• Nos anges gardiens… aux visages humains !

    LES ANGES GARDIENS EXISTENT-ILS ?

                                OUI ! J’EN AI RENCONTRE DEUX !                                                           Témoignage de Marie-Christine, Petite Soeur

    Après une semaine passée avec nos Petites Sœurs de Montpellier, je prends le train vers Angers. A Paris, 53 mn pour passer de la gare de Lyon à celle de Montparnasse ! un peu juste ! En plus, le train parti arrive avec 5 min de retard ! Le bus arrive en même temps que moi chance !

    Nous échangeons quelques mots avec trois autres femmes qui prennent aussi le train. Le bus avance lentement : travaux puis ralentissements répétés… Coup d’œil sur ma montre, j’exprime tout haut mon doute d’arriver à l’heure. La jeune dame me demande l’heure de départ de mon train et me rassure, elle prend le même et a l’habitude. Quelle chance ! 1er ange gardien.

    Nous arrivons à Montparnasse ! Malchance : travaux sur le trottoir, l’escalier pour accéder aux quais est fermé !

    Nous voici lancées dans une course marathon ! Du haut de l’escalator, la jeune dame regarde si j’ai suivi, me fait un sourire satisfait et montre aux 2 autres dames encore en bas de l’escalier mécanique de monter aussi.

    Nous arrivons enfin au portillon d’accès au train, ils ne sont pas encore fermés : ouf ! mais il faut le billet pour que le portillon s’ouvre ! Alors que je cherche mon billet dans mon sac, j’entends une voix qui me dit : « ne vous affolez pas madame, je vais vous aider, c’est votre valise ? je vais vous la passer», j’acquiesce et levant la tête je vois un agent de la SNCF de couleur noire et avec un grand sourire  – c’était mon 2ème ange gardien.

    Heureuse d’avoir pu prendre ce train, je rends grâce au Seigneur d’avoir mis cette charmante femme sur mon chemin !

    En route je me dis : j’aimerais bien la retrouver à Angers pour la remercier de sa gentillesse. « Le Seigneur entend tout », mon souhait va se réaliser : je descends le plus rapidement possible du train et scrute les passagers sur le quai à la recherche de son visage. Tout à coup je la vois venant vers moi. Qui cherchait-elle ? moi ? pour savoir si j’avais réussi à prendre le train ? quelqu’un venu la chercher ?

    Peu importe : nos regards se croisent, nous nous sourions, je la remercie pour sa gentillesse et son attention et lui dis : « c’est grâce à vous si j’ai pu avoir ce train ». Elle me répond en pointant son doigt vers le ciel : « ce n’est pas grâce à moi, c’est grâce à Dieu ! »

    Quelle foi et quelle humilité, quelle disponibilité aux autres, quel renoncement à elle-même, car son attention pour moi et les 2 autres femmes aurait pu à elle aussi lui faire rater son train….

    « La charité est serviable… ne cherche pas son intérêt… la charité ne passe jamais… » Cf. 1 Cor 13, 4-5.8

                                                                    Marie Christine

     

  • « Pourquoi, pourquoi Seigneur ?»

    J’ai eu la grâce d’accompagner Béatrice jusqu’à son dernier souffle.

    Béatrice était une femme de 52 ans engagée à l’Arche de Jean Vanier depuis plus de 10 ans, je l’ai rencontrée il y a à peu près 3-4ans. Elle m’a introduit dans ce monde des petits, qui nous révèle la tendresse et la bonté de Dieu.

    Je crois que j’ai eu une place privilégiée durant les trois semaines où elle a été hospitalisée, avant de rejoindre Son Seigneur. Une place qu’elle m’a donnée, située entre sa famille et les membres de l’Arche.

    Malade et souffrant d’un cancer depuis 10 ans, une belle et vraie amitié s’est installée dans le respect, l’accueil de ce que nous vivions chacune. Souvent nous parlions de sa mort, elle savait qu’elle n’irait pas au bout de cette chimio…

    Les trois derniers jours avant la mort de Béatrice, je les ai vécus comme accompagnant Jésus sur la Croix.

    Le lundi, Béatrice était très fatiguée, je suis restée trois-quarts d’heure auprès d’elle, silencieusement, comme Marie au pied de la Croix.

    Le mardi, avant le Sacrement des malades, Béatrice était très mal, et en l’entendant dire : « Pourquoi, pourquoi Seigneur ?» je pensais à Jésus sur la Croix disant : « Mon Dieu, Mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ?»

    Le mercredi, à la demande de la famille, je suis allée passer la nuit auprès de Béatrice, avec sa sœur. Le matin du 23 novembre, Béatrice est partie très paisiblement, sereinement dans un souffle qui s’éteint.

    Merci Béatrice ! pour ce cadeau qui me permet aujourd’hui de communier du fond de mes entrailles à la Souffrance, la mort et la Résurrection de Jésus.

    Loué sois-tu Seigneur ! pour la grâce de l’amitié, elle nous conduit là ou l’autre nous mène, simplement, gratuitement …

                  Christine Renou, Beauvais            

  • Témoignage d’une Petite Soeur !

    Moi, Pascale Monique, je suis née dans un petit village de l’Oise à La Neuville Roy. Après la guerre, mes parents se sont séparés et, mon frère Michel et moi avons été élevés par nos grands parents.

    Ma Vocation ?

    Pascale Petite Soeur, lors de son jubilé en juin

     

     

     

     

     

    L’appel du Seigneur se fait dans un discernement, une reconnaissance, vient ensuite le temps de  l’accueil, du oui, d’une recherche

    Où vivre cet appel ? Pour quelle mission, dans quelle congrégation ?

    Quand la recherche avance, on découvre  diverses congrégations et spiritualité C’est toute une étape à vivre. Personnellement j’ai fait confiance et après bien des épreuves le Seigneur me conduisit à Angers. Sous la direction de Mg Bellanger, cousin d’une petite sœur je pris contact avec elle. La découverte de St François a été une révélation. Voilà ce que je désirais vivre

    Dimension fraternelle sans esprit de domination, simplicité
    Artisan de Paix, de joie en chemin avec mes frères                         

    La contemplation du Christ est au cœur de nos vies
    Louer le Seigneur et toutes les créatures

    Et voilà, Depuis 50 ans, le Seigneur m’a donné des sœurs pour le vivre à Angers, Beauvais, Créteil, Aulnay sous- bois, en exerçant la profession de travailleuse familiale puis comme monitrice en éducation familiale à l’aide sociale à l’enfance, engagée au syndicat pour faire reconnaitre cette profession, à Vie libre en accompagnant des personnes en cure de sevrage, en JOC ainée  comme accompagnatrice d’équipe et comme membre de la famille franciscaine en monde populaire et maintenant à St Quentin parmi vous comme retraitée et bénévole à la mission locale, en Action Catholique Ouvrière, à Ecoute- jeunes.

     

    Je peux dire merci au Seigneur pour toutes les grâces reçues tout au long de ce chemin avec d’autres, les amitiés construites dans une solidarité, un combat pour un mieux vivre ensemble Dans les épreuves, la Foi en la Parole du Seigneur fut ma force «  Venez à moi vous tous qui souffrez et je vous referai » … « Je suis avec vous jusqu‘à  la fin des temps »

                                                                               Pascale Deliancourt

     

  • Jubilé de Sœur Grâce à Bangui !

    Dire « OUI », c’est répondre à l’appel du Seigneur.

     C’est la fête tous les jours, une grande joie.

    Le dimanche le 14 Mai 2017, j’ai fêté mes 25 ans de  vie religieuse, vécue au service du Seigneur parmi les pauvres, les plus démunis, surtout les handicapés et les femmes  en difficultés.

    En ce jour, Dieu me renouvelle son amour et sa présence à mes cotés et je me laisse conduire par lui. Avec la congrégation, les prêtres, Religieux(ses), Chrétiens, Amis  et Collaborateurs, je rends grâce pour ces 25 Années de fidélité du  Seigneur  envers  moi  et de  moi envers  lui.

    Qu’il me comble de  joie  de paix  et de  toute grâce  pour  continuer  la marche  à  sa  suite  en  restant  témoin  de son  Evangile  et de son  Amour  dans  la  Mission  qui  m’est  confiée .

    Je demande toujours au Seigneur d’augmenter en moi la FOI, le COURAGE, l’HUMILITE, la CONFIANCE et la SAGESSE, d’éviter les conflits, querelles, les préjugés … d’être fidèle car c’est lui seul mon bonheur.

    Que St François et Mère Joséphine intercèdent pour moi. 

    A ton exemple, Saint François aide-moi à vivre l’HUMILITE, le sentiment d’être toute petite en face de ce qui est très grand.

    Le monde est grand, il est beau, il est source de grande  bonté, la bonté même de Dieu.

    Aujourd’hui, une nouvelle page s’ouvre pour les années à venir. Comme dit St  François  « Frères  commençons car  nous  n’avons rien fait ».

    Merci à tous ceux, celles qui m’ont soutenue jusqu’aujourd’hui. Pour moi, c’est une joie parfaite au cœur de Dieu.

    Sr Grâce, Bangui

  • Témoignage vidéo

    A Beauvais, soeur Claire roule à vélo. Une façon pour elle de vivre son voeu de pauvreté et de rencontrer les personnes de son quartier. Religieuse, animatrice de l’aumônerie des jeunes, elle travaille aussi comme aide médico-psychologique auprès d’enfants lourdement handicapés. Elle n’y porte pas l’habit ni de signe religieux pour privilégier avant tout la relation. Elle vit dans un HLM d’un quartier populaire de Beauvais où elle forme une petite communauté avec trois autres soeurs et partage une vie communautaire avec ses voisins.

  • Les Soeurs Franciscaines, c’est qui ?

  • témoignage vidéo

    Anne-Marie, Petite Soeur de Saint-François d’Assise à Beauvais, témoigne de sa vocation et de l’appel « à tout quitter » qu’elle a senti très jeune.