• Une session pour les Jeunes en recherche

    En août dernier, notre Petite Soeur Prisca a rencontré des jeunes en recherche en Centrafrqiue et elles ont vécu une session sur St François et Mère Joséphine

    Cette session nous permet de découvrir le charisme de st François et de mère Joséphine. Voilà pourquoi chaque jour on présente la vie de st François, qui a quitté la richesse de son père pour suivre le Christ et part annoncer la paix et joie. Et Mère Joséphine qui a beaucoup aidé des personnes malades et les démunies, Ste Claire qui a vu la simplicité de st François et le suit pour vivre une vie simple.

    Une Soeur de la Divine providence de Riboviller parle aux jeunes sur la vocation en donnant l’exemple d’Abraham, Moïse et la ste Vierge Marie. Elles ont été aussi reçues par une Petite Soeur qui leur a montré le sens de la prière : la prière c’est dialoguer avec Dieu, être à son écoute et communiquer avec Lui. Cette session permet à nos jeunes de faire la connaissance des autres et de partager leurs expériences. Je trouve qu’elles sont vraiment contentes de ce 5 jours passés avec nous pour découvrir notre manière vivre en Petite Soeur de st François.

    Petite Soeur Prisca

  • Canonisation de Charles de Foucauld, une Petite Soeur témoigne

    A l’occasion de la canonisation du bienheureux Charles de Foucauld, Anne-Marie qui a vécu 30 ans en Algérie témoigne de ce qu’il représente pour elle.

                       

     

  • Mission Boali ! Un rêve à construire

    Soutenez l’audace d’une nouvelle fraternité de Petites Soeurs en Centrafrique, à Boali ! Au service de l’éducation des jeunes, de la transmission de la foi, et de spiritualité franciscaine, de la pastorale des femmes, et la sa

     

    Depuis longtemps nous rêvons d’ouvrir une nouvelle fraternité en Centrafrique. L’évêque de Bangui, le cardinal Dieudonné NZAPALAINGA a adressé un appel à notre congrégation des petites sœurs de St François d’Assise, pour une présence missionnaire à Boali. De son côté, le Chapitre Général de 2021 a perçu notre soif de répondre à cet appel missionnaire et a été sensible à la chance de pouvoir oeuvrer en Famille Franciscaine avec nos Frères Franciscains, à qui la paroisse est confiée.

    LES DERNIERES PHOTOS DU CHANTIER !

     

    Nous nous trouvons dans la même situation que notre Fondatrice Mère Joséphine qui, en son temps, avait l’audace de répondre à des besoins sans en avoir les moyens, comptant avant tout sur la Providence ! En bonnes filles de Mère Joséphine, nous sommes audacieuses aujourd’hui de répondre favorablement à cet appel, car nous n’avons pas de maison à BOALI et nous ne sommes pas très nombreuses. Le diocèse nous appelle, mais ne peut pas nous loger. Mère Joséphine nous redit : « Courage et confiance en Celui qui peut tout. » Elle est une femme de foi qui, quand il s’agit d’aider les pauvres, sait s’abandonner à la volonté de Dieu et faire confiance à la Providence. Elle est une femme de confiance, de détermination, de persévérance, de courage et de compassion pour ceux qui souffrent, attachée passionnément à Jésus-Christ. Nous la prions de nous donner le même élan face à ce beau défi.

    Cliquez pour faire un don !

    En septembre, avec Chantal, notre nouvelle supérieure Générale, nous avons fait une visite à BOALI. C’était un temps riche d’échange avec la Communauté paroissiale, nous avons été émues par l’accueil reçu. Nous avons senti dans cette communauté paroissiale l’attente des Soeurs dans un bref délai. Et nous, lors de nos échanges, nous avons découvert notre future mission.

    Il y aura pour nous du travail dans le domaine de l’éducation des enfants et des jeunes, de la santé, de la pastorale des femmes, de la transmission de la foi et aussi dans le cadre de notre spiritualité franciscaine en lien avec les Frères. Dès notre retour, nous nous sommes lancées dans l’aventure.

    A ce jour, les choses ont avancé : nous avons déjà monté le projet, les plans sont dessinés…et les fondations de la maison déjà réalisées ! C’est notre frère artisan qui, tout heureux de pouvoir nous faire bénéficier des ouvriers présents sur leur propre chantier, a pris l’initiative de creuser et maçonner les fondations.

    Nous avons donc déjà les fondations de notre future maison … un miracle de la collaboration fraternelle ! Il nous reste maintenant la grosse partie à financer et à réaliser. Le Conseil aimerait que la future fraternité arrive à BOALI à la rentrée prochaine. Alors, avec notre Petite Soeur fondatrice, Mère Joséphine, nous faisons confiance à la Providence et à l’entraide fraternelle !

    Nous comptons sur votre générosité de nous aider financièrement pour la construction de la maison des sœurs de Boali afin de réaliser notre rêve.

    Les Petites Sœurs de Centrafrique : Diane, Aida, Isabelle, Prisca, Grâce, Lydie, Rosine, Marceline, Adèle

  • Fête de la vie consacrée !

    le 2 février… la chandeleur, ce n’est pas d’abord les crêpes !

    C’est la fête de la Présentation de Jésus au temple … et la fête de la Vie Consacrée !

    « Contemplons la scène. Ce qu’a suscité le chant de louange en Syméon et Anne, cela n’a pas été, bien sûr, de se regarder eux-mêmes, d’analyser et de revoir leur situation personnelle. Cela n’a pas été de s’enfermer de peur que quelque malheur ne puisse leur arriver. Ce qu’a suscité le chant a été l’espérance, cette espérance qui les soutenait dans la vieillesse. Cette espérance s’est vue récompensée dans la rencontre avec Jésus. Lorsque Marie dépose dans les bras de Syméon le Fils de la Promesse, le vieillard commence à chanter ses rêves. Lorsqu’elle met Jésus au milieu de son peuple, celui-ci trouve la joie. Oui, il n’y a que cela pour pouvoir nous redonner la joie et l’espérance, seulement cela, nous préservera de vivre dans une attitude de survie. Uniquement cela fécondera notre vie et maintiendra vivant notre cœur. Mettre Jésus là où il doit être : au milieu de son peuple. » (du Pape François)

  • Bénédiction d’un nouveau tabernacle à Montpellier

    Depuis quelques temps, les Petites Soeurs de Montpellier cheminaient pour faire créer un tabernacle pour l’oratoire de la fraternité.

    Un couple d’amis artistes a créé une oeuvre magnifique, qui a été bénie le 13 octobre par un des prêtres du diocèse, au cours d’une Eucharistie. Pour le temps d’action de grâce, les Petites Soeurs ont choisi des prières en lien avec la création.

    Quelques mots sur l’inspiration du projet :

    Dans le prophète Isaïe (7 14b-15) « Voici que la jeune femme est enceinte, elle enfantera un fils, et on l’appellera Emmanuel, (c’est-à-dire : Dieu avec nous). De crème et de miel il se nourrira, et il saura rejeter le mal et choisir le bien. »
    La forme, les couleurs sont en lien avec cette promesse biblique, et aussi avec la spiritualité franciscaine : pauvreté et proximité avec la nature.

    Elles rappellent une ruche traditionnelle cévenole et s’intègre ainsi dans la région et ses traditions.

    « Voici que chaque jour il s’humilie comme lorsqu’il est descendu de son trône royal dans le sein de la Vierge. Ainsi, chaque jour, il vient à nous sous une humble apparence ; chaque jour il descend du sein du Père sur l’autel entre les mains du prêtre. Et comme il s’est montré aux apôtres dans un vrai corps, de même il se montre maintenant à nous dans le pain sacré. Et comme, par les yeux du corps ils voyaient seulement son corps, ainsi nous-mêmes lorsque nous le pain et le vin avec les yeux du corps, croyons fermement que ce sont, bien réels et vivants, son corps et son sang très saints. De cette manière, le Seigneur est toujours avec ses fidèles, comme il le dit lui-même : Voici que je suis avec vous jusqu’à la fin des siècles. » Admonition 1 de St François

     

    Le tabernacle est en terre cuite, avec une façade en forme pointue arrondie, qui rappelle également les ruches traditionnelles d’Afrique et d’autres pays.
    La porte est en terre cuite ajourée. Le motif floral est percé dans l’argile, les vides sont recouverts de l’intérieur par une plaque de verre de couleurs, éclairée de l’intérieur de la porte.
    La porte du tabernacle porte comme symboles : une croix glorieuse, en forme de fleur, comme nourriture des abeilles, signe de fertilité et de la vie. Elle émet de la lumière.

    « La lumière est venue dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas saisie » Jn 1, 5

  • L’aventure d’une neuvaine à Padre Pio

    A l’occasion de la fête de saint Padre Pio, du 15 au 23 septembre, des membres de la famille franciscaine ont été sollicités par le site de prière en ligne Hozana pour créer une neuvaine à Padre Pio ! Joie de travailler en famille franciscaine autour de ce grand Saint Franciscain. Plus de 11 000 personnes ont participé à cet itinéraire spirituel à partir de la vie de ce saint qui nous parle aujourd’hui !

    Pour redécouvrir la neuvaine

    Qui est Padre Pio ?

    Padre Pio (1887-1968), prêtre capucin et qui se considérait donc comme « Fils de Saint François », a été béatifié par Jean-Paul II le 2 mai 1999, puis canonisé le 16 juin 2002. Il est fêté le 23 septembre.

    Seul prêtre à avoir reçu et porté pendant plus de 50 ans les stigmates de Notre-Seigneur (qui lui confia la mission suivante :  » Sanctifie-toi et sanctifie les autres « ), il est probablement un des saints dont la vie est la plus extraordinaire de l’histoire de l’Église.

    Le Pape Benoit XVI nous adonné une éclatante explication de ce que Padre Pio peut apporter aux hommes de notre temps :

    « La première préoccupation de Padre Pio a été que les personnes retournent à Dieu, qu’elles puissent expérimenter sa miséricorde et, intérieurement renouvelées, qu’elles redécouvrent la beauté et la joie d’être chrétiens, de vivre en communion avec Jésus, d’appartenir à son Eglise et de pratiquer l’Évangile ».

     Et le pape Benoit XV, du vivant du saint, en 1921, déclarait déjà :

    « Vraiment Padre Pio est un homme extraordinaire, un de ceux que Dieu envoie de temps en temps sur la terre, pour convertir les hommes ».

     

    Prière de Jean Paul II à Padre Pio

    PADRE PIO, nous te prions de nous enseigner l’humilité de cœur, afin de pouvoir être comptés au nombre des tout-petits de l’Évangile auxquels le PÈRE a promis de révéler les mystères de son Royaume. Aide-nous à prier sans jamais nous lasser, assurés que DIEU connaît ce dont nous avons besoin avant encore que nous le demandions. Obtiens pour nous d’avoir un regard de foi capable de reconnaître immédiatement chez les pauvres et les personnes qui souffrent, le visage même de JÉSUS. Soutiens-nous à l’heure du combat et de l’épreuve et, si nous chutons, fais en sorte que nous fassions l’expérience de la joie du sacrement du Pardon. Communique-nous ta tendre dévotion à l’égard de MARIE, Mère de JÉSUS et notre Mère. Accompagne-nous dans le pèlerinage terrestre vers la Patrie bienheureuse, où nous espérons parvenir afin de contempler pour l’éternité la Gloire du PÈRE, du FILS et de l’ESPRIT-SAINT.

  • Au fil du chapitre…

    Depuis le 20 juillet, nous voici arrivés à l’abbaye de Timadeuc !

    17 Petites Soeurs qui allons vivre ce temps de chapitre général, animé par Jean Claude Lavigne, Frère Dominicain.Sous un beau soleil, nous nous sommes retrouvés autour d’un goûter pour nous accueillir mutuellement. Puis nous avons vécu la célébration d’ouverture du chapitre, pour commencer ensemble ce temps fort pour notre Congrégation.

    Nous commençons le premier jour de chapitre par une journée de récollection pour nous ouvrir le cœur à l’Esprit Saint.

    Vient ensuite le temps des échanges autour des bilans pour relire les 6 années vécues depuis le dernier chapitre.

    Les journées de travail et d’échanges se poursuivent, en approfondissant en groupes les thèmes essentiels pour la vie, la mission de notre Congrégation.

    Nous sommes portées par la liturgie avec les Frères et entre nous… et par la prière fraternelle de tous ceux qui nous accompagnent.

    Lors d’une soirée, nous avons eu la joie aussi de partager un peu de la vie de nos Petites Soeurs qui vivent en Centrafrique, grâce à des photos et leur témoignage.

    Nous avons aussi accueilli les 4 Chrétiens Associés qui sont engagés depuis plus d’un an avec nous pour vivre ensemble le charisme de Mère Joséphine notre fondatrice.

    Les frères sont ravis de nous accueillir. Les journées sont ponctuées aussi de fêtes : ste Marie-Madeleine, Ste Christine, la ste Anne ! des occasions de fêter nos Petites Soeurs qui portent ces prénoms  !

    Mercredi, nous avons vécu une grande journée de silence et de prière pour préparer nos coeurs à vivre l’élection de nos responsables.

                   notre oratoire

     

    Dans un climat de prière et dans le souffle de l’Esprit, nous avons élu la nouvelle Supérieure Générale et les conseillères.
    Chantal Blanchet comme Supérieure Générale
    et Marie-Christine Pontoizeau, Anne-Marie Soulard et Régine Badoc comme conseillères.

    de gauche à droite : Anne-Marie Soulard, Chantal Blanchet, Régine Badoc, Marie-Christine Pontoizeau

     

    Nous avons ensuite repris le travail, les réflexions…. avant de célébrer la messe de clôture du chapitre le 2 août, en ce jour de fête franciscaine qu’est Notre Dame de la Portioncule, berceau et source des grandes intuitions évangéliques de St François.

    Nous terminons ce chapitre par un temps de détente… avant de reprendre le chemin vers nos fraternités et nos lieux de mission !

    Les Petites Soeurs capitulaires

     

  • Un nouvel évêque pour le diocèse de Mbaïki

    Le jeune diocèse de MBAÏKI a célébré ses 25 ans d’existence en novembre 2020. Son premier évêque, Monseigneur Guerrino PERIN, fêtait en même temps ses 25 ans d’épiscopat et ses 50 ans de sacerdoce.

    Après s’être donné sans compter pour l’Eglise de la LOBAYE, sa terre d’adoption, et lui avoir donné une âme, il va pouvoir maintenant trouver un repos bien mérité.

    Il passe le flambeau à Monseigneur Jésus RUIZ MOLINA. L’un et l’autre sont Missionnaires Comboniens, le premier italien, le second espagnol.

    Monseigneur Jésus a servi, comme curé, la paroisse de MONGOUMBA en LOBAYE pendant une dizaine d’années.

    Ordonné en 2017 évêque auxiliaire de BANGASSOU, il avait quitté la LOBAYE pour le MBOMOU. Le pape le rappelle sur cette terre forestière de MBAÏKI.

    Dans la joie et la fête, il a été accueilli par une foule nombreuse à la cathédrale de MBAÏKI le dimanche 25 avril 2021.

  • Prière d’intercession pour notre temps

    Pour vivre la grâce de notre baptême, nous avons choisi de puiser à la source évangélique léguée par Mère Joséphine. Demandons au Seigneur de fortifier en nous son esprit de foi, d’humilité, de pauvreté, de charité, d’amour fraternel, de compassion envers les plus pauvres de nos frères.

    L’esprit de foi de Mère Joséphine la faisait juger toute chose à la lumière de Dieu et donnait à son âme la pureté d’intention. Il semble avoir été sa qualité dominante; il la dirigeait dans tous ses actes.
    Seigneur, donne-nous son esprit de foi !

    Mère Joséphine se mettait toujours au dernier rang. Elle rejetait, presque comme une insulte, tout ce qui lui semblait un éloge. Et quand on vantait le succès de son oeuvre : « A Dieu seul, disait-elle, en revient la gloire. Pauvre, chétive, ignorante, inconnue, que pouvais-je faire sans lui ? »
    Seigneur, donne-nous son esprit d’humilité !


    Fille de St François d’Assise, Mère Joséphine aimait ardemment la pauvreté qui avait été la compagne de toute sa vie. Souvent elle disait : « Nous ne travaillons pas pour l’argent. Comme pour St François, notre pauvreté sera notre force. Avec la crainte de Dieu, la confiance en son aimable Providence, et l’amour du prochain, nous serons toujours assez riches. »
    Seigneur, donne-nous son esprit de pauvreté !

    La charité de Mère Joséphine était sans bornes. Qui n’a vu, tous les lundis, se presser à la porte de la rue St Aignan, une longue file de pauvres ? Ils venaient y chercher l’aumône qu’elle leur faisait distribuer avec un amour maternel, sans craindre jamais de s’exposer à manquer elle-même du nécessaire. « Soyez tranquilles, disait-elle : qui donne aux pauvres, prête à Dieu ; et Dieu paie bien ses dettes. »
    Elle s’inquiétait beaucoup des pauvres que les Petites Soeurs allaient soigner, et leur faisait porter tout ce dont ils avaient besoin.
    Elle se préoccupait aussi, avec le plus vif intérêt, des besoins spirituels des malades…
    Seigneur, donne-nous son esprit de charité !

    Mère Joséphine montrait un tact exquis, une intelligence supérieure envers ses Petites Soeurs. Elle les accueillait toujours avec une grande douceur, les soutenait dans leurs difficultés, les tirait d’embarras, les remettait dans le bon chemin… Par son dévouement inaltérable, par cette affection de tous les instants, et même par sa juste sévérité, elle avait conquis tous les coeurs et elle exerçait sur toute sa maison une salutaire influence.
    Seigneur, donne-nous son esprit d’amour fraternel !

    Mère Joséphine a fait sienne l’oeuvre des tertiaires « garde-malades ». Prendre soin, veiller, conserver, protéger, garder…. Mère Joséphine se montre compatissante envers toute misère, toute souffrance, toute peine physique, morale ou spirituelle qu’elle s’efforçait de soulager. Les laissés pour compte de la société, «ceux dont personne ne s’occupe », avaient une place de choix dans son coeur et elle engageait les Petites Soeurs à les servir avec bonté et délicatesse.

    Seigneur, donne-nous son esprit de compassion !

  • 100 ans… et une action de grâce débordante !

    C’est dans la joie, mais avec les limites imposées par la crise sanitaire que nous avons fêté les 100 ans de notre petite sœur Marie Andrée Millaret.  L’Eucharistie a pu été célébrée à l’intention de ses 100 ans. Après la communion, elle a partagé son action de grâce :

      En ce jour mon Dieu, je veux te rendre grâce, pour la vie que tu m’as donnée …Pour l’appel à te suivre, et de ton soutien dans les moments difficiles, Ainsi que pour toutes ces joies que tu as semées tout au long de mon chemin vers toi.

    Joie d’appartenir à la grande famille franciscaine et particulièrement à la congrégation des Petites Sœurs de st François, de qui j’ai tant reçue.

    Merci Seigneur pour le don de mes Sœurs près de qui j’ai trouvée un appui fraternel, dans les différentes fraternités ou j’ai vécu.

     Et je te rends grâce pour ces différentes périodes de ma vie qui ont été une véritable école de formation à la confiance, et à l’abandon.

    Merci pour ces riches années passées près des enfants, et ensuite près des malades, par les uns et par les autres j’ai beaucoup reçu.

    Et enfin merci pour ce passage à Toulon, entouré de tant d’amitiés, et d’ouvertures dans la diversité des situations.

    Françoise et Marie Andrée à Toulon où elles se sont pleinement engagées avec les plus fragiles…

    En retour de toutes ces grâces, donne-moi assez de générosité pour mieux vivre mon oui et répondre encore à tes appels, là où je suis dans la maison de la Roseraie.

    Oui béni sois-tu pour les merveilles de ton Amour.

    L’après-midi un goûter festif a été organisé par la maison. Marie-Andrée avait demandé un baba au rhum…elle en a eu 100 accompagnés du champagne… très bon moment de convivialité vécu avec les résidents et le personnel.

    Notre petite sœur fut submergée par le courrier, les coups de téléphone, les fleurs, envoyés par ceux et celles qui en ce jour auraient tant aimés l’entourer de leur présence amicale et de leurs prières.

    Et comme l’a souligné le directeur et bien des personnes de la maison : « merci petite sœur de nous offrir ta gentillesse, ton attention aux personnes, ta vitalité et ton espérance ».