foi et Lumière
    « Jésus mon Soleil » qui s’est formé sur la paroisse. Hier, samedi 7 avril j’ai donc participé au grand rassemblement des handicapés et de ceux qui les accompagnent, parents, amis, professionnels qui avait lieu au centre St Jean.
    C’était une journée de fête, de partage et de prière qui a réunis 220 personnes du diocèse et qui s’est terminée par l’Eucharistie présidée par Mgr Delmas notre Evêque.

    Dans l’après-midi 11 ateliers étaient proposés, j’avais choisi la prière gestuée à 14 heures. Je me retrouve donc avec 7 autres personnes et une animatrice Stéphanie. A ma droite un jeune homme Jean Michel. Je suis frappée par la dureté de son visage fermé, figé. Phrase par phrase Stéphanie mime le psaume du Bon Berger. Avec beaucoup de mal, Jean Michel élève petit à petit ses mains, fait le geste de bercer… d’écouter… de boire…Je ne cesse de l’encourager de lui sourire, de l’aider dans ses mimes. Il me semble qu’au bout de l’heure son visage se soit un peu adouci… Quant aux gestes, je ne peux vraiment être fière ni des miens, ni de ceux de mon voisin.

    L’atelier est terminé, nous nous séparons. Une bonne heure après, je croise à nouveau Jean-Michel qui est avec son groupe d’handicapés et leur monitrice. Il me reconnaît, m’agrippe et trépigne bruyamment pour attirer l’attention de cette dernière. Son visage n’est que sourire rayonnant de joie. J’explique à l’animatrice que j’étais avec Jean-Michel à l’atelier, elle me remercie, mais n’a pas compris que des deux, c’est moi qui a le plus reçu.

    Ce visage transfiguré, c’était la visite de Jésus Ressuscité, vainqueur des forces de mort. Comme le disait le thème de la journée:
    « Tous missionnaires avec nos fragilités » Jean Michel et moi, nous avons fait l’expérience de ce 7 avril 2018.

    Paule Dolais, Petite Soeur à Angers

  • Voeux des Petites Soeurs de Ngotto !

    Rosine, Adèle, Aïda, Prisca, Isabelle

    Une crèche, mais pour quoi faire ?
    Disait, rêveur, le petit Pierre.
    Voici les moutons, les bergers
    Et l’étoile en papier doré.
    J’ai découpé l’âne et le bœuf dans un carton tout neuf,
    Et dans un vieux livre d’images, j’ai trouvé les rois mages
    Marchant au pas lent de leurs dromadaires.
    Une crèche, mais pour quoi faire ?
    C’est dans mon cœur, dit petit Pierre, que le petit Jésus va naître!
    (Petite poésie enfantine)
    En bonnes franciscaines et filles de Mère Joséphine, nous avons aimé, cette année, l’invitation de notre curé
    à ce que chacun fabrique une petite crèche et l’apporte à l’église le matin de Noël. Cela a éveillé la créativité et
    l’émerveillement des petits et des grands. Toutes ces crèches, une fois bénies, ont essaimé dans le village, dans les familles, où elles continuent de dire à tous Noël et son message.
    Un bon moment de partage et de fête avec                                                     
    nos ouvriers de la Mission, que nous
    avions invités avec leur femme.
    Une façon
    de leur dire notre merci pour les multiples services rendus.

    des cadeaux pour les enfants

    Je vous souhaite, JOYEUX NOËL et bonne entrée dans ce nouvel an 2018.
    Que Dieu vous bénisse ! Rosine
    «Christ hier, aujourd’hui, demain et pour toujours.»
    Heureuse année 2018, année de paix, de joie, de bienfaits de Dieu.
    Petite sœur Prisca
    NOËL, Jésus nous apporte Joie, Union, Espérance, Amour, Pureté,
    Respect, Lumière, Harmonie, Solidarité, santé, Réalisation, Foi, Bonheur,
    Humilité, Fraternité, Amitié, Gratitude, Sagesse, Pardon, Sincérité, Paix,
    Equilibre, Bonté, Patience, Dignité, Bienveillance, Force…
    De tout cœur, je vous souhaite Joyeux Noël.
    Votre petite sœur Aida Armistice,
    «la nouvelle née» (alors, je suis aussi votre cadeau de Noël!)
    Je vous souhaite bonne fête de Noël et de la nouvelle année.
    Que la paix et la joie de Jésus soient avec vous toutes.
    Aujourd’hui sur nous, la lumière a resplendi, car le Seigneur nous est né. Il est le Prince de la Paix.
    Petite sœur Adèle
    Ici, nous avons coutume de souhaiter Joyeux Noël pendant tout le temps de Noël, donc il n’est pas trop tard
    Joyeux Noël et Bonne année 2018 !
    Avec Mère Joséphine, continuons «d’aller ensemble à la crèche, avec une vraie humilité de cœur et avec une grande
    CONFIANCE, Lui déposer nos faiblesses, nos misères…»
    et tout ce qui fait notre vie et mission au milieu de ceux à qui le Seigneur nous a envoyées.
    Isabelle