• 200 ans de notre fondatrice Mère Joséphine

    Deux cents ans …

    En 1989, pour les 100 ans de la mort de notre fondatrice, Françoise Gérard, une Petite Soeur avait écrit un poème…

    Cette année, elle le reprend pour les 200 ans de la naissance de notre fondatrice, avec un regard neuf !

    Mille huit cent dix neuf, Louise naissant ;

    Joie, mais « bouch’de plus » à nourrir pour les parents.

    Déjà devait se faire « inexistante » ;

    Frères et sœurs ayant sera « entreprenante ».

    Monument à la mémoire de Mère Joséphine

     

     

    Baptistère de Morannes où a été baptisée notre fondatrice

     

    Toute petite saura qu’il faut toujours « aller au delà »

    Pour gagner son pain et celui des siens, elle quitte et va.

    Maladie et mort visiteront et à ANGERS s’en ira.

    Garde-malade sera et St François y rencontrera.

     

    A la sève de l’Eglise a toujours bu,

    Sur l’arbre millénaire, Louise a vu,

    Très soudainement la branche franciscaine,

    Et de sa sève s’est sentie comme « pleine ».

     

    Miracle ! Sur la vieille branche jaillit un petit bourgeon,

    Qui bientôt, l’ardeur favorisant, fut en pleine floraison.

    Alors, on vit « et la branche étonnée et l’arbre saisi,

    Nommer « Petites Sœurs de St François d’Assise » ce rejeton.

     

    Bourgeon devint fleur, puis brindilles et rameau.

    Où trois greffons au fil des temps seront entés.

    Par endroit notre rameau semble s’étioler.

    Mille huit cent quatre vingt neuf, Mère Joséphine mourait.

     

    En mille neuf cent quatre vingt neuf, sur le rameau un peu fatigué,

    Joie ! Une belle fleur africaine est née,

    Nourrie de la sève mère : humilité, pauvreté.

    « Je suis noire mais pourtant belle fille de Jérusalem »

    Dit l’Epouse du Cantique. Joie et Paix et Simplicité.

     

    Aujourd’hui, sur le rameau fatigué,

    les associés sont venus se greffer,

    A la sève mère veulent boire,

    Ouvrant de nouveaux espoirs.

     

    L’Esprit sait ce qu’il veut, aussi,

    Pour ce monde blessé de l’aujourd’hui.

                

     Angers, 13 janvier 2019

    Françoise Gérard

  • Poème de Noël !

    Il faisait nuit …

    Marie et Joseph, eux, marchaient,
    depuis des jours, et espéraient,
    qu’une porte s’ouvre,
    et un gite trouvent.

    Car le petit se faisait,
    oui, de plus en plus pressant,
    au cœur du recensement.
    Mon Dieu ! Mais quelle idée ?

    Le petit est là, est bien présent,
    au cœur de nos bouleversements.
    Et, il nous accompagne sur nos routes,
    il est présent en toutes nos déroutes.

    Il vient bouleverser nos doutes,
    au cœur de la nuit de nos routes.
    Il est là, tout petit, frappe à notre porte,
    le voyons-nous, présent, au cœur de ces cohortes ?

    Mon œil l’a vu, ce tout, ce tout-petit, bien vivant :
    Beauté dans la laideur, les noirceurs du monde,
    Fragilité de Dieu, en notre chair naissant,
    Lumière au cœur des ténèbres du monde.

    Ouvrons-Lui  nos portes,
    et ouvrons-Lui nos cœurs,
    Il chassera nos peurs.

    Françoise Gérard, une Petite Soeur

  • Chantez, priez, célébrez le Seigneur… avec St François, à Lorient !

    « CHANTEZ,  PRIEZ, CELEBREZ LE SEIGNEUR » C’est ainsi que commença notre fête de St François, le jeudi 4 octobre à l’église de notre paroisse à Lorient.

    La famille Franciscaine, les amis et les paroissiens sont réunis pour prier les Laudes et participer à l’Eucharistie festive. Car avec  notre frère François nous rendons grâce à Dieu pour les 50 ans de vie  religieuse de MADO.  Ses nombreux amis (es) ont répondu présents  et ont été bien participant pour l’animation.  A l’offertoire Mado entourée de sa Fraternité redit son don à Dieu. L’ambiance de prière et de joie s’exprime bien par cette louange à Dieu chantée de tout cœur.  « TOI SEUL ES SAINT SEIGNEUR DIEU, TOI QUI FAIS DES MERVEILLES. »

    Mais la fête continue à midi dans une salle paroissiale, avec le repas partagée. 9 tables de 6 bien préparées et décorées par la fraternité séculière ne furent pas de trop, on a même dû rajouter des places pour pouvoir accueillir tout le monde, et les amis des jardins familiaux ne manquèrent pas  de venir entourer Mado.

    Chaque table portait le nom d’un lieu Franciscain et au cours du repas certains invités exprimèrent ce que ce  site représentait pour eux. La fête se termina avec le film du pèlerinage à Assise de la fraternité Francesco fait en 2016 avec Mado et Godeleine ; cette dernière s’était jointe à nous ce jour-là.

    La Fraternité de Lorient

  • La St François… d’Assise à Chelles

    Cette fête de St François, nous ne l’avons pas préparée seules… mais avec un petit groupe qui depuis un peu plus de deux ans chemine avec nous pour découvrir comment l’esprit de François d’Assise parle encore aujourd’hui et peut éclairer nos vies.

    Pour signifier notre mission de prière, une personne du groupe a suggéré de mettre devant l’autel des éléments de notre Oratoire. A l’accueil nous avons proposé un petit signet sur lequel chacun pouvait écrire une intention. Ces intentions ont été ramassées à l’offertoire et déposées à l’autel avant de rejoindre notre oratoire où nous continuons ainsi à prier en communion avec tous.

    Quelques membres du groupe ont eu envie de découvrir le pays natal de François et ont effectué en juin un pèlerinage sur les pas du « petit pauvre d’Assise ». Marcelline, Emile, Jéhanne et Serge ont fait un montage vidéo pour partager en images leurs découvertes. Chacun d’eux a exprimé comment ils avaient vécu et apprécié ce temps. Ensuite un partage a permis à quelques-uns de partager leur propre découverte d’Assise et de la vie de François. Ils ont donné envie à d’autres de le vivre.

    Nous avons terminé la soirée en partageant un petit buffet où chacun a apporté ses spécialités. Après avoir remercié tous les participants, nous leur avons distribué un petit feuillet rappelant les propositions de la fraternité : prière pour la paix, vêpres du lundi soir avant la messe, porte ouverte le mercredi après-midi.

    Nous rendons grâce pour tout ce vécu joyeux, fraternel, priant…

    Les Petites Sœurs de Chelles

    Contact : pssfchelles@free.fr            01 60 08 29 47

     

  • Loué sois-tu Seigneur pour Frère François !

    Pour saint François
    qui chante l’œuvre de tes mains, béni sois-tu !
    Accorde-nous de découvrir à notre tour,
    dans la beauté de l’univers, un reflet de ta bonté.

     

    Pour saint François qui embrasse le lépreux, béni sois-tu !

    Accorde-nous de reconnaître dans l’exclu, le rejeté,
    notre Seigneur et notre frère

    .Pour saint François    
    qui relève ton Église, béni sois-tu !
    Accorde-nous de la servir avec amour,
    suscite encore en ce temps-ci des prophètes et des saints.

    Pour saint François qui se dépouille de tous ses biens, béni sois-tu !
    Accorde-nous de vivre avec la même allégresse
    la pauvreté selon l’Évangile.

    Pour saint François
    qui nous enseigne la joie parfaite, béni sois-tu !
    Accorde-nous de nous ouvrir à la grâce de cette joie
    quand l’humiliation ou la souffrance nous visitent.

    Pour saint François
    qui porte en son corps les blessures du Christ, béni sois-tu !
    Accorde-nous de nous laisser saisir par Jésus crucifié
    et de parvenir avec tous nos frères à la gloire de sa résurrection.

  • Prière pour la paix à Lorient

    En famille franciscaine nous avons choisi de vivre la prière pour la paix sur le temps de midi pour permettre à ceux qui travaillent de venir vivre ce temps avec nous.

    Pour sensibiliser ceux qui portent ce désir de paix , Sylvie artiste a réalisé une grande et belle affiche qui restera toute l’année sur un panneau extérieur de l’église.

    Nos amis Chantal et Philippe  (qui tiennent une librairie) très motivés pour cette prière, nous ont demandé de leur envoyer chaque mois la date et le sens de la prière du mois. Ils envoient cela à tous ceux qui ont leur adresse mail à la librairie… en ajoutant leur note personnelle qui met en mouvement.

    Bientôt elle sera annoncée aussi sur RCF Radio Ste Anne à Lorient

    Et ça marche ! Nous sommes passés de 15 à 25 personnes venant  de Lorient, Larmor-plage, Quévin, Ploemeur…

    Petit à petit les uns et les autres commencent à partager comment ils vivent la paix là où ils sont.

    Après le temps de prière tous ceux qui le désirent viennent prendre leur pique-nique dans une salle du presbytère. Ce  temps  permet de se connaître, de partager simplement  c’est un moment d’ouverture…et ceux qui travaillent peuvent y participer.

    Esprit du Père, viens !

    Viens toucher les cœurs

    De ceux qui cherchent en eux la paix

    Viens, Esprit du Fils, viens !

    Que l’amour et la vérité se rencontrent

    Pour qu’enfin justice et paix s’embrassent.

     

     

  • Une rencontre pleine de saveur !

    Une joyeuse petite troupe de 17 enfants de caté, de 7 à 9 ans, nous arrive par bateau de Port Louis; ils viennent découvrir ce que sont : « des Sœurs »  ?

    la fraternité des petites Soeurs en bord de mer !

    3 mamans catéchistes les accompagnent et tous s’assoient par terre faute de chaises !

    Après les présentations d’usage, c’est le jeu des questions/réponses.

    Et les questions sont variées: avez-vous un mari ?  Qui fait la cuisine ? Pouvez-vous jouer à des jeux de société?…

    Au cours des réponses nous glissons le sens de notre vie, notre appartenance à une Fraternité, Saint François …

    Le goûter avec de bonnes crêpes bretonnes, apportées par les catéchistes, met de l’animation…

    Nous leur proposons d’aller visiter Jésus à la chapelle, et là de tout leur cœur ils nous chantent un «  Je vous salue Marie » à la suite duquel nous chantons à notre  tour un « Notre Père » en Sango et en Arabe ( nous leur avions parlé de nos diverses Missions.)

    En partant Angélique une des animatrices nous dit: «  parfois nous allons loin pour rencontrer des Sœurs, nous ne savions pas que nous pourrions vivre une si belle rencontre près de chez nous. »

    Nous sommes toutes les 5 invitées à l’Eucharistie du dimanche 3 juin où trois de ces enfants seront baptisés et tous feront leur 1ère communion.

    Et pour cela à notre tour nous prendrons le bateau !!

     «  Allez dans le monde entier… et faites des disciples… »

     

  • Montre-moi ton visage…

    Témoignage de Marie-Thé, Petite Soeur à Morannes (près d’Angers, lieu de naissance de notre fondatrice) :

    Montre- moi ton visage… Ce thème de la journée mondiale de la santé m’a invitée à relire la vie de Louise Renault, notre fondatrice :
    En voyant une pauvre, elle regarde son visage souffrant, elle la prend dans son froid grenier
    et lui donne son lit pendant qu’elle passe la nuit près d’elle sur une chaise.

    A Morannes, elle a sans doute elle-même visité les malades de l’hôpital… Dans son sillage, les Petites Soeurs de St François ont toujours été présentes auprès des malades, puis des personnes âgées de l’hôpital, qui s’est transformé en maison de retraite. Aujourd’hui encore, les Petites Soeurs continuent d’accompagner les résidents.

    Marie-Thérèse (à gauche) avec d’autres    Petites Soeurs, à Morannes

    Depuis 2012, une aumônerie avec 7 accompagnateurs est mise en place… dont je fais partie.
    Nous assurons chaque semaine la permanence à tour de rôle pour descendre les résidents pour la messe ou pour une liturgie de la Parole, et faire des visites.
    « Montre- moi ton visage » : mystère des visages… merveille des visages. Le visage d’une personne « parle »… Visages beaux, visages souffrants, marqués parfois par la solitude, visages affrontant le quotidien, visages façonnés par toute une vie bien remplie…
    Ce sont des temps forts que nous vivons en équipe…
    Nous sommes émerveillés de la capacité d’adaptation des résidents, de leur sourire, de leurs visages lumineux qui donnent sens à leur vies et à la nôtre…

    Nous vivons des moments merveilleux, lors de la fin de vie. Nous sommes témoins de cette sérénité, cette profonde paix pour ce passage sur l’autre rive, ce lâcher prise…

    Ma prière est souvent celle-ci : « Seigneur, donne-nous de savoir Te reconnaître et donne nous ta tendresse pour les rencontrer vraiment »

    Je fais mien ce joli poème de J. Broissard :

     

    Que je voudrais trouver des mots qui réconfortent.
    Des mots qui donnent du courage, des mots d’espoir :
    Des mots : La plupart du temps je suis sans voix.
    Sans Mots Parce que je les trouve inutiles, Inadaptés .
    IIs ne peuvent rejoindre la douleur . Alors je me tais, J’écoute
    Attentif à leurs mots.
    Attentif aux signes qu’elles m’envoient .
    Attentif à leur corps.
    Un sourire, une pression de la main, peut-être trouveront-elles le courage de continuer la route
    Les mots qu’elles trouvent elles – mêmes au plus profond de leur nuit.
    Et qui sait !
    Celui qui a dit : Je ne suis pas venu pour les biens portants mais pour les malades.
    Venez à moi, et je vous procurerai le repos

    Marie Thérèse Baslé… en route pour une action de grâces 1819 (naissance de notre fondatrice)- 2019 !

     

     

  • Le Bon Pasteur. méditation interactive

    Journée mondiale de prière pour les vocations : « Je suis le Bon berger »

    En ce dimanche de prière pour les vocations, nous vous proposons une méditation partagée !

    Cette icône a été écrite par une Petite Soeur. Nous vous invitons à partager dans les commentaires ce qui vous touche dans cette icône, ou une méditation, une prière qu’elle vous inspire…

     

  • Le tombeau est vide !

    Le tombeau est vide,

    il n’y a rien, plus rien,

    que des bandelettes et un suaire

    roulés, rangés dans un coin.

    Il n’est plus là, Il est parti.

    Où ? mystère.

     

    Trois années avec Lui sur les routes de Palestine.

    Trois années à l’écouter, le regarder, le suivre.

    Tout ce temps pour le connaître,

    le découvrir et essayer de comprendre

    un peu, sans doute.

     

    On a suivi parfois sans savoir,

    on a écouté, il parlait bien;

    on a vu des choses extraordinaires,

    on a risqué notre vie avec Lui,

    on a eu peur.

     

    Comme Il nous l’avait dit, Il l’avait prédit,

    il a été mal compris, il a été dénoncé.

    On a fini par le condamner,

    Il valait mieux qu’un homme meurt

    plutôt qu’une foule à le suivre.

    Il en est mort

    comme un malfaiteur, sur la croix,

    pourquoi pas !

     

    Nous qui l’avons suivi, il ne nous reste plus rien;

    on y croyait à sa vie,

    à notre vie a sa suite.

    Il est mort, Il n’y a plus rien,

    le tombeau est vide.

     

    Pourtant de ce rien, de ce vide, tout devient possible,

    quelque chose nous dit qu’il n’est pas mort;

    un petite lueur, une petite étincelle…

    et si tout commençait !

    il ne peu pas nous abandonner

    et c’est dans ce tombeau vide que la lumière a jailli.

    C’est dans cet espace où il n’y a plus rien

    qu’Il devient présence pour tous.

     

    Ils sont partis comme des fous

    dire aux autres : Il n’est pas mort, on en est sûrs,

    Il est ressuscité !

    Poème de Christine, Petite Soeur