• Hymne à Marie

    Marie est là, ouvrons-lui nos portes !

    Mai arrive, or que de bruits !
    La bonn’odeur du muguet
    apaise bien des esprits,
    tout excités, par leurs envies.

    Mai arrive : « place à Marie ! »,

    donc respirez la simplicité
    qui désarme les ambitieux, oui !
    N’est-elle pas emplie de l’Esprit ?

    Confions-lui tous nos soucis,
    n’est-elle pas aux aguets ?
    Marie marche à notre pas, oui !
    N’est-elle pas notre Mère, bénie ?

    Marie du oui,
    Marie oubli,
    Marie de Nazareth.

    Marie du fruit,
    Marie sans bruit,
    Marie de Bethléem.

    Marie qui fuit,
    Marie et le petit,
    Marie en exil.

    Marie qui dit :
    « ils n’ont plus de vin ! »
    Marie à Cana.

    Marie souci,
    veut voir son petit,
    Marie notre chair.

    Marie au pied
    de la Croix, douloureuse,
    Marie confiée à Jean, l’Ami.

    Marie avec les disciples,
    engendre l’heure de la Foi ;
    « Il est Vivant, alleluia ! »

    Françoise G, Petite Soeur de Saint François

  • Le Bon Pasteur. méditation interactive

    Journée mondiale de prière pour les vocations : « Je suis le Bon berger »

    En ce dimanche de prière pour les vocations, nous vous proposons une méditation partagée !

    Cette icône a été écrite par une Petite Soeur. Nous vous invitons à partager dans les commentaires ce qui vous touche dans cette icône, ou une méditation, une prière qu’elle vous inspire…

     

  • Le tombeau est vide !

    Le tombeau est vide,

    il n’y a rien, plus rien,

    que des bandelettes et un suaire

    roulés, rangés dans un coin.

    Il n’est plus là, Il est parti.

    Où ? mystère.

     

    Trois années avec Lui sur les routes de Palestine.

    Trois années à l’écouter, le regarder, le suivre.

    Tout ce temps pour le connaître,

    le découvrir et essayer de comprendre

    un peu, sans doute.

     

    On a suivi parfois sans savoir,

    on a écouté, il parlait bien;

    on a vu des choses extraordinaires,

    on a risqué notre vie avec Lui,

    on a eu peur.

     

    Comme Il nous l’avait dit, Il l’avait prédit,

    il a été mal compris, il a été dénoncé.

    On a fini par le condamner,

    Il valait mieux qu’un homme meurt

    plutôt qu’une foule à le suivre.

    Il en est mort

    comme un malfaiteur, sur la croix,

    pourquoi pas !

     

    Nous qui l’avons suivi, il ne nous reste plus rien;

    on y croyait à sa vie,

    à notre vie a sa suite.

    Il est mort, Il n’y a plus rien,

    le tombeau est vide.

     

    Pourtant de ce rien, de ce vide, tout devient possible,

    quelque chose nous dit qu’il n’est pas mort;

    un petite lueur, une petite étincelle…

    et si tout commençait !

    il ne peu pas nous abandonner

    et c’est dans ce tombeau vide que la lumière a jailli.

    C’est dans cet espace où il n’y a plus rien

    qu’Il devient présence pour tous.

     

    Ils sont partis comme des fous

    dire aux autres : Il n’est pas mort, on en est sûrs,

    Il est ressuscité !

    Poème de Christine, Petite Soeur

  • La prière, respiration de nos rencontres…

    « Il est difficile de tracer un chemin qui conduit à la prière car la rencontre avec le Dieu vivant est toujours unique, personnelle, inattendue » (n°46 de nos Constitutions)

    La prière est comme une respiration qui porte nos journées nos rencontres, personnellement et en fraternité, qui tourne nos regards vers un AUTRE.

    Dans nos divers engagements, il nous est donné parfois de prier avec ceux que nous rencontrons. Une fois par semaine au lycée, un temps de prière sur le temps de midi est proposé aux élèves, enseignants, personnels de l’établissement…Participer à de tels moments permet de « faire » fraternité avec tous ceux que nous côtoyons au travail. A Chelles un accueil de jour pour personnes en précarité est tenu par une association œcuménique, les Petites Sœurs bénévoles y côtoient des frères et sœurs catholiques, orthodoxes, protestants mais aussi musulmans…depuis quelques années, un temps de prière inter religieuse est proposé aux bénévoles et accueillis lors de la journée de fête annuelle. Tous ces partages nourrissent notre prière et tissent notre humanité avec celle des hommes et des femmes de ce temps.

    La prière unifie nos journées. Comme Marie qui court en hâte vers Elisabeth, nous sommes appelées en quittant la fraternité le matin à exercer nos regards pour découvrir le Christ présent en l’autre et à faire de toutes nos rencontres une VISITATION.  Le soir, nous revenons  à la fraternité, habitées de ce que nous avons vécu au long du jour, dans ses joies et ses « loupés ». Et lorsqu’en entrant à l’oratoire pour célébrer l’office nous nous déchaussons, c’est le rappel que nous avons approché bien des « terres sacrées ». Cette « terre sacrée » de nos frères et sœurs en humanité,  nous la déposons ensemble humblement au Seigneur reconnaissant que LUI seul peut en faire une terre féconde qui portera du fruit.

    Les Petites Soeurs de Chelles (région parisienne), Marguerite, Marie-Agnès, Chantal, Madeleine

     

  • Louange de Saint François pour Noël !


    Psaume 15

    Criez de joie pour Dieu qui nous sauve,
    accueillez par vos chants le Seigneur, le Dieu vivant.

    Car il est le Seigneur, le redoutable, le Très-Haut,
    le Puissant, le Roi de l’univers.

    Il est notre Père très saint, notre Roi,
    qui dès avant la création du monde,
    envoya du ciel son Fils bien-aimé
    Jésus qui est né de la Vierge Marie.

    Il invoque Dieu en disant:  » Tu es mon Père « ,
    et Dieu dit:  » J’établirai mon Premier-né
    au-dessus de tous les rois de la terre! « 

    En ce jour le Seigneur Dieu a envoyé sa grâce,
    la nuit a retenti de sa louange.

    Voici le jour que le Seigneur a fait,
    jour de triomphe et jour de joie.

    Car un enfant nous est donné,
    il est né pour nous, pèlerin sur la route,
    nulle chambre pour l’héberger,
    il est né dans une crèche.

    Gloire à Dieu au plus haut des cieux,
    et paix sur terre aux hommes qu’il aime.

    Que les cieux se réjouissent et que la terre exulte,
    que jubile la mer avec ses habitants,
    que fleurissent les plaines et chantent les forêts!

    Chantez-lui un cantique nouveau,
    chantez le Seigneur, terre entière!

    Car le Seigneur est grand et digne de louange,
    devant lui disparaissent toutes les idoles.

    Peuples païens, reconnaissez le Seigneur,
    rendez-lui honneur et louange,
    reconnaissez la gloire de son nom.

    Faites don de vous-mêmes
    et vous aussi portez sa croix,
    obéissez jusqu’au bout à ses commandements.

  • Poème de Noël…

    C’est de nuit…

    Que l’Enfant est venu,
    pauvre et tout nu.
    Les bergers l’ont vu,
    bébé bien dodu !

    Il attend d’être reçu,
    n’être plus mis au rebut.
    Mais, les pauvres, eux, ont cru
    et ce fut le Jour du Salut.

    Chez nous, Dieu est venu,
    nos yeux l’ont vu,
    malgré nos abus,
    Il nous a reçus.

    Oserons-nous entrer dans Sa Nuit,
    pour percevoir, de ses pas, le bruit ?
    Tairons-nous nos peurs et nos ennuis,
    quand de nuit, Il vient chez nous, sans bruit ?

    Oui !

    Soudain la Lumière emplit la nuit,
    elle vient au bout de toutes nos nuits,
    et la joie dissipe tous nos ennuis.
    Or, l’Amour en nous a creusé un puits.

    Puits où s’abreuveront les assoiffés,
    continuant leur route, apaisés.
    Et d’où tenez-vous cette paix ?
    « Mais de la Nuit où nous sommes aimés ! »

    Françoise Gérard, Petite Soeur de Saint François

  • Méditation…

    Jésus nous te suivrons …

    De nos pas hésitants,
    avec tous nos élans.                        

    Tu nous mets dans le bain,
    et multiplie le pain.

    En nos attentes trop humaines,
    nos espérances trop soudaines,
    Tu creuses une attente souveraine,
    et lors nous partage de tes mains bien pleines.

     

     

     

     

     

    Aussi fait-il bon en Ta Maison,
    mais à la porte cogne l’intrus,

    il veut voir, toucher, être du Salut.
    Et pas un instant de repos, bon !

     

    Le signe est là, d’aller sur l’autre rive !
    Mais aussi, prenons le temps de l’intimité,
    du seul à seul, avec Notre Père.
    Or, son Esprit nous renvoie aux frères.

    Ecrit par une Petite Soeur, Françoise Gérard

    lors d’une retraite sur l’Evangile de St Marc