• De l’eau à Ngotto !

    L’eau à Ngotto est un bien précieux. Quand il faut aller la puiser au loin par bidons de 20 litres, la transporter sur un « pousse » à la force des bras par des sentiers ensablés ou des côtes escarpées, chaque goutte compte ! surtout en saison sèche ! Découragés par les files d’attente aux deux seules fontaines du village ou par le prix du bidon, beaucoup de gens consomment l’eau qu’ils trouvent (petites sources, rivière…) : autant de risques pour la santé. Les enfants passent beaucoup de temps, envoyés par les adultes, à puiser et transporter l’eau, ils portent parfois de lourdes charges sur la tête. Dans le village, il y a beaucoup de maladies de peau et de parasitoses à cause de la mauvaise qualité de l’eau.

    Nos amis de l’association BATALI ont eu l’audace d’appeler au secours Monsieur Richard WALTON – unique fabriquant aujourd’hui en France de béliers hydrauliques – afin de restaurer nos anciens béliers hors d’usage et de ressusciter le château d’eau de la Mission. Après deux ans de persévérance, c’est chose faite ! et l’on n’en finit pas de s’émerveiller !

    un bélier hydraulique

    un bélier hydraulique

    Chez nous, les Petites Soeurs, ainsi qu’au presbytère et en quelques autres points de la paroisse, l’eau coule au robinet ! Les écoles et l’hôpital reçoivent des bidons d’eau propre gratuitement. Un robinet de distribution a été installé pour la population: l’eau est vendue chaque jour à petit prix par Joël, l’un de nos deux techniciens formés par Mr WALTON; le fruit de cette vente va permettre de rémunérer son travail : chaque jour, il descend à la source pour la vérification et l’entretien du système.

    Par ailleurs, au niveau de cette source, à 1,3 km en contre-bas du village, un bassin cimenté a été réalisé, pour permettre à tous de se laver, de faire la lessive, et aussi de puiser de l’eau propre grâce à des tuyaux.

    Béni sois-tu Seigneur pour Soeur eau… et toutes les bonnes volontés qui permettent d’y avoir accès !

     

  • La Jeunesse Franciscaine à la Maison d’arrêt de Bimbo à BANGUI

    Chaque dimanche, un groupe de la « Jeunesse Franciscaine » se réunit sous la paillote de notre fraternité à BANGUI. Nous avons des liens privilégiés avec ces jeunes qui partagent notre spiritualité : ils s’intéressent à St François  et essaient de vivre selon les grandes lignes de son charisme. Ils nous font parfois appel pour leurs  temps de réflexion. Cette année, pendant le Carême, ils ont choisi d’aller rendre visite aux femmes incarcérées à la prison de Bimbo.

    Petite sœur Marie-Christine : Qu’est-ce qui vous a poussé à aller visiter les femmes à la prison ?

    Fidèle : C’est un appel de Dieu parce que le Christ nous a dit : « J’étais en prison et vous ne m’avez pas visité ».

    Francis : St François nous a demandé d’apporter la joie là où il y a la tristesse, l’espérance là où il y a le désespoir, la lumière où il y a les ténèbres.

    Pourquoi particulièrement la prison cette année?

    Fidèle : Habituellement, nous allons dans les hôpitaux, mais nos responsables régionaux nous ont invités à aller vers les prisonniers. Il y a eu beaucoup de crimes pendant les évènements. Des personnes avaient perdu tous leurs biens, alors pour subvenir aux besoins de la famille, ils ont volé, ont été pris et mis en prison, d’autres se sont vengés.

     

    Combien y-a-t-il de femmes à la Maison d’Arrêt de Bimbo ? Et pour quels motifs sont-elles incarcérées ?

    Fidèle : Elles sont au nombre de 51, il y a des jeunes filles (dont deux avec un enfant de moins de deux ans), des plus jeunes et aussi des femmes âgées. Comme je le disais, certaines ont volé, d’autres ont commis des crimes ou se sont bagarrées avec leur coépouse ou leur rivale, leur conjoint… et l’ont blessé sérieusement.

    Les plus âgées sont souvent des veuves ou des femmes sans enfant accusées de sorcellerie.

     

    Depuis quand aviez-vous préparé cette visite et combien de jeunes étiez-vous ?

    Fidèle : Depuis le mois de février. Nous sommes allés là-bas une cinquantaine de jeunes. Toutes les paroisses de Bangui étaient représentées.

    Comment s’est déroulée la visite ?

    – Vers 9h00, on nous a fait rentrer dans la prison. Nous voulions avoir un échange avec les femmes, mais comme nous apportions des produits de première nécessité (sucre, savons, sardines, lait, café, huile, sel, riz…) et des médicaments collectés auprès des Fraternités Séculières (laïcs franciscains adultes), le Greffier nous a demandé de mettre ce qu’on avait apporté  dans des sachets selon le nombre des femmes. Ceci a pris du temps, de ce fait nous n’avons pas eu le temps d’échanger avec les femmes. Nous avons regretté.

    – Un frère franciscain et un frère capucin sont venus avec nous pour célébrer l’Eucharistie. Nous, les jeunes, nous avions constitué une petite chorale, rédigé des intentions de prière et préparé les lectures. Le prêtre avait pris l’Evangile de saint Luc : « Jésus devant le tribunal du Sanhédrin ». Il a eu des paroles fortes : « Dieu ne juge personne. En tant qu’hommes, nous, nous portons des jugements sur les autres et même sur Dieu parfois ! […] La vraie prison c’est notre cœur, dans lequel nous enfermons les autres et où nous nous enfermons nous-mêmes, notre cœur que nous refusons d’ouvrir à Dieu et à sa miséricorde». Il a invité les prisonnières à « s’ouvrir à Dieu ».

    – A la fin de la messe, une représentante des prisonnières a pris la parole pour remercier les jeunes franciscains en disant : « Plus que l’aide matérielle que vous nous avez apportée, c’est le réconfort humain et spirituel qui nous a touchées ».

    – Le Ministre Régional (ministre = terme franciscain signifiant Serviteur) de la Jeunesse Franciscaine avait présenté notre Mouvement au personnel pénitentiaire et le sens de notre visite : d’abord assister ces femmes spirituellement, leur partager la Parole de Dieu, prier et célébrer l’Eucharistie avec elles, leur apporter le Christ, leur dire en actes et en paroles que Dieu ne les a pas oubliées et qu’elles doivent garder l’espérance.

    – Le Chef de Sécurité de la prison a pris la parole au nom du Régisseur malade pour remercier les jeunes et leur a dit : « Ce n’est pas l’habit que vous portez qui fait de vous des Chrétiens, mais d’avoir une vie exemplaire et une bonne moralité, car actuellement le comportement des jeunes est souvent mauvais ».

    Enfin nous avons remis à chacune son sachet de produits, et les médicaments ont été donnés à l’infirmerie.

    – Pour terminer, nous avons chanté et dansé avec les prisonnières – moment de joie qui nous a fait oublier que nous étions dans une prison. Mêmes les soldats de la MINUSCA (les Casques Bleus) présents là-bas pour garder, ont dansé aussi!

    Que gardez-vous de cette visite à la prison des femmes ?

    Francis : Nous avons essayé de mettre en œuvre le charisme de François. Nous avons été bien accueillis par le personnel de la prison et par les femmes. Ce qui fait de la peine, c’est que certaines sont là depuis un ou deux ans et leur procès n’a pas encore eu lieu. Et aussi de voir ces « vieilles mamans » accusées de sorcellerie. J’ai senti que pendant la célébration et la danse qui a suivi, ces femmes ont un moment oublié leurs peines.

    Christa : Ce que j’ai vu m’a fait mal. Ces femmes sont privées de leur liberté et certaines ont leur enfant en bas âge avec elles en prison : deux bébés sont là avec leur maman ! C’est dur de voir cela. Des jeunes filles, qui auparavant allaient à l’école, se trouvent enfermées parce qu’elles ont blessé leur coépouse. Des mères ne sont plus avec leurs enfants, qui n’ont plus personne à la maison pour leur donner une bonne éducation. Ça m’a fait vraiment pitié, mais notre venue leur a donné beaucoup de joie et elles ont eu ainsi l’occasion de prier ensemble.

    Voyant tout cela, je veux maintenant donner des conseils à mes camarades de l’Université, pour qu’elles ne commettent pas de crimes, qu’elles ne soient pas brutales, qu’elles n’agissent pas dans la colère, car çà conduit à la prison. Il faut réfléchir avant de faire quelque chose.

    A nos mamans, j’ai aussi envie de dire de ne pas faire de bêtise car les enfants souffrent trop sans leur maman, ils sont mal à l’aise. Elles doivent rester fidèles et respecter les lois. On doit aimer son prochain comme soi-même, ne pas faire du mal et regarder l’autre comme sa propre sœur.

    Fidèle : Ce jour-là j’ai compris la parole qui dit : « il y a plus de joie à donner qu’à recevoir ». J’ai pris conscience ce jour-là que derrière les murs, il y a des personnes comme nous et la plupart sont des chrétiennes, elles ont besoin de nos visites et de nos prières. Nous ne sommes pas allés là-bas pour les juger, mais en les regardant comme des personnes qui ont besoin de notre aide avec la Parole de Dieu.

    J’ai aussi pris conscience que si nous travaillons davantage ensemble religieux, religieuses, laïcs, jeunes de la famille franciscaine, nous pourrons faire bouger quelque chose dans notre société.

    J’ai compris comment St François pouvait être joyeux lorsqu’il donnait tout aux pauvres, qu’il ne gardait rien pour lui-même. Ce jour-là je me suis réellement senti franciscain.

    Petite Sœur Marie-Christine – BANGUI

  • A l’orphelinat de Bangui…..

    J’accompagne un groupe d’une vingtaine de jeunes filles qui réfléchissent à leur vie de foi et cherchent à répondre à l’appel de Dieu.

    Le groupe se réunit le samedi après-midi tous les quinze jours. En mars, réfléchissant sur le sens du Carême, elles se sont interrogées : « quel acte de charité, de partage, pourrions-nous vivre ? ». Après échanges et réflexions elles ont décidé de faire une visite au « Centre de la Mère et de l’Enfant ».

    Cet orphelinat public accueille une trentaine d’enfants de 0 à 5 ans : orphelins, enfants abandonnés à la naissance, ou dont la maman ne peut pas s’occuper. L’une des jeunes a dit : « Nous ne pouvons pas aller les mains vides … ». Décision est alors prise que chacune apporte biscuits, savons, lessive ou vêtements.

    Arrivées là-bas le 1er Avril, nous avons commencé par visiter les lieux de vie des enfants. Puis, pour leur montrer notre affection, nous avons joué avec les plus grands et pris les plus petits dans nos bras. Les enfants étaient très heureux et ceux pris dans les bras s’accrochaient aux jeunes et ne voulaient pas qu’on les remette dans leur lit. Nous avons senti combien tous ont besoin d’être aimés

    Nous avons aussi échangé avec les femmes qui s’occupent de ces enfants et avant de partir nous leur avons remis nos petits paquets à partager. Elles étaient très touchées et ont de suite distribué les biscuits aux enfants.

    Les jeunes filles étaient très heureuses d’avoir passé ce moment avec les enfants. Elles espèrent qu’ils pourront trouver une famille qui les accueille et leur donne l’affection dont ils ont besoin pour grandir et être heureux. Elles ont aussi été touchées de voir des femmes qui se donnent près d’eux comme des mamans, alors qu’elles ont leurs propres enfants à la maison.

    Ce jour-là, ces jeunes filles ont expérimenté qu’il y a autant de joie à donner qu’à recevoir.

    Petite Sœur Prisca

     

  • Remettre debout des enfants, à Bangui !

    Plusieurs fois par an, en lien avec le Centre de Rééducation pour Handicapés Moteurs de Bangui, le Professeur ONIMUS et sa femme, viennent à BANGUI pour effectuer des opérations chirurgicales. Je fais partie de l’équipe soignante de ce Centre et je vous partage l’expérience de Marc, un garçon de 10ans, atteint de la polio à l’âge de deux ans ; il a perdu ses parents lors des évènements survenus dans notre pays.

    Marc est arrivé en consultation avec des déformations au niveau des deux jambes, de la hanche et du dos.

    Au mois de mars, il a subi une intervention chirurgicale au niveau de la hanche rétractée et sur la face postérieure du genou gauche, puis il a commencé les séances de rééducation.

    Aujourd’hui, grâce à cette intervention et à la rééducation il commence à se tenir correctement debout dans une bonne position.

    Il est très content et se sent à l’aise : « J’ai des projets : quand je serai guéri, je passerai mes examens et l’année prochaine je ferai le concours d’Entrée en 6ème  Voyant l’amélioration de son état, il dit : « J’aurai beaucoup de choses à réaliser ».

     

    Ce qui m’a touchée également : n’ayant plus ses parents c’est une jeune maman sans enfant qui a accepté de bon cœur de rester auprès de lui après l’intervention, pour s’occuper de lui comme si c’était son fils.

    Avant l’opération, ces handicapés se sentent souvent inférieurs, voire même rejetés : le handicap était considéré comme un mauvais sort fait à la famille et cette idée reste encore gravée dans certains esprits ; après l’opération ils se sentent égaux avec les bien-portants et mieux reconnus au sein même de leur famille ou entourage.Mon rôle après l’opération est d’apaiser, expliquer ce qu’on a fait, rassurer, aider à patienter et au moment de la rééducation, encourager la personne, valoriser les progrès…Lorsque ces personnes commencent à marcher, c’est la joie pour tous : le personnel, les personnes elles-mêmes et leur famille.

     

    J’en profite pour dire : « Merci à vous tous qui vous intéressez à notre vie et à notre mission en RCA ». 

    Petite Sœur Grâce – Bangui

  • Nos anges gardiens… aux visages humains !

    LES ANGES GARDIENS EXISTENT-ILS ?

                                OUI ! J’EN AI RENCONTRE DEUX !                                                           Témoignage de Marie-Christine, Petite Soeur

    Après une semaine passée avec nos Petites Sœurs de Montpellier, je prends le train vers Angers. A Paris, 53 mn pour passer de la gare de Lyon à celle de Montparnasse ! un peu juste ! En plus, le train parti arrive avec 5 min de retard ! Le bus arrive en même temps que moi chance !

    Nous échangeons quelques mots avec trois autres femmes qui prennent aussi le train. Le bus avance lentement : travaux puis ralentissements répétés… Coup d’œil sur ma montre, j’exprime tout haut mon doute d’arriver à l’heure. La jeune dame me demande l’heure de départ de mon train et me rassure, elle prend le même et a l’habitude. Quelle chance ! 1er ange gardien.

    Nous arrivons à Montparnasse ! Malchance : travaux sur le trottoir, l’escalier pour accéder aux quais est fermé !

    Nous voici lancées dans une course marathon ! Du haut de l’escalator, la jeune dame regarde si j’ai suivi, me fait un sourire satisfait et montre aux 2 autres dames encore en bas de l’escalier mécanique de monter aussi.

    Nous arrivons enfin au portillon d’accès au train, ils ne sont pas encore fermés : ouf ! mais il faut le billet pour que le portillon s’ouvre ! Alors que je cherche mon billet dans mon sac, j’entends une voix qui me dit : « ne vous affolez pas madame, je vais vous aider, c’est votre valise ? je vais vous la passer», j’acquiesce et levant la tête je vois un agent de la SNCF de couleur noire et avec un grand sourire  – c’était mon 2ème ange gardien.

    Heureuse d’avoir pu prendre ce train, je rends grâce au Seigneur d’avoir mis cette charmante femme sur mon chemin !

    En route je me dis : j’aimerais bien la retrouver à Angers pour la remercier de sa gentillesse. « Le Seigneur entend tout », mon souhait va se réaliser : je descends le plus rapidement possible du train et scrute les passagers sur le quai à la recherche de son visage. Tout à coup je la vois venant vers moi. Qui cherchait-elle ? moi ? pour savoir si j’avais réussi à prendre le train ? quelqu’un venu la chercher ?

    Peu importe : nos regards se croisent, nous nous sourions, je la remercie pour sa gentillesse et son attention et lui dis : « c’est grâce à vous si j’ai pu avoir ce train ». Elle me répond en pointant son doigt vers le ciel : « ce n’est pas grâce à moi, c’est grâce à Dieu ! »

    Quelle foi et quelle humilité, quelle disponibilité aux autres, quel renoncement à elle-même, car son attention pour moi et les 2 autres femmes aurait pu à elle aussi lui faire rater son train….

    « La charité est serviable… ne cherche pas son intérêt… la charité ne passe jamais… » Cf. 1 Cor 13, 4-5.8

                                                                    Marie Christine

     

  • Faire des maths en étant solidaires !!

    Oui, oui, c’est possible !!

    Chantal, Petite Soeur à Chelles et prof de maths en collège-lycée, nous partage cette belle aventure !

    Depuis le début de l’année scolaire, 11 collègues de maths du collège se sont mobilisés autour d’un concours solidaire… Une belle expérience qui motive ensemble élèves et professeurs ! Le concours a eu lieu le 5 février… juste à temps pour que l’épreuve ait lieu sans encombre…avant l’arrivée de la neige ! Peu de temps après, les transports scolaires ont été supprimés et l’établissement fermé. Ce qui a fait dire à l’un de mes collègues de maths musulman : « Vraiment Dieu était avec nous ! »

    Ce concours est proposé par le secours populaire : Aidons et parrainons des centaines d’enfants en  République Démocratique du Congo !»

    En RDC, la communauté pygmée vit dans des conditions difficiles *.

    Souvent victimes de discrimination, les enfants sont exclus du système scolaire, ils n’ont accès ni à l’éducation, ni à la formation.
    Depuis 2016, le Secours Populaire Français aide une association locale à soutenir la scolarisation de ces enfants.

    En 2018, Drôles de Maths propose à tous ses candidats, par un don modeste (1€ par élève, c’est déjà très bien !), de parrainer la scolarité de centaines d’enfants pendant trois ans.

    C’est ainsi que le lundi 05 février 2018, 374 élèves de sixième, cinquième et quatrième du collège Saint Laurent de Lagny sur Marne venant de 21 classes différentes ont pu se muscler en logique et en Mathématiques ! Et faire des progrès tout en s’amusant.

    Pour participer au concours, la mise originale proposée aux enfants était de 3,50€ mais cette somme pouvait être complétée au-delà. Et nos élèves se sont laissés « toucher » pour la cause puisque nous avons pu, grâce à eux,  envoyer un don de 900€ !  De quoi, aider la scolarisation  de centaines d’enfants en RDC !

    Prochaine étape maintenant : réunir nos élèves autour d’un témoignage sur les enfants pygmées du Congo, qui sera donné par un collègue de maths Congolais.

    Et rendez-vous en avril pour connaitre les résultats !

                                                          Chantal, et l’équipe de profs de maths du collège

    * En Centrafrique aussi, nos Petites Soeurs se font proches aussi de la population pygmée. http://petites.soeursfranciscaines.org/en-centrafrique/